Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'air de Médine

Publié par Baladislam sur 22 Avril 2011, 22:03pm

Catégories : #Mohamed (Saw) Prophète de l'Islam

fond islam (111)

 

A l'époque où arriva l'Envoyé, sur lui bénédiction et paix, et ses compagnons, il y trouvèrent un pays dont l'atmosphère était des plus malsains, ainsi que le raconte 'Aïcha, mère des croyants, Allah l'ait en Son agrément:

 

« Lorsque l'Envoyé, grâce et salut d'Allah sur lui, vint à Médine, il y arriva alors qu'il n'y avait terre de Dieu plus maladive, quant à la lièvre. Les Compagnons, Emigrés, en souffrirent durement, si ce n'est qu'Allah Le Très Haut en préserva Son Prophète, Dieu l'a béni et salué.

Abou Bakr et ses deux affranchis, 'Amir ben Fouheyra et Bilal étaient dans une même pièce. Ils furent atteints de la fièvre.

J'entrai pour leur rendre visite et cela avant que le voile (hijâb) ne nous soit prescrit. Ils souffraient, Dieu seul savait ce qu'ils enduraient. Je m'approchai d'Abou Bakr : comment vas-tu père ? Il répondit :

L'homme se trouve en famille et la mort est plus proche que le lacet de sa sandale.

- Par Dieu, mon père divague, me dis-je.

J'avançai vers 'Amir ben Fouheyra comment te trouves-tu ô 'Amir ?

Il répondit - J'ai rencontré la mort. avant de la goutter. Sa perte suit le pleutre, mais d'en haut. A chacun son combat selon sa volonté. Tel lutte de ses cornes, le taureau.

- Par Dieu, me dis-je, 'Amir divague aussi.

Bilal, quand la fièvre lui laissait un répit. s'étendait au fond de la pièce et clamait d'une forte voix :

- Ah' Veillerais-je une nuit. à Fakh, aux parfums des Idhkhir et de menthe. Atteindrais-je un jour les eaux de Majinna ! Reverrais-je Chama et tofeyl !»

 

De tout cela, il faut donc retenir que le Prophète (SB sur Iui) et ses compagnons, lors de leur émigration à Médine, n'avaient pas trouvé cette ville parsemée de fleurs, exempte de désagréments. Bien au contraire, les complots des Juifs, la méchanceté et l'infidélité des Hypocrites, en plus de l'état d'hostilité avec les idolâtres, à tout cela, s'ajoutait donc le climat insalubre.

 

Dans cette atmosphère difficile, le Prophète Aimé, grâce et salut sur lui, assuma la charge de la prophétie, ne délaissant pas une occasion de transmettre la prédication et le message. Voici donc la première année dans la terre d'immigration qui s'achève et la deuxième qui s'annonce, avec la préparation au Jihâd et les préparatifs pour combattre les ennemis proches, parmi les associateurs idolâtres, se conformant en cela à l'ordre divin (9_ Le Repentir_ 123).

 

Et aussi après l'autorisation de combattre les associateurs injustes.

 

« Il (le combat) est autorisé à ceux (les croyants) qui sont combattus, car Ils ont subi injustice. En vérité, Allah, de leur soutien, est Capable. » 22 - Le Pèlerinage - 39/40

 

Cela, après qui leur était interdit, avant l'émigration, de combattre.

 

Le Prophète, bénédiction et salut sur lui, envoya donc, la première année, les trois expéditions (seriyya) déjà mentionnées.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents