Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'habillement de la femme musulmane devant ses Mahram

Publié par Baladislam sur 21 Septembre 2011, 22:05pm

Catégories : #La femme en Islam

fond article femme (35)

 

Qui sont exactement les Mahrams?

 

Les "mahram" sont les personnes qu'il est interdit d'épouser.

 

Ainsi, aux hommes, Dieu Le Très-Haut dit :

 

"Vous sont interdites vos mères, filles, sœurs, tantes paternelles et tantes maternelles, filles d'un frère et filles d'une sœur, mères qui vous ont allaités, sœurs de lait, mères de vos épouses, belles-filles sous votre tutelle et issues de femmes avec lesquelles vous avez consommé le mariage -si le mariage n'a pas été consommé, alors pas de grief contre vous-, les femmes de vos fils, nés de votre échine, ... (Coran, Sourate 4 "Les Femmes", Verset 23)

 

La réciproque est vraie pour les "mahram" interdits aux femmes.

 

Par ailleurs, aux femmes, Dieu Le Très-Haut dit : 

 

''(... ) qu'elles ne fassent voir leurs toilettes qu'a leur mari, leur père, leur beau-père, leurs fils, de leur mari, leurs frères, les fils de leurs frères et les fils de leurs sœurs ... "(Coran, Sourate 24 "La Lumière", Verset 31)

 

Le Prophète (Que les bénédictions et la paix de Dieu soient sur lui) a dit ceci : "Est interdit par l'allaitement ce qui est interdit par la filiation !" Hadith relaté par Boukhari et Mouslim, d'après Aïchah (Que Dieu soit satisfait d'elle).

 

Les ''mahram" sont donc des personnes avec lesquelles la femme ou l'homme, respectivement, ne peuvent contracter mariage jusqu'à leur mort, soit en raison d'un lien de parente par le sang, soit en raison d'un allaitement, soit en raison d'une alliance d'un (mariage). Nous allons détailler le cas de chaque "mahram" :

 

1) Les ascendants : le père, la mère, les grands-pères et les grands-mères maternels et paternels, et arrière-grands parents jusqu'au plus haut degré de l'ascendance, sans limite.

 

2) Les descendants : les fils, les filles, leurs enfants et petits enfants jusqu'au plus bas degré de la descendance, sans limite.

 

3) La fratrie : les frères et sœurs (de même père et de même mère) et les demi-frères et demi-sœurs (de même père ou de même mère).

 

4) La fratrie des ascendants: frères et sœurs du père, frères et sœurs de la mère, frères et sœurs du grand-père (paternel et maternel), frères et sœurs de la grand-mère (paternelle et maternelle), frères et sœurs des arrière-grands-parents... La fratrie des ascendants est considérée comme "mahram", donc, mais pas leurs enfants ou petits-enfants. Les cousins et petits cousins ne sont dons pas, eux, "mahram". C'est pourquoi, en Islam, il n'est pas permis d'épouser son oncle, mais bien son cousin. Nous insistons donc sur le fait que sont "mahram", les frères et sœurs des ascendants en droite ligne.

 

5) Les descendants de la fratrie : les neveux et nièces, ainsi que leurs enfants et les enfants de ces derniers jusqu'au degré le plus bas.

 

6) Pour un homme : les ascendantes de son épouse même si le mariage avec l'épouse n'a jamais été consommé et s'est limité à un contrat. Ses ascendantes lui sont interdites, jusqu'au plus haut degré.

 

Pour une femme: les ascendants de son époux même si le mariage avec l'époux n'a jamais été consommé et s'est limité à un contrat. Ses ascendants lui sont interdits, jusqu'au plus haut degré.

 

7) Pour un homme : les descendantes de son épouse uniquement si le mariage avec l'épouse a est consommé. La règle juridique stipule que, par le contrat établi avec une fille, la mère devient interdite ; tandis que ce n 'est par la consommation du mariage (après contrat) avec la mère que la fille devient interdite Se référer au hadith rapporté par Amr Ibn Chouaib, d'après son père de ce dernier a entendu le Prophète (Que la paix soit sur lui) énoncer cette régie. «ce hadith a été relaté par Tirmidhi).cette famille s'appliquent toutes les règles que nous avons énoncées. Ses descendantes jusqu'au plus bas degré sont concernées par cette règle.

 

Pour une femme: les descendants de son époux même si le mariage avec l'époux n'a jamais été consommé et s'est limité à un contrat. Ses descendants lui sont interdits, jusqu'au plus bas degré.

 

Nous venons d'énumérer les "mahram" par filiation (point 1 a5) et les "mahram" par alliance (point 6 a7). Il y a une troisième catégorie de "mahram" : les "mahram" par l'allaitement (ce cas se présente pour quelqu'un qui a été allaité par une autre femme que sa mère). Les "mahram" par allaitement sont les mêmes que les "mahram" par filiation. Donc, la mère de lait est mise sur le même pied, en la matière, que la mère de sang; son mari est considéré comme père de lait, mis sur le même pied que le père de sang.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents