Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


« Exhortations purificatrices de l'âme » Engage ton affaire dans la vie d’ici bas

Publié par Baladislam sur 5 Mars 2012, 23:03pm

Catégories : #Exhortations et rappels

 fond islam (58)

 

Malheur à toi ! Le bas monde est une demeure de salut pour la vie future. C’est selon ce que tu y endureras comme désagréments pour Allâh que tu seras récompensée et c’est selon ce que tu abandonneras de ses plaisirs que tu seras rétribuée !

 

Les accumulateurs ont souffert les tristesses dans le bas monde pour les récupérer sous forme de joie permanente dans la vie future.

 

Ils ont longuement pleuré dans le bas monde pour se réjouir durablement dans la vie future. Ils se sont épuisés et exténués pour gagner le repos perpétuel.

 

Pour Allâh ils ont refusé les désirs en espérant avoir de belles houris et des belles réceptions où le vin coulera à flot, et réaliser bien des souhaits et toutes sortes de plaisirs !

 

Malheur à toi ! Ne prétend pas bien traiter avec ton Maître dans la demeure de l’ouvrage, pour ne pas perdre le bas monde et la vie future !

 

Malheur à toi, ô âme ! Pleure tes péchés antérieurs car celui qui a rompu les amarres s’aide des pleurs pour s’adresser à Celui à qui il demande secours dans l’espoir qu’Il le prenne en miséricorde !

 

Aussi lance toi dans les pleurs, les lamentations, les cris et les hurlements, peut-être aura-t-Il pitié de tes larmes pour te relever de tes trébuchements et hâter ton transfert !

 

S’Il a pitié de tes pleurs et qu’Il entend tes plaintes et sait tes lamentations et tes gémissements, car Il connaît la gravité de ton méfait, j’espère qu’Il hâtera pour toi la station de la délivrance et te transportera dans la station de celui qu’Il prend en charge et auquel Il fait miséricorde pour ses supplications et ses plaintes. Aussi, lance-toi dans les lamentations, les gémissements, plaintes et les répétitions, pour demander une compensation de l’épreuve en disant :

 

Ô Tout Miséricordieux ! Ô Très Miséricordieux ! Ô Tout Puissant ! Ô Majestueux ! Tu m’as créé et Tu as parfait ma création ! Tu m’as élevé et Tu as parfait mon éducation jusqu’à ce que j’atteigne l’âge de celui à qui s’imposent Tes prescriptions et Tes interdits ! Je ne T’ai pas remercié pour Tes bienfaits et je n’ai pas respecté Ton droit. Aussi, je me suis exposé à Ton courroux. Je me suis alors détourné de Toi et je T’ai fui. Malgré cela, Ta protection et Ta bienfaisance ne m’ont pas quitté !

 

Puis j’ai récidivé en m’exposant une nouvelle fois à Ta désobéissance et Tu n’as fait que me combler de Ta bonté et de Ta bienveillance. Puis j’ai persisté dans mon impudence à oser affronter Ton agrément, mais Tu as tenu à m’offrir Ton affection et Ton attendrissement : J’oppose mes méfaits à chaque bienfaisance de Ta part, et Tu opposes Ta bonté à chaque écart de ma part !

 

Ensuite tu m’as comblé, bien que rien ne T’échappe de ma longue insouciance, en me réveillant de mon sommeil et en me réveillant de mon insouciance. Tu as visé ainsi l’obstination de mon cœur pour l’affranchir par la repentance uniquement par don de Ta part pour que je réussisse !

 

Lorsque ma repentance se manifesta aux hommes, cette repentance a tendu à me conduire, vers les splendeurs du bas monde, l’éloge agréable des créatures et le fait de me fier à leur estime et considération. J’ai rebroussé chemin comme un menteur en affectant ma conversion vers Toi et en me parant de mon infortune auprès de Toi.

 

Puis Tu m’as comblé en me permettant de chercher les Traditions et de retenir le Texte du Coran. Mais je T’ai désobéi malgré la science et les indications claires en commettant des péchés se rapportant aux membres et aux moyens d’existence et des péchés relatifs à ce que Tu m’as comblé en matière d’œuvres pies et de rapprochement de Toi. Dans les deux cas, je T’irrite dans ce par quoi je me rapproche de Toi en le mêlant de ce qui m’éloigne de Toi et dans ce par quoi je Te désobéis en m’exposant à Ton courroux. Ainsi, mon forfait est devenu très grave, car il est intervenu après la science et les preuves éclatantes. Et comme je me suis leurré devant la manifestation de la beauté de l’éloge de la part des gens, je suis accroché au maintien de la réputation en oeuvrant pour la faire durer et en craignant sa régression.

 

Moi je suis donc le désobéissant dans ma vie d’ici bas. Je suis le pauvre et le dépouillé, ou plutôt je suis celui qui reconnaît les péchés et les fautes, ou plutôt je suis le malade exposé en permanence aux rechutes, comme si j’entretenais les causes de ma perte !

 

Malheur à moi si mon Seigneur est courroucé contre moi ! Quel échec pour moi si le courroux d’Allah s’abat sur moi ! Quel regret pour moi si Allâh m’a imposé de ne pas vivre dans Son voisinage au Paradis ! Quel malheur et quelle plainte pour moi s’Il a fermé la porte devant moi, de sorte qu’aucune de mes invocations ne s’élève au ciel et qu’aucune de mes œuvres ne monte jusqu’à Lui ! Durables seront ma tristesse et mon affliction. Durables seront mes peines et mon chagrin, si Allâh a rompu les liens entre moi et Lui !

 

Malheur à moi ! Peut-être suis-je du nombre des ennemis d’Allâh sans que je le sache ! Peut-être qu’Il S’est imposé de ne pas me relever, sans soucier guère de comment sera mon retour du bas monde ! Combien je vais m’exposer à l’opprobre, aux humiliations durables et à la tristesse s’Il ne me pardonne pas avant le terme de la vie et l’arrivée de mon heure ultime où tout me sera dévoilé et où je recevrai la nouvelle sûre et certaine. Ô ma peine et ma faiblesse ! Ô ma honte ! Ô mon grand regret et mon grand remords ! Je suis malheureux s’Il rejette mon appel et refuse ma plainte !

 

Comment secourt-Il celui contre lequel Il est en colère ? Comment prend-t-Il en miséricorde celui contre lequel Il est courroucé ?

 

Je suis le hardi qui ne s’arrête pas (de commettre les forfaits) et je suis l’obstiné qui n’a aucune pudeur !

 

Malheur à toi, ô âme ! Où est la récitation du Coran ? Où sont les significations des Traditions ? Où est l’action de grâce pour Celui dont tu ne connais de Lui que la bienfaisance ? Tu as accepté les états des ignorants, les demeures des insoucieux et les œuvres des pervers ! Malheur à toi, ô âme ! Tous les plaisirs ne finiront-ils pas par te quitter ? L’aisance ne finira-t-elle pas par disparaître chez toi ? Les heures et les jours remplis de forfaits et de péchés disparaîtront et il te restera à répondre des conséquences. Tout cela partira et disparaîtra, et restera l’interrogatoire !

 

Voilà comme tu fais face à tes jours : Ce qu’ils apportent et ce que tu dois en répondre comme conséquences ! Détourne-toi donc de ce qui disparaît et ne laisse que ses mauvaises conséquences ! Par Allâh ! Avec cela aucune subsistance et aucune durée de vie ne te seront d’une quelconque utilité. Et que ton issue heureuse dans le bas monde et dans la vie future, ne te quitte pas comme souci.

 

Malheur à toi ! Appelle ton Seigneur avec une voix triste à partir d’un cœur ardent et affligé ! Fais couler les larmes et appelle au secours comme un affligé !

 

Dis : Seigneur ! C’est la position de l’implorant nécessiteux, du pauvre malheureux, du perdu qui se noie ! Hâte mon secours et ma délivrance ! Fais-moi voir les effets de Ta miséricorde ! Fais-moi goûter la fraîcheur de Ton pardon et de Ton absolution ! Accorde-moi la force de Ta grandeur, le plaisir de Te voir Te tourner vers moi, la tranquillité de voir disparaître Ton châtiment, la joie du cœur par Toi et la familiarité de l’amour pour Toi ! Modifie donc mes états ! Retourne mon ambition et transforme mon plaisir pour que cela devienne effectif dans la sincérité de mon rapport à Toi, dans la douceur de mes confidences avec Toi et dans la tranquillité de la confiance en Toi !

 

« Exhortations purificatrices de l'âme »

 Mu‘âtabat an-Nafs » Par l’Imâm al-Hârith al-Muhâsibî

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents