Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'histoire de Moise (Musa) l'interlocuteur de Dieu, sur lui le salut partie 9

Publié par Baladislam sur 27 Juin 2011, 22:04pm

Catégories : #Les histoires des Prophètes

fond islam (101)

 

Les Enfants d'Israël après la mort de Pharaon

 

Dieu dit :

 

« Alors Nous Nous sommes vengés d'eux ; Nous les avons noyés dans les flots, parce qu'ils traitaient de mensonges Nos signes et n'y prêtaient aucune attention. Et les gens qui étaient opprimés, Nous les avons fait hériter les contrées orientales et occidentales de la terre que Nous avons bénies. Et la très belle promesse de ton Seigneur sur les Enfants d'Israël s'accomplit pour prix de leur endurance. Et Nous avons détruit ce que faisaient Pharaon et son peuple, ainsi que ce qu'ils construisaient. Et Nous avons fait traverser la mer aux Enfants d'Israël. Ils passèrent auprès d'un peuple attaché à ses idoles et dirent : "O Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux." Il dit : "Vous êtes certes des gens ignorants. Le culte, auquel ceux-là s'adonnent, est caduc ; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur". Il dit : "Chercherai-je pour vous une autre divinité que Dieu, alors que c'est Lui qui vous a préférés A toutes les créatures (de leur époque) ?" (Rappelez-vous) le moment ou Nous vous sauvâmes des gens de Pharaon qui vous infligeaient le pire châtiment. Ils massacraient vos fils et laissaient vivre vos femmes. C'était là une terrible épreuve de la part de votre Seigneur. » (7, 136-141)

 

Dieu, par Sa volante, fit engloutir Pharaon et ses s0ldats et Il les déposséda du pouvoir, des biens et de la vie, faisant hériter les Enfants d'Israël de tous leurs biens et possessions, conformément à cette autre parole divine :

 

« Il en fut ainsi ! Et Nous les donnâmes en héritage aux Enfants d'Israël » (26, 59) ;

 

« Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire les héritiers. » (28, 5)

 

Dans le verset 137 de la sourate 7, Dieu dit qu'Il fit périr Pharaon, les notables, les princes et les armées ; II leur enleva la puissance et la dignité qu'ils avaient en ce bas monde en exterminant cette élite pour ne laisser en Égypte que la masse du peuple.

 

Les gens du Livre rapportent que lorsque les Enfants d'Israël furent sommes de sortir d'Égypte, Dieu a fait de ce mois le premier des mois de l'année. Ce mois est appelé chez eux le mois de Pâques.

 

On rapporte, en outre, que lorsqu'ils quittèrent l'Égypte, les Enfants d'Israël emportèrent avec eux le sarcophage de Joseph. Lorsqu'ils marchaient le jour, un nuage les précédait avec une colonne de lumière a l'intérieur, et la nuit une colonne de feu. Arrivés au rivage de la mer, ils s'arrêtèrent. C'est alors qu'ils furent rejoints par Pharaon et ses soldats. En les voyant, beaucoup d'Israélites furent pris de frayeur et certains d'entre eux dirent même : « Si nous étions restés en Égypte, nous ne serions pas là, à la merci des Égyptiens ». Moïse leur dit :

 

« N'ayez pas peur, Pharaon et ses soldats ne reviendront plus dans leur pays ».

 

Les gens du Livre ajoutent que Dieu ordonna alors à Moise, sur lui le salut, de frapper la mer avec son bâton et que celle-ci se divisa, afin que les Enfants d'Israël puissent marcher à sec au milieu de la mer. La mer se fendit en deux parties, telles deux hautes montagnes, et le milieu devint sec sous l'effet du vent chaud que Dieu a fait souffler. Les Enfants d'Israël traversèrent donc la mer, et Pharaon et ses soldats les suivirent. Lorsque ces derniers furent au milieu de la mer, Dieu ordonna à Moïse de frapper de nouveau la mer avec son bâton, ce qu'il fit. Et la mer retomba sur les Égyptiens.

 

Les gens du Livre ajoutent que lorsque les Enfants d'Israël passèrent la mer et se dirigèrent vers la Grande Syrie, ils restèrent trois jours sans trouver d'eau à boire, les gens murmurèrent alors contre Moïse. Ils trouvèrent, certes, de l'eau, mais elle était salée. Dieu ordonna alors à Moise de prendre un bois et de le jeter dans I' eau saumâtre qui devint douce. Ils se désaltérèrent alors et assouvirent leur soif. Dieu donna alors à Moïse des préceptes et des ordonnances et lui fit beaucoup de recommandations. Dieu dit dans Son Livre saint qui a abrogé tous les autres Livres :

 

«Et Nous avons fait traverser la mer aux Enfants d'Israël. Ils passèrent auprès d'un peuple attaché à ses idoles et dirent : "O Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux". Il dit : "Vous êtes certes des gens ignorants. Le culte auquel ceux-ci s'adonnent, est caduc ; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur". » (7, 138)

 

Ils ont profère ces paroles qui dénotent leur ignorance et leur égarement, alors qu'ils venaient de voir de leurs propres yeux les signes de la Toute-Puissance de Dieu, qui confirment, sans l'ombre d'un doute, que leur Messager est bien missionné par Dieu. En passant devant des gens adorant des idoles, en forme de vaches dit-on, les fils d'Israël leur demandèrent pourquoi ils les adoraient ; ces gens prétendirent qu'elles pouvaient pour eux bien et mal et qu'elles servaient d'intermédiaires entre eux et Dieu dans les moments difficiles. Certains Israélites ignorants les crurent et demandèrent à leur Prophète de leur designer des dieux pareils aux leurs. Celui-ci leur répondit, en leur montrant dans quelle ignorance se trouvaient ces gens:

 

« Le culte auquel ceux-lit s'adonnent, est caduc ; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur ».

 

Il leur rappela ensuite les bienfaits de Dieu qui les préféra aux peuples de leur époque en leur octroyant la science, la Loi, en leur envoyant un Prophète, en les sauvant du joug de Pharaon, le tyran acharné qui fut anéanti sous leurs yeux, en les faisant hériter des biens et richesses de Pharaon et des notables. Il leur expliqua ensuite que l'adoration ne devait être consacrée qu'à Dieu, sans rien Lui associer, car Il est le Créateur, le Dispensateur de biens et le Dominateur. Cependant, force est de préciser que seule une minorité d'Israélites a fait cette demande à Moïse.

 

Moïse et les siens continuèrent leur voyage. Arrivés à proximité de Jérusalem (AI-Quds), les Enfants d'Israël apprirent que la Terre sainte était habitée par des peuples hostiles et despotes, notamment les Hethéens, les Cananéens et les Phlégréens. Moïse leur ordonna d'y entrer et de les combattre afin de les en chasser, car le Seigneur leur a promis cette terre, par la parole d'Abraham son ami intime et de Moïse son interlocuteur. Mais les Enfants d'Israël refusèrent et désobéirent à leur Messager. Le Seigneur leur infligea alors le châtiment de la peur et les condamna à l'errance dans le déssert pendant quarante longues années. A ce sujet, Dieu dit :

 

«(Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple : "O mon peuple ! Rappelez-vous le bienfait de Dieu sur vous, lorsqu'Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois. Et II vous a donné ce qu'Il n'avait donnéé à nul autre aux mondes. o mon peuple ! Entrez dans la Terre sainte que Dieu vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas (en refusant de combattre) car vous retourneriez perdants. Ils dirent : "O Moïse, il y a là un peuple de géants. Jamais nous n'y entrerons jusqu'à ce qu'ils en sortent. S'ils en sortent, alors nous y entrerons." Deux hommes d'entre eux qui craignaient Dieu et qui étaient comblés par Lui de bienfaits dirent : "Entrez chez eux par la porte ; puis quand vous y serez entrés, vous serez sans doute les dominants. Et c'est en Dieu qu'il faut avoir confiance, si vous êtes croyants". Ils dirent : "O Moise! Nous n'y entrerons jamais, aussi longtemps qu'ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combattez tous deux. Nous restons la où nous sommes." Il dit : "Seigneur! Je n'ai de pouvoir, vraiment, que sur moi-même et sur mon frère : sépare-nous donc de ce peuple pervers." Il (Dieu) dit : "Eh bien, ce pays leur sera interdit pendant quarante ans, durant lesquels ils erreront sur la Terre. Ne te tourmente donc pas pour ce peuple pervers." » (5, 20-26)

 

Le Prophète de Dieu leur rappela les bienfaits du Seigneur sur eux ainsi que Ses faveurs spirituelles et matérielles et leur ordonna de combattre sur la voie de leur Seigneur et de chasser Ses ennemis de la Terre sainte. Il leur dit :

 

« O mon peuple! Entrez dans la Terre sainte que Dieu vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas (en refusant de combattre). Car vous retourneriez perdants » ;

 

c'est-à-dire : si vous battez en retraite et reculez devant vos ennemis en refusant de les combattre, vous perdrez ce que vous avez gagné jusque-là et vous serez avilis après avoir été honorés.

 

« Ils dirent : "O Moïse, il y a là un peuple de géants. Jamais nous n'y entrerons jusqu'à ce qu'ils en sortent. S'ils en sortent, alors nous y entrerons." »

 

Ils ont eu peur de ces géants, alors qu'ils venaient d'assister a la mort de Pharaon qui était plus tyrannique, plus fort et plus puissant que ces derniers. Cela prouve combien ils étaient blâmables tant pour leur propos que pour leur manque de courage ainsi que leur refus d'aller à la rencontre de leurs ennemis rebelles et égarés. Or, deux hommes de bien, parmi eux, avaient essayé de les encourager et de les inciter à obéir à leur Messager. Ibn 'Abbas, Mujahid, 'Ikrima, 'Aliyya, as-Suddi, ar-Rabi' Ibn Anas ainsi que d'autres ont rapporté qu'il s'agissait de Josué fils de Nun et de Caleb fils de Yephounne.

 

« Deux hommes d'entre eux qui craignaient Dieu et qui étaient comblés par Lui de bienfaits »,

 

c'est-à-dire par les bienfaits de la soumission a Dieu, de la foi, de l'obéissance et du courage.

 

« Entrez chez eux par la porte ; puis quand vous y serez entrés, vous serez sans doute les dominants. Et c'est en Dieu qu'il faut avoir confiance, si vous êtes croyants » ;

 

c'est-a-dire : si vous placez votre confiance en Dieu et sollicitez Son assistance, II vous fera triompher sur vos ennemis et vous accordera la victoire.

 

« Ils dirent : "Moïse! Nous n'y entrerons jamais, aussi longtemps qu'ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combattez tous deux. Nous restons là où nous sommes." »

 

Les notables parmi les Enfants d'Israël persistèrent donc dans le refus du combat et le défaitisme et l'abattement s'emparèrent d'eux. On rapporte, que lorsqu'ils entendirent ces propos, Josué et Caleb, déchirèrent leurs vêtements et que Moïse et Aaron se prostenèrent devant Dieu, indignés qu'ils étaient par l'énormité de telles paroles, craignant pour leur peuple les conséquences de telles paroles.

 

« Il dit : "Seigneur! Je n'ai de pouvoir, vraiment, que sur moi-même et sur mon frère : sépare-nous donc de ce peuple pervers."»

 

Ibn 'Abbas a dit: «C'est-a-dire : Seigneur! Juge entre nous et ce peuple ! »

 

«Il (Dieu) dit : "Eh bien, ce pays leur sera interdit pendant quarante ans, durant lesquels ils erreront sur la Terre. Ne te tourmente donc pas pour ce peuple pervers." »

 

Ils furent punis, pour leur refus d'obéir à leur Messager, par une errance continue dans le désert. On rapporte que personne de la génération qui fut condamnée à l'errance, en dehors de Josué et Caleb, sur eux le salut, ne survécut aux quarante ans d'errance ; seules les nouvelles générations purent y échapper.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents