Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Chapitre 26 L'interdiction d'être injuste et le devoir de restituer ce qui est acquis injustement

Publié par Baladislam sur 24 Mars 2011, 23:02pm

Catégories : #Hadiths

Fond écran islam coran (61)

 

Dieu le Très-Haut dit :

 

Les injustes n'auront point d'ami, ni d'intercesseur écouté. Coran 40/18

 

Et il n'y aura pas de protecteur pour les injustes. Coran 22/71

 

Nawawi ajoute : « En ce qui concerne les hadiths, notons d' abord celui rapporté par Abu Dharr (n°111) cité à la fin du chapitre 11 : L'effort et le combat intérieur. »

 

203. Selon Jabir, le Prophète (Saw) a dit : Prenez garde à l'injustice, car elle sera source de ténèbres le jour du Jugement. Prenez garde à l'avarice car elle a causé la perte des communautés qui vous ont précèdes. Elle les a poussées à verser leur propre sang et à rendre licite ce qui leur était interdit. Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La ruée vers les biens terrestres pousse l'homme à la turpitude et aux péchés, ainsi qu'a l'injustice et l'avarice.

 

204. Selon Abu Hurayra, le Prophète (saw) a dit : Certainement, vous restituerez à chacun son dû le jour du Jugement, au point que même l'animal sans corne obtiendra réparation de celui qui en est pourvu. Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La justice divine apparaitra le jour du Jugement et Dieu rendra justice à Ses serviteurs. Ainsi Dieu rassemblera tous les animaux afin de restituer à chacun son dû Cela nous incite à restituer à chacun ce qui lui revient de droit.

 

205. Ibn 'Umar a dit : Nous nous entretenions au sujet du pèlerinage d'Adieu, et ce, en présence du Prophète (saw). Nous nous demandions pourquoi ce pèlerinage avait reçu ce nom. Le Prophète (saw) glorifia alors Dieu et Lui adressa des louanges, puis il évoqua longuement l'Antéchrist en ces termes : « Dieu n'a pas envoyé un prophète sans lui ordonner de mettre en garde sa communauté contre l'Antéchrist. Ainsi, Noé a prévenu sa communauté, et les prophètes qui lui ont succède en firent de même. S'il venait à surgir parmi vous, ses signes distinctifs ne vous échapperaient pas. Certes, votre Seigneur n'est pas borgne, alors que l'Antéchrist, lui, l'est et que son œil droit est comparable à un raisin sec. Dieu a rendu sacrés vos vies et vos biens comme il a fait de ce jour, un jour sacré, de cette terre, une terre sacrée, et de ce mois, un mois sacré. Ai-je bien transmis ? » Ils répondirent: « Oui! » Le Prophète reprit alors: « Seigneur! Sois Témoin! il répéta cela trois fois. Prenez garde ! Ne devenez pas des négateurs en vous déchirant les uns les autres. » Bukhari, Muslim en rapporté une partial

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La compassion du Prophète (saw) pour sa communauté et sa mise en garde contre la sédition qui mène à la vengeance et à l'apostasie. L'antéchrist apparaitra parmi cette communauté, et Dieu préservera les croyants de ses tentations par l'information donnée par le hadith et la description de quelques signes distinctifs.

 

206. Selon 'Aisha, le Prophète (saw) a dit: Quiconque s'approprie injustement un seul empan de terre [aura pour châtiment] d'être enfoui dans sept terres. Bukari et Muslim

 

207. Selon Abû Mûsa, le Prophète (Saw) a dit : « Dieu accorde un délai à l'injuste, mais lorsqu'Il le décide, Il ne le laisse plus s'échapper. » Puis il récita le verset :

 

« Tel est le châtiment de ton Seigneur quand Il frappe les cités lorsqu'elles sont injustes. Son châtiment est bien douloureux et porte avec violence. (Coran 11/102) Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Dieu accorde un délai au tyran mais Il ne l'oublie pas et lorsqu'Il le châtie, Son châtiment est terrible.

 

208. Mu'adh rapporte : Le Prophète (Saw) m'envoya en mission (au Yémen) et me tint ces propos: «Tu vas te rendre dans une communauté des gens du Livre, invite-les donc à attester qu'il n'y a de divinité que Dieu et que je suis l'Envoyé de Dieu. S'ils attestent de cela, informe-les que Dieu leur impose d'accomplir cinq salat quotidiennes. S'ils se soumettent, fais-leur savoir que Dieu leur a prescrit la zakat, que l'on prélève aux riches parmi eux pour la redistribuer aux pauvres. S'ils y consentent, garde-toi bien de prélever leurs biens les plus précieux. Prends garde également a l'invocation de l'opprimé car entre elle et Dieu, il n'y a aucun obstacle. » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La zakat est prélevée dans une contrée afin d'être redistribuée aux pauvres de cette même contrée. En général, elle ne doit pas sortir du pays, excepté si elle dépasse les besoins des nécessiteux. Les personnes chargées de cette responsabilité doivent faire preuve de justice et d'équité, comme pour tout autre domaine, car l'invocation de celui qui subit l'injustice est exaucée.

 

209. Abû Humayd 'Abd ar-Rarhman ibn Sa'd as-Sa'idi rapporte : Le Prophète (Saw) désigna un homme de la tribu de Azd, nomme Ibn al-Lutbayya afin de prélever la zakat. Une fois de retour, cet homme déclara : « Ceci est pour vous et cela m' a été offert en cadeau. » Le Prophète (Saw) monta alors sur le minbar, glorifia Dieu, Lui fit des louanges puis dit : « J'ai désigné l'un d'entre vous afin de m'aider à accomplir ce que Dieu m' a confié, mais voila ce qu'il dit : "Ceci est pour vous et cela m'a été offert en cadeau." S'il était sincère, qu'il reste chez ses parents en attendant que son cadeau lui parvienne ! Par Dieu ! Nul d'entre vous n'acquiert un bien illégalement sans le porter avec lui lorsqu'il rencontrera Dieu, le jour de la Résurrection. Quant à moi, je ne reconnaitrai pas celui qui rencontrera Dieu portant un chameau qui blatère, une vache qui mugit ou une brebis qui bêle. » Puis il leva ses mains au ciel jusqu'à laisser apparaitre la blancheur de ses aisselles et invoqua Dieu en ces termes par trois fois : « Seigneur, ai-je bien transmis ? » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Il ne convient pas au musulman d'abuser de ses prérogatives. Celui qui s'empare des biens des gens injustement, Dieu l'humiliera le jour du Jugement devant l'humanité toute entière.

 

210. Selon Abu Hurayra, le Prophète (Saw) a dit : Celui qui a lésé son frère dans son honneur ou de quelque autre manière, qu'il s'en acquitte immédiatement avant que ni le dinar ni le dirham ne soient de quelque utilité. Sans quoi, s'il a quelques bonnes actions à son actif, on en prélèvera selon la gravite de son injustice, et s'il en est démuni, il supportera, en compensation, une partie des péchés de son frère. Bukhari

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La mise en garde contre l'injustice, en plus du fait qu'elle altère les bonnes actions. L'incitation à réparer les dommages (moraux ou physiques) commis dans ce monde, avant le Jour où ni les biens ni les excuses ne seront utiles.

 

211. Selon 'Abdullah ibn 'Amr ibn al-'As, le Prophète (Saw) a dit: Le véritable musulman est celui duquel les musulmans sont à l'abri du mal de sa langue et de ses mains. Le muhajir (l'émigré) est celui qui délaisse ce que Dieu lui a interdit. Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La perfection dans l'islam consiste à s'empêcher de commettre du tort à autrui, tels étaient les Compagnons et le Prophète (Saw) insiste ici sur le muhajir, c'est-à-dire les Compagnons du Prophète qui ont accompli l'Hégire (l'exil) de La Mecque vers Médine (la racine de ce mot signifie abandonner, délaisser, s'éloigner), car ils ont tout abandonné pour Dieu et pour l'islam.

 

212. 'Abdullah ibn 'Amr ibn al-'As rapporte: Un homme du nom de Kirkira avait la garde des bagages du Prophète (Saw). A sa mort, le Prophète (Saw) annonça qu'il irait en Enfer. Les Compagnons se rendirent alors auprès de lui et trouvèrent un habit qu'il avait dérobé (du butin), Bukhari

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Le vol de biens publics compte parmi les grands péchés.

 

213. Selon Abu Bakra Nufay' ibn al-Harith, le Prophète (Saw) a dit : Le temps a accompli un cycle complet et est revenu à son état le jour où Dieu créa les Cieux et la Terre. L'année comprend douze mois dont quatre sont sacrés. Trois de ces mois sacrés se succèdent immédiatement, il s'agit de dhu-l-qi'da, dhu-l-hijja et muharram. Le quatrième est rajab de Mudar, qui se situe entre jumada et sha'ban. En quel mois sommes-nous ? » Nous répondîmes : « Dieu et Son messager sont les plus savants. » Le Prophète se tut et nous pensâmes qu'il allait lui donner un nom diffèrent de celui sous lequel il nous était connu, puis il nous dit: « N'est-ce pas le mois de dhu-l-hijja ? » Nous acquiesçâmes. Ensuite, il demanda ; « Et quel est ce pays? » Nous répondîmes : « Dieu et Son messager sont les plus savants. » Le Prophète se tut et nous pensâmes qu'il allait lui donner un nom diffèrent de celui sous lequel il nous était connu, puis il nous dit : « N'est-ce pas la cite sacrée (de La Mecque) ? » Nous acquiesçâmes à nouveau. Il poursuivit alors : « Quel jour sommes-nous ? » Nous repondimes : « Dieu et Son messager sont les plus savants. » Le Prophète se tut à nouveau et nous crûmes encore une fois qu'il allait lui donner un autre nom que le sien, puis il dit : « Ne s'agit-il pas du jour du sacrifice? » Nous acquiesçâmes à nouveau. Il déclara ensuite : « Vos vies, vos biens et votre honneur sont sacrés autant que l'est ce jour, en cette terre et en ce mois sacrés. Vous rencontrerez votre Seigneur qui vous demandera des comptes à propos de vos œuvres. Ne redevenez pas impies à ma mort en vous déchirant les uns les autres. Que ceux qui sont présents transmettent mes propos à ceux qui sont absents! II se peut que celui à qui on transmettra mon message le comprenne mieux que celui qui l'a entendu directement de ma bouche. » Puis il nous questionna par deux fois : « Ai-je bien transmis ? » Nous répondîmes : « Oui. » Le Prophète conclut alors : « Seigneur! Sois-en Témoin ! » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Avant l'avènement de l'islam, lorsque les Arabes avaient l'intention de déclencher une guerre pendant un mois sacré, ils repoussaient la sacralité de ce mois au mois suivant et fixaient le mois du pèlerinage en fonction de ce changement. Dieu a annulé cette pratique en déterminant les mois sacrés, durant lesquels le sang ne doit pas couler. En outre, tout ce qui a trait à la personne du musulman est considéré aussi comme sacré : son sang, ses biens et son honneur ne doivent pas être touchés. Et tout musulman aura à rendre compte de ses œuvres -petites ou grandes -et des injustices qu'il aura commises.

 

Mudar est le nom d'une tribu arabe, il a été associé à celui de rajab car cette tribu respectait plus fidèlement ce mois sacré que les autres tribus.

 

214. Selon Abû Umama Iyas ibn Tha'laba al-Harithi, le Prophète (Saw) a dit : « Celui qui prête un serment en vue de s'approprier injustement le bien d'un musulman, Dieu le fera inévitablement entrer en Enfer et lui interdira le Paradis. » Un homme demanda alors : « Même s'il s'agit d'un bien d'une valeur insignifiante ? » Le Prophète répondit : « Même pour une branche d'arak. » Muslim

 

L'arak est une variété de bois dont les Arabes se servent pour se curer les dents.

 

215. 'Adi ibn 'Umayra a dit: J'ai entendu l'Envoyé de Dieu (Saw) dire: « Celui qui nous dérobe la moindre aiguille ou plus -alors que nous l' avons employé pour accomplir une tâche- aura commis un vol qu'il apportera avec lui le jour du Jugement. » Un homme noir de peau parmi les ansars se leva -et c' est comme si je le voyais encore- et dit au Prophète : « O Envoyé de Dieu! Accepte ma démission de mon poste!» - « Et pourquoi donc? », demanda le Prophète. L'homme répondit : « A cause de ce que je t' ai entendu dire. » Le Prophète dit alors : « Et moi, je te dis à présent: que celui que nous avons employé pour accomplir une tache nous apporte tout ce qu'il lui a été donné! Ce qui lui revient de droit lui sera reversé, quant à ce qui lui est interdit, qu'il s'abstienne de le prendre. » Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La menace faite contre celui qui utilise sa fonction pour s'approprier injustement les biens d'autrui. Ainsi celui qui ne se sent pas capable de mener à bien une responsabilité doit s'en défaire ou s'en éloigner. Et celui qui s'empare d'un bien injustement doit le restituer à qui de droit, sinon il sera humilié le jour de la Résurrection devant l'humanité tout entière.

 

216. 'Umar ibn al-Khanab rapporte : Le jour de la bataille de Khaybar, un groupe de Compagnons du Prophète (Saw) dit : « Untel est mort martyr et untel aussi. » Ils passèrent ensuite devant le cadavre d'un homme et lui attribuèrent également la qualité de martyr, mais le Prophète (Saw) s'exclama : « Certainement pas! Je l'ai vu en Enfer portant un manteau qu'il avait dérobé. » Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Ce hadith dénonce le péché immonde de la traitrise et du vol. Et mourir martyr n' efface pas pour autant les injustices commises à l'egard d'autrui.

 

217. Selon Abu Qatada al-Harith ibn Rib'i : Le Prophète (Saw) se leva parmi les Compagnons pour une exhortation. Il leur rappela que le combat au service de Dieu et la foi (al-iman) en Lui étaient les meilleures oeuvres. Un homme se leva alors et interrogea le Prophète en ces termes : « O Messager de Dieu ! Si je meurs en combattant au service de Dieu, mes péchés seront-ils absous ? » Le Prophète (Saw) répondit : « Certainement, si tu meurs en combattant au service de Dieu et que tu te montres patient, en espérant la récompense divine, en faisant face à l'ennemi sans lui tourner le dos. » Puis le Prophète (Saw) reprit en disant : « Répète ce que tu as dit ! » Et l'homme de reprendre : « Si je meurs en combattant au service de Dieu, mes péchés seront-ils absous ? » Le Prophète répondit (Saw) alors : « Certainement, si tu te montres patient, en espérant la récompense divine, en faisant face à l'ennemi sans lui tourner le dos, et si tu n'as pas laissé de dettes derrière toi. C'est Gabriel qui m'a révélé cela. » Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La faveur du combat au service de Dieu et la récompense énorme attribuée à celui qui combat en toute sincérité et espérant la récompense divine. Le martyre de l'homme au service de Dieu efface ses péchés, à l'exception des dettes et des droits à l'égard des gens. Cependant, s'il lui est impossible de rembourser sa dette et qu'il s'est repenti sincèrement, Dieu l'assistera le jour du Jugement.

 

218. Selon Abu Hurayra, le Prophète (Saw) interrogea ses Compagnons en disant : « Sauriez-vous me définir l'homme ruiné ? » Ils répondirent : « Selon nous, l'homme ruiné est celui qui ne possède ni biens ni argent. » Le Prophète dit alors : « Dans ma communauté, l'homme ruiné est celui qui, le jour du Jugement, viendra avec, à son actif, des prières, des journées de jeune, des aum6nes, mais qui aura par ailleurs insulte untel, accuse tel autre de debauche, spolie l'argent de tel autre, verse Ie sang de celui-ci et frappe celui-la. On lui prendra alors de ses bonnes actions pour Ies distribuer a ses victimes ; si elies ne suffisent pas a l' expier de ses peches, on prendra alors des peches de ses victimes et on Ies lui inscrira ason acriE, puis on Ie jettera en Enfer. » Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Le Prophere (Saw) avait régulierement recours au dialogue et au questionnement dans l'education de ses Compagnons, outils pedagogiques indispensables. Ici, il voulait les mettre en garde contre Ie fait d'outrepasser les interdits divins, en particulier en ce qui concerne les drairs et biens des gens, car l'injustice et l'outrage altèrent les bonnes actions Ie jour de la Retribution.

 

219. Selon Umm Salama, Ie Prophete (Saw) a dit : Je ne suis qu'un être humain, aussi, lorsque vous me présentez vos litiges, il se peut que certains d'entre vous se montrent plus habiles que d'autres dans l'exposé de leurs arguments, si bien que je leur donne raison en fonction de ce que j'entends. Celui auquel je donne raison contre son Frère en lésant ce dernier, je ne fais là que lui accorder un châtiment en Enfer. Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Le juge prononce sa sentence en fonction des arguments présentés par les deux parties, en aucun cas il ne doit juger selon ses humeurs ou ses penchants. Et ici, le Prophète a expliqué ses limites liées à son humanité en disant qu'il était semblable à tout être humain quand il doit juger entre deux personnes et qu'il s'applique les mêmes règles que celles qu'il a enseignées. Cependant, en ce qui concerne la transmission de la révélation divine et l'accomplissement de péchés, le Prophète (Saw) reste infaillible.

 

220. Selon Ibn 'Umar, le Prophete (Saw) a dit : Le croyant ne cesse de se trouver excusable au regard de sa religion, tant qu'il n'a pas versé le sang de manière illicite. Bukhari

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Le meurtre compte parmi les grands péchés et sème dans le cœur du meurtrier le désespoir en la miséricorde divine.

 

221. L'épouse de Hamza, Khawla bint 'Amir al-Ansariyya. rapporte : J'ai entendu l'Envoyé de Dieu (Saw) dire: « Des gens disposent injustement des biens de Dieu, ils auront pour rétribution le feu de l'Enfer le jour de la Résurrection. » Bukhari

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La mise en garde contre le fait de disposer à tort et à travers des biens publics et de se les approprier sans y avoir droit. Cela représente un grand péché qui mène en Enfer. La richesse n' est pas remise en cause ici ; elle est permise et peut même être une faveur divine si elle permet la réalisation de projets utiles pour la société.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents