Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


« Exhortations purificatrices de l'âme » Rappelle-toi qu’Allâh pardonne tous les péchés

Publié par Baladislam sur 6 Mars 2012, 23:01pm

Catégories : #Exhortations et rappels

fond islam (9)

 

Mon chagrin si je le réalise est immense ; mon humiliation est grave et mon affliction est terrible car je vivais de la demande et ma délivrance me tarde !

 

Et j’ai vu, entendu, réalisé et connu des choses sur ceux que Tu as loués, secourus, délivrés avec empressement en les purifiant des souillures et en leur imposant la crainte et la nostalgie pour Toi !

 

Aussi, si mon foie se met en pièces à cause des regrets, je serai parfaitement dans ma vérité parce que je suis un nécessiteux exténué. Je demande et on ne me donne pas et je vois ce dont bénéficient ceux qui oeuvrent pour Toi, comme dons multiples et bienfaisance ininterrompue. Et mon âme ne suit pas pour partager avec eux leurs stations spirituelles.

 

Heureux est le serviteur que Tu secours ! Tu purifies son cœur de la souillure des péchés ; Tu lui imposes Ta vénération et le bon appel à Toi ; Tu le combles par la sincérité de l’amour pour Toi, par l’intense nostalgie pour Toi et par un formidable ardent désir pour Toi en plus d’une crainte immense, d’une longue tristesse, de la peur et de l’appréhension pour ses négligences du passé et ses péchés antérieurs. Ce serviteur s’attendrit pour Toi, se familiarise de Ta proximité et se réjouit de Tes confidences tout en appréhendant une éventuelle intervention entre lui et Toi.

 

J’ai dépensé le maximum d’effort pour me rapprocher de Toi. Or voici que Tu as secouru sans parcimonie aucune qui accède auprès de Toi dans Ton royaume. Et moi Tu m’abandonnes à ma pauvreté et à mon indigence sans que mon secours Te manque ! Veuille hâter ma joie car le fait de tarder de me secourir ne fait que m’attrister et je ne saurai à quand ma délivrance !

 

Je suis affligé pour mon détournement de Toi dans le passé. Mais ce qui brise mon cœur et le blesse c’est de voir ceux qui oeuvrent pour Toi se délecter grâce à Ta libéralité, vivre à l’aise au milieu de Tes dons et se réjouir de l’intense nostalgie pour Toi en se détournant du bas monde et en s’activant avec sérieux dans la recherche des cimes de Ta proximité car ils se sentent en eux-mêmes riches par rapport à tout ce qui est autre que Toi et fiers de Toi comme serviteurs !

 

Or je suis Ton serviteur comme ils sont Tes serviteurs ! Je suis pauvre et nécessiteux comme ils étaient nécessiteux dans leur situation gênante. Mais Tu leur as pardonné leurs fautes et Tu les as arrachés à l’avilissement de leurs caractères et à la laideur de leurs œuvres.

 

Fais donc rejoindre Ton serviteur pauvre et nécessiteux à la cohorte des hommes forts qui oeuvrent pour Toi et de celle des serviteurs qui reviennent vers Allâh et se repentent ! Ne retarde pas cela le temps d’un clin d’œil. Car lorsque Tu veux quelque chose, Tu lui dis : Sois, et il est !

 

Dis, à la crainte et à l’appréhension, à l’effroi et à l’émoi de garder mon cœur, à mon amour pour Toi de dominer tous mes soucis, à mes membres de s’affairer avec empressement et à mes passions et à mes désirs de mourir dans le recueillement afin que Tu me fasses goûter la joie du bonheur de l’obéissance qui sera reliée par la félicité éternelle dans Ton voisinage et la vision de Ta beauté ! Mon Allâh et mon Seigneur ! Ô destinataire de mes plaintes et mon recours dans mon empressement ! Je ne vis que par l’espérance de Ta générosité ! Sans cela je craindrai pour ma bile qu’elle n’éclate et pour mon foie qu’il ne parte en miette chaque fois que je me remémore mon impudence devant Toi et le fait que j’ose toucher à ce que Tu m’as interdit sans que je sois retenu par ce que Tu m’as connaître de Ton immense Majesté !

 

Le désespoir faillit gagner mon esprit, et la terre est devenue si étroite malgré son immensité, car je n’ai aucune assurance de ne pas m’exposer à Ton courroux !

 

Telle est ma peur qui, malgré l’endurcissement de mon cœur, a failli emporter mon esprit avec elle ! Qu’en sera-t-il lorsque Tes messagers me rapporteront cela au moment de la mort ? Ma peur est donc réelle ; mon espoir est brisé ; mon espérance est paralysée, mon cœur est coincé, mes regrets et mes remords sont devenus immenses. Et je n’ai pas d’autres secours et d’autres recours pour intercéder en ma faveur. En plus je ne peux retourner au bas monde où j’ai désobéi à ton Ordre pour pouvoir de nouveau T’obéir et scruter Ton agrément !

 

Hélas ! Plus de recours et de possibilité de recevoir des reproches ! Regarde moi donc avec une miséricorde que je ne mérité pas ou accorde moi vite, avant l’arrivée de la mort une repentance que Tu agrée pour moi. Car je la souhaite et je n’ai aucune assurance que Tu vas me l’offrir. Mais j’espère en Toi car Tu m’as offert la possibilité de Te connaître, Tu n’es pas collé dans Ta rigueur et Ta punition jusqu’à me priver de la foi en Toi en gardant ainsi pour moi la possibilité d’espérer en Toi. Aussi, au nom de la générosité qui a fait que Tu as cessé de me punir pour ne pas détruire mon espoir en Toi, je T’implore de réaliser mon souhait et de hâter ma délivrance !

 

« Exhortations purificatrices de l'âme »

 Mu‘âtabat an-Nafs » Par l’Imâm al-Hârith al-Muhâsibî

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents