Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Chapitre 31 La réconciliation entre les gens

Publié par Baladislam sur 21 Avril 2011, 22:05pm

Catégories : #Hadiths

fond islam (15)

 

Dieu le Très-Haut dit :

 

Il n'y a rien de bon dans la majeure partie de leurs conversations secrètes, sauf si l'un d'eux: ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Coran 4/114

 

Et la réconciliation est meilleure. Coran 4/128

 

Craignez Dieu, maintenez la concorde entre vous. Coran 8/1

 

Les croyants ne sont que des frères, établissez la concorde entre vos frères. Coran49/10

 

248. Abû Hurayra rapporte que l'Envoyé de Dieu (Saw) a dit : L'homme, pour chacune de ses articulations, doit verser l'aumône chaque jour où le soleil se lève. Pratiquer l'équité entre deux personnes est une aumône. Aider un homme à enfourcher sa monture ou à hisser (sur elle) ses bagages est une aumône. Dire une bonne parole est une aumône et tout pas effectué vers un [lieu] de prière est une aumône. Enfin, écarter ce qui nuit de la voie (publique) est également une aumône. Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

L'incitation à juger équitablement entre les gens et à user d'un bon caractère et les mérites d'accomplir la salat la mosquée. Ces actions constituent une aumône pour qui n'a pas les moyens de faire œuvre de charité.

 

249. Selon Umm Kalthûm bint 'Uqba ibn Abi Mu'it, le Prophète (Saw) a dit : N'est pas considère comme menteur celui qui réconcilie les gens en rapportant des paroles bienveillantes. Bukhari et Muslim

 

Dans une autre version de Muslim, elle ajoute : « Je ne l'ai jamais entendu tolérer le mensonge si ce n'est dans trois cas : en temps de guerre, en vue de réconcilier des gens et lorsqu'un homme et une femme s'entretiennent de ce qui touche à leur couple. »

 

 Ce qu'il faut retenir : 

 

Le mensonge est interdit en islam, à l'exception des trois cas cités ici : en cas de guerre pour tromper l'ennemi, pour réconcilier les gens et quand la personne (homme ou femme) Hâte son conjoint pour lui faire plaisir.

 

250. Selon 'Aïsha: Le Prophète (Saw) entendit à sa porte le bruit élevé d'une dispute entre deux hommes. 'Lun d'eux proposa à l'autre de renoncer à une partie de sa créance et de lui faire des facilités pour le reste, mais l'autre répondit : « Par Dieu !Je n'en ferai rien! » L'Envoyé de Dieu (Saw) sortit alors et demanda : « Lequel de vous deux vient de jurer par Dieu de ne point faire le bien envers son compagnon ?» L'homme concerné répondit : « C'est moi, Envoyé de Dieu ! Mais, à présent, j'accepte la solution qui lui convient. » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

L'incitation à proposer des facilités à celui qui est endetté ou à lui effacer une partie de sa dette. Faire le bien est une richesse, y renoncer est une affliction, raison pour laquelle le Prophète a blâmé celui qui a juré de ne plus pratiquer le bien. Enfin, réconcilier les gens aucours d'une dispute est un devoir pour qui peut le faire.

 

251. Selon Abû al-'Abbas Sahl ibn Sa'd as-Sa'idi: Le Prophète (Saw) eut connaissance d'un litige entre les membres de la tribu des Bani 'Amr ibn 'Awf Le Prophète (Saw) se rendit chez eux, accompagné d'un groupe de personnes, afin de les réconcilier. Il fut retenu chez eux alors que le temps de la salat etait venu. Bilal vint alors trouver Abu Bakr et lui dit : « Abu Bakr ! Le Prophète a été retenu alors que le temps de la salat est venu, peux-tu la diriger ? » - « Oui, si tu le désires. » Bilal prononça l'iqama, Abu Bakr s'avança et prononça la formule d'entrée en prière (takbir), suivi par tous les fidèles. C'est alors qu'arriva le Prophète (Saw) qui traversa les rangs et prit place dans la première rangée. Les gens se mirent alors à taper des mains, mais Abu Bakr ne se retournait jamais lorsqu'il était en salat. Cependant, comme le bruit s'intensifiait, Abu Bakr se retourna et vit alors le Messager de Dieu (Saw) qui lui fit signe de poursuivre. Abu Bakr, après avoir levé les mains et prononce la formule « louange à Dieu », vint à reculons se placer dans le rang. Le Prophète (Saw) avança alors et dirigea la prière. Lorsqu'il termina la salat et fit face aux fidèles et dit : « Pourquoi frappez-vous des mains lorsqu'il survient quelque chose au cours de la salat? Frapper des mains est réserve aux femmes. Lorsqu'il survient quelque chose au cours de la salat dites "subbanAllah" (gloire à Dieu) , car quiconque entendra prononcer ces mots y prêtera aussitôt attention (donc se retournera). Et toi, Abu Bakr, qu'est-ce qui t'a empêché de diriger la salat lorsque je t'ai fait signe de poursuivre ? » Abu Bakr répondit : « Il ne sied pas au fils d'Abu Quhafa de diriger la prière en présence de l'Envoyé de Dieu (Saw). » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

Il est permis de dire subban Allah lorsque l'imam a commis une erreur au cours de la salat afin de lui rappeler son erreur. Il est permis de se retourner légèrement pendant la salat en cas de nécessité.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents