Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Chapitre 33 Le devoir de se montrer bienveillant, compatissant et modeste envers l'orphelin, les jeunes filles, les faibles et les pauvres

Publié par Baladislam sur 5 Mai 2011, 22:02pm

Catégories : #Hadiths

fond islam (91)

 

Dieu le Très-Haut dit :

 

Montre-toi bienveillant et modeste envers les croyants. Coran 15/88

 

Fais preuve de patience [en restant] avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, par amour pour Lui. Et ne les quitte pas pour courir après les plaisirs de ce monde. Coran 18/28

 

Quant à l'orphelin, ne le maltraite pas. Quant au mendiant, ne le repousse pas. Coran 93/9-10

 

As-tu vu celui qui considère le Jugement dernier comme un mensonge ?C'est celui qui repousse l'orphelin et qui n'incite pas à nourrir le pauvre. Coran 10/11-3

 

260. Sa'd ibn Abi Waqqas rapporte : Nous étions six en compagnie du Prophète (saw) lorsque les polythéistes lui demandèrent : « Chasse donc ces deux-là afin qu'ils ne s'avisent pas de se présenter à nous. » Il y avait avec moi Ibn Mas'ud, un homme de la tribu de HudhayI, Bilal et deux autres que je ne nommerai pas. Il vint alors à l'esprit de l'Envoyé de Dieu (saw) ce que Dieu voulait lui inspirer; il se mit à réfléchir et c'est alors que Dieu lui révéla :

 

Et ne repousse pas ceux qui, matin et soir, implorent leur Seigneur, dans le seul espoir de contempler Sa Face. Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Les pauvres et les faibles étaient les premiers adeptes de l'islam. Il faut donc estimer les gens pour leur religiosité et non pour leur prestige. En outre, il faut éviter de leur faire du mal car leur nuire, c'est chercher à nuire à Dieu.

 

261. Selon Abu Hubayra 'A'idh ibn 'Amr al-Muzani l'un de ceux qui avaient passé avec le Prophète (saw) le pacte de Riqwan; Abu Sufyan se présenta à la tète d'un petit groupe devant Salman, Suhayb et Bilal. Ces derniers leur dirent : « Les sabres de Dieu n'ont pas encore pris tout leur du aux ennemis de Dieu. » Abu Bake répliqua alors : « Comment pouvez-vous dire chose pareille au patriarche et seigneur de la tribu Quraysh (c' est-à-dire Abu Sufyan) ? » Il se rendit alors chez le Prophète (saw) et l'en informa. Le Prophète lui dit: « O Abu Bakr! II se peut que tu les aies mis en colère, et si c'est le cas, tu as alors mis en colère ton Seigneur! » Abu Bakr retourna auprès des trois [hommes] et leur demanda: « Mes frères, vous ai-je mis en colère ? » -« Non, répondirent-ils, et que Dieu te pardonne, notre Frère ! » Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La fraternité en Dieu implique d'interpréter les paroles de ses frères de la meilleure des manières.

 

262. Selon Sahl ibn Sa'd, le Prophète (saw) a dit : « Au Paradis, le tuteur d'un orphelin et moi-même serons comme cela. » Et il montra son index et son majeur en laissant un espace entre les deux. Bukhari

 

Ce qu'il faut retenir :

 

incitation a prendre soin de l'orphelin et à préserver ses biens. Ibn Banal a dit ; « Il est du devoir de celui qui entend ce hadith de l'appliquer afin d'être le compagnon du Prophète au Paradis, et il n'y a pas de degré meilleur dans l'au-delà que celui-là. »

 

263. Selon Abu Hurayra, le Prophète (saw) a dit : «Celui qui se charge de l'orphelin qu'il s'agisse d'un proche ou non sera avec moi au Paradis comme ces deux doigts. » Le rapporteur de ce hadith, Malik ibn Anas, montra alors ses deux doigts, l'index et le majeur. Muslim

 

264. Toujours selon Abu Hurayra, le Prophète (saw) a dit : « Le pauvre n' est pas celui qui va et vient afin de récolter une datte ou deux, ou bien une bouchée ou deux de nourriture, le véritable pauvre est celui qui s'abstient de demander. » Bukhari et Muslim

 

Dans une autre version que l'on trouve dans les deux recueils authentiques (Sabibayn), il est dit: « Le pauvre n'est pas celui qui déambule afin de glaner de-ci de-là deux dattes ou deux bouchées de nourriture, mais c'est celui qui ne trouve pas de quoi subvenir a ses besoins, que personne ne remarque afin de lui faire aumône, et qui ne va pas non plus mendier. »

 

Ce qu'il faut retenir

 

Khattabi a dit : « Le Prophète (saw) n'a pas inclus parmi les pauvres celui qui déambule afin de mendier car il finit par obtenir sa subsistance et parfois une aumône s'ajoute à cela, sa qualité de pauvre se trouve donc supprimée. Le besoin et la pauvreté perdurent cependant chez celui qui refuse de quémander. »

 

Dieu le Trés-Haut dit à ce sujet :

 

L'ignorant les croit riches parce qu'ils ont honte de mendier. (Coran 2/273)

 

265. Toujours selon lui, le Prophéte (saw) a dit: « Celui qui s'empresse de pourvoir aux besoins de la veuve et de l'indigent est semblable à celui qui combat au service de Dieu. » Il me semble qu'il ait dit également : « Et à celui qui passe ses nuits à prier inlassablement et à celui qui jeune de manière permanente. » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Le Prophète (saw) a comparé celui qui s'emploie à secourir la veuve et l'indigent à celui qui combat au service de Dieu, car la persévérance en cela nécessite de la patience et une lutte acharnée contre Satan et son ego. L'adoration englobe donc toute bonne action.

 

266. Selon Abu Hurayra, le Prophéte (saw) a dit : « Le pire des repas est le repas de noce auquel on repousse ceux qui s'y rendent et auquel on invite ceux qui ne veulent pas s'y rendre. Celui qui ne répond pas à l'invitation a désobéi à Dieu et à Son Prophète. » Muslim

 

Une version commune à Bukhari et Muslim, selon Abu Hurayra, dit : « Le pire des repas est le repas de noce auquel on invite les riches et délaisse les pauvres. »

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Répondre à une invitation de repas de noce est une obligation, quant à tout autre repas, cela est recommandé, à condition qu'il ne s'y trouve pas d'interdit. Une des épreuves auxquelles sont confrontés les musulmans de nos jours est l'ostentation, la vanité et le gaspillage au cours des repas, où l'on invite les riches tout en repoussant les pauvres et les nécessiteux. L'islam n'a de cesse d'inciter à protéger les droits des faibles. Les musulmans doivent donc être ) ce niveau très vigilants.

 

267. Selon Anas, le Prophète (saw) a dit : « Celui qui élève deux jeunes filles jusqu'à leur puberté, le jour du Jugement, nous serons lui et moi comme ces deux doigts. » Et il joignit ses deux doigts. Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Le mérite d'élever et d'éduquer des filles et de se montrer bon et compatissant envers elles. Ce hadith est donc un argument contre les détracteurs de l'islam qui voient en cette religion la négation du droit des femmes. L'islam est la religion qui a élevé le statut de la femme et a protégé ses droits. C'est aussi un rejet de la conception traditionnelle de la femme qui privilégie le garçon à la fille. Pour la puberté l'imam Qurtubi a dit : "C'est-a-dire jusqu'à ce qu'elles puissent s'assumer.''

 

268. 'Aïcha rapporte : Une femme accompagnée de ses deux filles vint chez moi afin de quémander quelque chose. Or, je n'avais rien d'autre à lui donner si ce n' est une datte qu'elle partagea entre ses deux filles sans en manger elle-même. Puis elle se leva et sortit. A ce moment, le Prophète (saw) entra chez nous. Je lui racontai ce qui venait de se passer. II dit alors : « Celui que Dieu éprouve à travers ses filles et qui se montre bon envers elles, ces filles seront pour lui un rempart contre le feu de l'Enfer. » Bukhari at Muslim

 

269. 'Aïcha rapporte : Une pauvre femme vint me trouver portant ses deux filles. Je lui donnai trois dattes, elle en remit une à chacune de ses filles et s'apprêtait à manger la troisième lorsque ses filles lui réclamèrent de la nourriture. Elle partagea la datte entre ses filles. Ce geste me plut et j'en informai le Prophète (saw) de Dieu qui me dit : « Dieu lui a promis le Paradis pour son geste et l'a délivrée de l'Enfer. » Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

A l'époque ante islamique, les Arabes détestaient les filles et les enterraient vivantes. L'islam est apparu et a fait de la bonne éducation des filles un moyen d'accéder au Paradis et d'être préservé de l'Enfer. Ce hadith insiste aussi sur la faveur de l'aumône, preuve de la foi du croyant et de sa confiance portée en Dieu et en Sa récompense.

 

270. Selon Abu Shurayh Khuwaylid ibn 'Amr al-Khuza'i, le Prophéte (saw) a dit : « Seigneur! Je considère pécheur et je mets sévèrement en garde ceux qui s'en prennent aux droits de l'orphelin et de la femme. » Nasaï

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La mise en garde contre ceux qui négligent les droits de la femme et de l'orphelin, car Dieu protège les gens qui peuvent être vulnérables. Il annonce un châtiment terrible à ceux qui leur causent du tort.

 

271. Mus'ab ibn Sa'd ibn Abi Waqqas rapporte : Sa'd estimait avoir une prééminence sur certains de ses compagnons. Le Prophète (saw) dit alors : « Dieu ne vous accorde-t-Il pas la victoire et ne vous assure-t-Il pas votre subsistance uniquement par égard pour les faibles d'entre vous ? » Bukhari

 

Ce qu'il faut retenir :

 

L'homme fort est supérieur par son courage c'est d'ailleurs ce qu'estimait Sa'd ibn Abi Waqqas comme l'a évoqué Ibn 'Allan dans son ouvrage Dalil al-falihin ; quant au faible, il est supérieur par sa sincérité et sa supplication au cours de ses prières. Il a donc énormément de valeur. Si l'être humain se montre doux, clément et généreux envers le nécessiteux, Dieu le soutiendra et lui assurera sa subsistance. En effet, Dieu nous informe qu'Il restitue indéniablement toute dépense que l'homme fait à Son service. Il dit :

 

Et toute dépense que vous faites, Dieu vous la restituera, car Il est le plus Généreux des dispensateurs.

 (Coran 34/39)

 

272. Abû Darda' 'Uwaymirin rapporte : J'ai entendu l'Envoyé de Dieu (saw) dire: « Aidez-moi à secourir les faibles, car vous ne serez secourus et pourvus de votre subsistance que par égard aux faibles. » Rapporté par Abu Dawud selon une chaine jugée bonne hasan

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents