Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L’Altruisme et l’Amour d’autrui

Publié par Baladislam sur 12 Décembre 2011, 23:03pm

Catégories : #Vivre dans la Sunna

fond islam (69)

 

 

Les enseignements de la religion et de la bonté recommandent au musulman d’acquérir des vertus dont l’altruisme et l’amour d’autrui. A chaque fois que l’occasion se présente, il doit les manifester.

 

Que de fois il reste sur sa faim pour donner à manger aux autres et que de fois il meurt de soif pour étancher celle des assoiffés. Quelquefois il se sacrifie pour les autres, ce qui n’est pas étrange de sa part, lui qui est pénétré d’idées sublimes et imprégné de bonté et d’amour.

 

En se conduisant de la sorte, le musulman ne fait que suivre le chemin des vertueux, nos prédécesseurs, qui ont acquis la félicité et que Dieu a comblés de louange quand

 

Il dit :

 

- Ils donnent la préférence aux autres, fussent-ils eux-même dans la gène. Bien heureux sont ceux qui se gardent de l’avarice ! [59-La Mobilisation.9]

 

Tous ces nobles caractères jaillissent de la sagesse du Prophète Mohammed (Sallalahu 'alayi wa salam), ou sont inspirés de la profusion de la miséricorde divine. Ces vertus sont renforcées et gagnent en noblesse chez le musulman au souvenir des hadiths tels que :

 

- Nul ne peut être croyant, tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui-même.

 

Ou ce verset déjà cité :

 

« Ils donnent la préférence aux autres, fussent-ils eux-mêmes dans le besoin. »

 

Ainsi, se développe et se fortifie en lui, le sentiment de vouloir le bien et de préférer les autres à sa compagne, à ses enfants et à lui-même.

 

Un tel homme, passe toute sa vie attachée à Dieu. Sa langue ne cesse d’être tendre par son invocation et son cœur tout épris d’amour pour lui !

 

S’il promène sa pensée d par l’univers, il en tire des leçons, ou il lui vient à l’esprit des versets, tel que celui-ci :

 

- Ce que vous aurez avancé en cette vie en œuvres de bien vous sera un jour avantageusement remboursé auprès de Dieu et vous vaudra une récompense accrue. [73.Celui qui s’enveloppe-20]

 

Ou celui-ci encore :

 

- Ceux qui, en secret comme en public, dispensent en aumônes une partie de ce dont Nous les avons pourvus, ceux-là doivent compter sur un fonds dont les profits ne tariront jamais. Dieu saura les en rétribuer et les gratifiera d’un surplus de Ses faveurs, car Dieu Le Tout Clément reconnaît toujours les œuvres méritoires. [35-Le Créateur.28/29]

 

S’il passe en revue de semblables versets, le musulman est pénétré de la futilité de ce monde et lui préfère la vie future.

 

Comment un homme de ce genre, ne dépenserait-il pas de gaieté de cœur ses biens pies ?- Comment n’aimerait-il pas le bien et ne préfèrerait-il pas les autres à lui-même, sachant que ce qu’il avance ici-bas, lui sera rendu en mieux qualitativement et quantitativement, dans l’autre monde.

 

Exemples véridiques d’altruisme :

 

1- Dans le cénacle koréchite, les chefs des tribus s’étaient réunis et se sont mis d’accord sur un avis émis par le maudit Abou Morra, celui de tuer le Prophète chez lui.

Le Prophète eut vent de cette décision et à son tour décida de quitter la Mecque une fois l’autorisation divine reçue.

Mais pour tromper ses ennemis qui l’épiaient sans relâche attendant le moment de sa sortie de sa demeure pour exécuter leur décision, il devait trouver quelqu’un pour prendre sa propre place dans son lit. Il voulait que sa sortie passe inaperçue.

Cette personne-là ne fut autre que son cousin, le jeune Ali Ben Aboutaleb. Il était prêt à s’offrir en holocauste au Prophète, à prendre sa place dans son lit, en acceptant de prendre le risque d’être abattu à la place du Prophète par les mains des ennemis.

Ali se couche donc à la place du Prophète (Sallalahu 'alayi wa salam) préférant sauver la vie de ce dernier, plutôt que la sienne et donnant, malgré son jeune âge, un exemple sublime de sacrifice.

Telle est la nature du musulman : altruisme et sacrifice même de sa personne. Faire don de soi est l’ultime générosité.

 

2- Le jour de la bataille de Yarmouk, dit Hodéfa Hadaoui, je partis à la recherche de l’un de mes cousins. Je pris de l’eau avec moi, dans l’espoir de le désaltérer s’il était encore vivant et de rafraîchir son visage. Je le trouvai enfin !

" Veux-tu boire, lui dis-je ? il me fit signe que oui. Non loin de là, un autre gémit. Mon cousin me fit signe d’aller à lui. Je me dirigeai vers lui. C’était Hicham Ben El-As. Veux-tu boire ? lui dis-je. Un autre m’ayant entendu poussa une plainte. Hicham me fit signe d’aller à lui, ce que je fis. Quand je suis arrivé, il était déjà mort. Je reviens à Hicham, il était déjà mort aussi. J’allai à mon cousin, il avait déjà rendu l’âme. Que Dieu leur fasse miséricorde."

Ces trois vertueux martyrs ont donné l’exemple illustre d’abnégation et d’altruisme qui caractérisent le musulman dans ce monde.

 

3- On nous rapporte qu’une réunion de plus de trente personnes avait lieu Abou Hassan Antaki. La quantité de pains qu’il avait n’était pas suffisante pour manger à sa faim. Le pain fut coupé, les lumières éteintes et la table servie. A la fin di repas, le pain n’avait pas été touché car chaque convive voulait céder sa part à son voisin affamé. C’était un véritable exemple d’altruisme général.

 

4- Chacun des deux imams, Boukhari et Moslim, a rapporté le hadith suivant :

 

« Un hôte frappa à la porte du Prophète (Sallalahu 'alayi wa salam). Celui-ci n’a rien trouvé chez lui à lui donner. Un Ançarite de passage prit l’hôte avec lui. Comme le repas était insuffisant, il mit la nourriture devant l’invité, demanda à sa femme d’éteindre la lampe et il fit semblant de manger, sans rien goûter jusqu’à ce que l’homme eut fini son repas.

Au matin, le Prophète (Sallalahu 'alayi wa salam), lui dit :

 

- Dieu est bien ravi de ce que vous avez fait avec votre invité hier soir !

Dieu a révélé à leur sujet ce verset :

 

- Ils donnent la préférence aux autres, fussent-ils eux-mêmes dans le besoin. [59-L’Exode.9]

 

5- Un homme rendit visite à Bichr Ben Hareth qui était alité lors, de sa dernière maladie. Le visiteur se plaignit au malade de son indigence. Alors Bichr enleva son vêtement et le lui remit. Puis, il emprunta un autre qu’il porta jusqu’à la mort.

 

Ces cinq exemples constituent cinq modèles d’altruisme et d’amour du bien. Nous les avons cités pour édification et pour que leur souvenir vivifie chez le musulman le sentiment de l’amour d’autrui et d’altruisme afin de poursuivre sa mission morale et exemplaire en sa qualité de croyant dans ce monde.

 

source: La Voie du Musulman.livre de Abou Bakr El Djazairi.Tome3.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents