Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Chapitre 3 La Mise en Pratique de la Foi

Publié par Baladislam sur 6 Novembre 2011, 23:00pm

Catégories : #L'Islam

fond islam (159)

 

Dans ce chapitre, nous avons l'intention de traiter les exercices majeures de la Foi prescrits par l'Aumone ou «Charif » (Zakah) et le Pelerinage (Hadj). La façon dont Dieu a imposé ces exercices fait qu'ils satisfont les buts spirituels et les besoins humains.

 

Certains sont quotidiens, certains hebdomadaires, certains mensuels; certains au moins une fois dans la vie. Ils renferment tous les jours de la semaine, toutes les semaines du mois, tous les mois de l'année et toutes les années de la vie et par dessus tout marque tout le cours de la vie d'un trait divin. Il a déjà été mentionné que la Foi sans action et pratique est une foi morte, en ce qui concerne l'Islam.

 

La foi est de nature très sensible et peut être très effective. Quand elle n'est mise en pratique ou est hors d'usage, elle perd rapidement sa vivacité et son pouvoir motivateur. Le seul moyen de stimuler la Foi et la faire servir son but est la pratique. La pratique pourvoie la Foi de nourriture, de survie et d'efficacité.

 

En retour la Foi inspire l'homme à être constant dans sa dévotion et persistant dans sa pratique. C'est que la Foi et la pratique sont fortement liées entre elles et leur inter-dépendance se comprennent bien. Une personne sans Foi n'a pas de vraie source d'inspiration et, conséquemment, pas d'objectifs valables à atteindre ou même à y aspirer. La vie d'une telle personne n'a pas de sens, et elle vit au jour le jour, ce qui n'est pas du tout une vie. D'autre part, celui qui confesse la Foi mais ne la pratique pas se déçoit et, en fait, n'a pas de Foi, dans lequel cas il n'est qu'un vagabond sans ressource qui s'est égaré.

 

La relation entre la Foi et la pratique en Islam se réfléchit dans la structure de la religion et manifeste la philosophie profonde de ses enseignements. L'islam ne reconnait aucune séparation entre l'âme et le corps, l'esprit et la matière, la religion et la vie. Il accepte l'homme comme Dieu l'a créé et reconnaît que sa nature comprend l'âme et le corps. Il ne néglige pas sa nature spirituel, sinon l'homme ne serait comme n'importe quel animal. Ni sous-estime-t-il ses besoins matériels, sinon l'homme serait un ange, ce qu'il n'est pas et ne peut être. Selon l'Islam, l'homme occupe une position centrale dans la création. Il n'est pas purement spirituel car les êtres purement spirituels sont les anges, ni en est-il au-delà, car le Seul Être qui en est au-delà est Dieu. Il n'est pas entièrement physique ou matériels, car les seuls êtres appartenant à cette catégorie sont les bêtes et les autres irrationnelles.

 

Étant donc d'une nature complémentaire, l'homme à des besoins parallèles: spirituels et matériels, moraux et physiques. La religion qui peut aider l'homme et l'approcher de Dieu, c'est la religion qui prend en considération tous ces besoins, la religion qui élève le statut spirituel et discipline les désires physiques. Et c'est la religion Islam. Opprimer un côté de la nature humaine, ou provoque,r le déséquilibre, ou s'appuyer dans une direction seulement, serait une contradiction abusive de la nature humaine et aussi un mépris irresponsable de la nature même dont Dieu a créé l'homme.

 

Puisque l'Islam reconnait pleinement la nature humaine comme elle est et s'intéresse au bien-être spirituel aussi bien que matériel de l'homme, il ne considère pas la religion comme une affaire personnelle ou une entité séparée des affaires courantes de la vie. D'autre part, la vie n'a pas de sens, si elle n'est pas organisée et dirigée selon la Loi Divine. Cela explique pourquoi l'Islam étend son sens d'organisation à tous les domaines de la vie: conduite individuelle et sociale, travail et industrie, économie et politique, relations nationales et internationales, et autres. Cela explique aussi pourquoi l'Islam étend sons sens d'organisation à tous les domaines de la vie: conduite individuelle et sociale, travail et industrie, économie et politique, relations nationales et internationales, et autres. Cela explique aussi pourquoi l'Islam ne reconnaît pas la «sécularité» ou séparation de la religion des activités quotidiennes de l'homme. Une action réciproque entre la vraie religion et la vie qui a un sens est essentielle. Et c'est pourquoi l'Islam entre dans tous les domaines de la vie pour diriger toutes les activités humaines d'une manière saine et bénéfique, acceptable à Dieu et pour le bien de l'homme.

 

En conséquence de cette correspondance nécessaire entre la vraie religion et la vie quotidienne, l'Islam n'accepte pas la doctrine de «six jours pour moi ou les affaires mondaines et un jour pour le Seigneur», Cette doctrine ne signifie rien à La longue, et palit et affaiblit la vivacité de la religion. De plus, elle fait preuve de grosse injustice envers Dieu de la part de l'homme et cause des blessures au détriment de l'âme de celui-ci. Une grosse négligence des \ besoins spirituels et moraux est aussi, sinon plus, importante que les désires matériels. C'est un bouleversement dangereux de la nature de l'homme, et tout déséquilibre de ce genre est symptôme de dégénérescence. De même, si l'homme réserve six jour pour la moquerie ou la méditation exclusive et un jour pour soi-même, il ne sera mieux d'aucune façon. Il y aura toujours le déséquilibre. Le naturel et logique, donc, est le cours offert par l'Islam. Étant de nature complémentaire et situé au centre de la gamme des créatures, l'homme aura de sérieux ennuis s'il néglige son âme ou son corps, ou s'il laisse l'un deux dominer l'autre. Nourrir les deux, pour entretenir les deux d'une manière équilibrée et saine est le plus dure épreuve du sens de justice et d'intégrité de l'homme aussi bien que de sa force de volonté et de sa sincérité. Et pour aider l'homme à réussir cette épreuve, l'Islam est venu à son secours avec les exercices réguliers de la Foi.

 

''La préservation finale''

Dr Faysal Ibn Michaal Ibn Saoud Ibn Adel-Aziz Ali Saoud

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents