Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Chapitre 42 Le mérite d'être bon à l'égard des amis du père, de la mère, des proches, de l'épouse, et de tous ceux qu'on recommande d'honorer

Publié par Baladislam sur 16 Juin 2011, 22:02pm

Catégories : #Hadiths

fond islam (10)

 

341. Selon ibn 'Umar, le Prophète (saw) a dit: « La meilleure façon d'honorer les liens avec ses parents consiste à entretenir de bonnes relations avec les amis de son père. » Muslim

 

342. 'AbdullAh ibn Dinar rapporte : Abdullah ibn 'Umar rencontra un bédouin sur la route qui mène à la Mecque. Il le salua, le fit monter sur son âne et lui offrit le turban qu'il portait sur sa tète. Abdullah ibn Dinar et ceux qui étaient présents lui dirent: « Que Dieu t'aide, ce n'est qu'un bédouin et les bédouins se contentent de peu ! » Ibn 'Umar reprit alors : « En fait, le père de cet homme était un ami de 'Umar ibn al-Khanab [son père]. Or, j'ai entendu le Prophète (saw) dire: "La meilleure façon d'honorer les liens avec ses parents consiste à entretenir de bonnes relations avec les amis de son père." » Muslim

 

Une autre version toujours rapportée par 'Abdullah ibn Dinar mentionne: 'Abdullah ibn 'Umar avait pour habitude d'emmener avec lui un âne quand il faisait un voyage vers La Mecque afin de se reposer lorsqu'il était fatigué de monter son chameau ainsi qu'un turban avec lequel il s'entourait la tète. Un jour, alors qu'il était adossé sur son âne, un bédouin passa près de lui et lui demanda : « N'es-tu pas untel fils d' untel ? » -« Oui, s'écria Ibn 'Umar. » Il lui offrit alors son âne et son turban et dit : « Monte cet âne et enroule ce turban autour de ta tète. » Un de ses Compagnons lui fit alors cette remarque ; « Que Dieu te pardonne ! Tu as donné à ce bédouin l'âne sur lequel tu te reposais et le turban avec lequel tu t' entourais la tête. » Ibn 'Umar lui répondit alors : « J'ai entendu le Prophète (saw) dire: "La meilleure façon d'honorer les liens avec ses parents consiste à entretenir de bonnes relations avec les amis de son père après sa mort." Or, son père était un ami de 'Umar. » Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Aimer les amis de ses parents et se montrer bienveillant à leur égard constitue le meilleur moyen de les honorer. Il faut aussi remarquer dans ce hadith que l'invocation: « Que Dieu te pardonne » fait partie des convenances à adopter lorsque l'on veut faire un reproche à autrui. A cet égard, Dieu dit :

 

Que Dieu te pardonne ! Pourquoi les as-tu dispensés d'aller au combat ... (Coran 9/44).

 

343. Abu Usayd Malik ibn Rabi'a as-Sa'idf rapporte : Alors que nous étions assis auprès du Prophète (saw), un homme de la tribu des Bani Salama vint trouver le Prophète et lui demanda : «O Envoyé de Dieu ! M'est-il encore possible d'être bienveillant envers mes parents décédé ? » Le Prophète (saw) répondit : « Oui, et ceci en priant pour eux, en demandant à Dieu de leur pardonner, en tenant les promesses qu'ils ont faites, en préservant les liens familiaux qui ne peuvent être maintenus qu'à travers eux, et enfin, en honorant leurs amis. » Abu Dawud

 

Ce qu'il faut retenir :

 

II faut saisir l'occasion de se montrer bienveillant à l'égard de ses parents encore en vie et de faire des invocations en leur faveur après leur mort, comme Dieu l'a évoqué:

 

Seigneur! Sois miséricordieux envers eux comme ils l'ont été envers moi, quand ils m'ont élevé tout petit! (Coran 17124)

 

Ainsi, lorsque l'homme meurt ses œuvres cessent à l'exception de trois d'entre elles, parmi elles : un enfant pieux qui adresse à Dieu des requêtes en faveur de ses parents (cf. hadith n° 1391 rapporté par Muslim)

 

344. 'Aisha rapporte : Je n'ai jamais éprouve de jalousie à l'égard des épouses du Prophète (saw) comme j'en ai éprouve vis-à-vis de Khadija. Pourtant, je ne l'ai jamais vue, mais il mentionnait souvent son nom. De temps à autre, il sacrifiait une brebis, la découpait en morceaux afin de l' offrir aux amies de Khadija. II m' arrivait alors de lui dire : « On dirait qu'il n'y a eu aucune femme au monde si ce n'est Khadija ! » Et lui de répondre : « Elle était ainsi et faisait cela, et puis c' est d'elle que j'ai eu des enfants. » Bukhari et Muslim

 

Dans une autre version, il est dit : « Parfois, il sacrifiait une brebis et en offrait aux amies de Khadija selon leurs besoins. »

 

Dans une autre version, on trouve: « Lorsqu'il sacrifiait une brebis, le Prophète (saw) disait : "Envoyez-en aux amies de Khadija." »

 

Une dernière version mentionne : « Hilla bint Khuwaylid, la sœur de Khadija, demanda l'autorisation d'entrer chez le Prophète (saw). Il reconnut la même façon que Khadija avait de demander la permission d'entrer, il ressentit de l'apaisement et en fut tout ému. Il déclara alors : "Seigneur! C'est Hala bint Khuwaylid!" »

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La faveur dont jouit Khadija bint Khuwaylid est l'amour du Prophète (saw) pour elle, jusqu'à mentionner souvent son nom et à continuer à entretenir de bonnes relations avec ses amies. Khadija a été, pour le Prophète un soutien précieux dans sa prédication. Elle n' a cessé de croire en son message sans jamais douter, et ceci, depuis la toute première révélation. Plus généralement, le Prophète (saw) s' est toujours montré bienfaisant envers ses proches. Il maintenait les liens de parenté jusqu'à même sacrifier une brebis et distribuer les différentes parts aux amies de son épouse Khadlja, alors décédée.

 

345. Anas ibn Malik rapporte : J'étais en voyage avec Jarir ibn Abdillah al-Jabali et il ne cessait de me servir (alors qu'il était plus agé). Je lui dis alors : « Non, ne le fais pas ! » Il me répondit alors : « J'ai vu comment les ansars se comportaient avec le Prophète (saw), et depuis je me suis juré de jamais plus accompagner l'un d'eux sans être totalement à son service. » Bukhari et Muslim

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents