Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'histoire de Zacharie (Zakariya) et de Jean le Baptiste (Yahya), sur eux le salut par Ibn Kathir

Publié par Baladislam sur 3 Février 2012, 23:01pm

Catégories : #Les histoires des Prophètes

fond islam (51)

 

Dieu dit dans son Livre saint :

 

« Au nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très Miséricordieux : Kif, Hi, Yi, 'Ayn, Sid. C'est un récit de la miséricorde de ton Seigneur envers Son serviteur Zacharie. Lorsqu'il invoqua son Seigneur d'une invocation secrète, et dit : "O mon Seigneur, mes os se sont affaiblis et ma tête s'est enflammée de cheveux blancs. (Cependant), je n'ai jamais été malheureux (déçu) en te priant, O mon Seigneur. Je crains (le comportement) de mes héritiers après moi. Et ma propre femme est stérile. Accorde-moi, de Ta part, un descendant qui hérite de moi et hérite de la famille de Jacob. Et fais qu'il te soit agréable, O mon Seigneur !" "O Zacharie, Nous t'annonçons la bonne nouvelle d'un fils. Son nom sera Yahya (Jean). Nous ne lui avons pas donné auparavant d'homonyme." Et (Zacharie dit) : "O mon Seigneur, comment aurai-je un fils, quand ma femme est stérile et que je suis très avancé en vieillesse?" (Dieu) lui dit: "Ainsi en sera-t-il ! Ton Seigneur a dit : 'Ceci M'est facile.' Et avant cela, Je t'ai crée alors que tu n'étais rien." "O mon Seigneur, dit (Zacharie), accorde-moi un signe". "Ton signe, dit (Dieu), sera que tu ne pourras pas parler aux gens pendant trois nuits tout en étant bien portant." II sortit donc du sanctuaire vers son peuple ; puis il leur fit signe de prier matin et soir. "0 Yahya tiens fermement au Livre . (la Thora) !" Nous lui donnâmes la sagesse alors qu'il était enfant, ainsi que la tendresse de Notre part et la pureté. Il était pieux, et dévoué envers ses père et mère; et ne fut ni violent ni désobéissant. Que la paix soit sur lui le jour ou il naquit, Il jour ou il mourra, et le jour ou il sera ressuscité vivant! » (19, 1-15)

 

Dieu dit également :

 

« Son Seigneur l'agrea alors du bon agrément, la (Marie) fit croitre en belle croissance. Et II en confia la garde à Zacharie. Chaque fois que celui-ci entrait dans le sanctuaire, il trouvait près d'elle de la nourriture. Il dit : "0 Marie, d'où te vient cette nourriture ?"Elle dit : "Cela me vient de Dieu." Il donne certes la nourriture a qui Il veut sans compter. Alors Zacharie pria son Seigneur, et dit : "O mon Seigneur, donne-moi, venant de Toi, une excellente descendance. Car Tu es Celui qui entend la prière." Alors les anges l'appelèrent pendant que, debout, il priait dans le sanctuaire : "Voila que Dieu t'annonce la naissance de Yahya, confirmateur d'une parole de Dieu. Il sera un chef, un chaste, un prophète et du nombre des gens de bien". Il dit : "O mon Seigneur, comment aurais-je un garçon maintenant que la vieillesse m'a atteint et que ma femme est stérile ?" Dieu dit: "Comme cela !", Dieu fait ce qu'Il veut. "Seigneur, dit Zacharie, donne-moi un signe." "Ton signe, dit Dieu, c'est que pendant trois jours tu ne pourras parler aux gens que par geste. Invoque beau coup ton Seigneur; et, glorifie-Le, en fin et en début de journée." » (3, 37-41)

 

II dit aussi dans la sourate 21 Les Prophètes :

 

« Et Zacharie, quand il implora son Seigneur: "Ne me laisse pas seul, Seigneur, alors que Tu es le Meilleur des héritiers". Nous l'exauçâmes, lui donnâmes Yahya et guérîmes son épouse. Ils concouraient au bien et Nous invoquaient par amour et par crainte. Et ils étaient humbles devant Nous. » (21, 89-90) ;

 

« De même, Zacharie, Jean Baptiste, Jésus et Élie, tous étant du nombre des gens de bien. » (6, 85)

 

Dieu a ordonne à Son Envoyé, sur lui la grâce et la paix, de narrer aux gens I 'histoire de Zacharie, sur lui le salut, a qui Dieu avait fait don d'un enfant alors qu'il était très avancé en age, et que son épouse était stérile et âgée. Il envoya ce miracle afin que les gens ne désespèrent pas des faveurs de Dieu et de Sa miséricorde et afin qu'ils ne se lassent pas de L'invoquer. Il dit :

 

« C'est un récit de la miséricorde de ton Seigneur envers Son serviteur Zacharie. Lorsqu'il invoqua son Seigneur d'une invocation secrète» (19, 2-3).

 

Qatada a interprété ces versets ainsi : « Dieu connait les coeurs purs et entend les voix discrètes ».

 

Certains pieux anciens ont dit que Zacharie s'est levé la nuit et s'est adressé à son Seigneur d'une façon telle que ceux qui étaient avec lui, ne l'avaient pas entendu. Il a dit : « O mon Seigneur! O mon Seigneur! O mon Seigneur! ». Dieu lui répondit : « Je t'ai entendu ! Je t'ai entendu ! Je t'ai entendu ! » II dit: «0 mon Seigneur, mes os se sont affaiblis […] », c'est-a-dire qu'ils sont devenus fragiles en raison de son age avancé ; « [...] et ma tête s'est enflammée de cheveux blancs », c'est là une métaphore pour exprimer la blancheur des cheveux.

 

II a dit ensuite :

 

« [ ... ] (Cependant), je n'ai jamais été malheureux (deçu) en te priant, O mon Seigneur» (19, 4) ;

 

c'est-à-dire : Tu m'as toujours habitué à répondre à mes invocations. Ce qui l'a incité à faire cette invocation à Dieu est qu'à chaque fois qu'il se rendait au sanctuaire pour voir Marie fille de 'Imran fils de Mathan, qui était sous sa tutelle, il trouvait auprès d'elle des fruits hors saison, or c'est la un don accordé aux saints et aux amis de Dieu. Zacharie sut alors que Celui qui est capable de donner des fruits hors saison est aussi capable de lui donner un enfant malgré l'age et la stérilité. « Alors Zacharie pria son Seigneur, et dit :

 

"O mon Seigneur, donne-moi, venant de Toi, une excellente descendance. Car Tu es Celui qui entend la prière." » (3, 38)

 

Quant à cette parole de Dieu :

 

« [ ... ] Je crains (le comportement) de mes héritiers après moi. Et ma propre femme est stérile ».

 

On dit que, par héritiers, il entendait son clan et qu'il craignait que leur comportement au sein des Enfants d'Israël, après sa disparition, aille à l'encontre des Lois de Dieu. II demanda donc à Dieu de lui donner un enfant, de sa propre chair, qui serait pieux, bienfaisant et agréable :

 

« [ ...] Accorde-moi, de Ta part, un descendant »,

 

c'est-à-dire par Ta puissance et Ta force ;

 

« [ ... ] qui hérite de moi »

 

la Prophétie et le commandement au sein des Enfants d'Israël ;

 

« [ ...] et hérite de la famille de Jacob. Et fais qu'il Te soit agréable, O mon Seigneur » ;

 

comme l'ont été ses pères et ancêtres, parmi les descendants de Jacob qui furent des Prophètes. Accorde à mon héritier les mêmes faveurs que Tu leur as accordées : la Prophétie et la Révélation. L'héritage évoque ici n'est pas un héritage matériel, comme l'ont soutenu quelques chiites et qui ont été approuves par Ibn Jam. L'imam Ahmad a rapporte d'après Abu Hurayra que l'Envoyé de Dieu, sur lui la grâce et la paix, a dit : « Zacharie était menuisier. » Rapporté aussi par Muslim et Ibn Miija.

 

Quant a la parole:

 

« O Zacharie, Nous t'annonçons la bonne nouvelle d'un fils. Son nom sera Yahya (Jean). Nous ne lui avons pas donné auparavant d'homonyme »,

 

elle est expliquee par ces autres versets :

 

« [ ... ] Alors les anges l'appelèrent pendant que, debout, il priait dans le sanctuaire : "Voila que Dieu t'annonce la naissance de Yahya, confirmateur d'une parole de Dieu. Il sera un chef, un chaste, un Prophète et du nombre des gens de bien." » (3, 39)

 

Informé de l'imminence de cette nouvelle, Zacharie s'en étonna, attendu sa situation ;

 

« O mon Seigneur, comment aurai-je un fils, quand ma femme est stérile et que je suis très avancé en vieillesse ? » (19, 8) ;

 

c'est-a-dire comment un vieillard peut-il procréer ? On rapporte qu'il avait alors soixante-dix sept ans. Mais il semble plus probable qu'il fut plus âgé encore -Dieu Seul sait.

 

« [ ... ] quand ma femme est stérile» ;

 

c'est-à-dire qu'elle a toujours été stérile et qu'elle ne peut enfanter. C'est ce qu'avait dit également l'ami intime de Dieu, Abraham:

 

« M'annoncez-vous (cette nouvelle) alors que la vieillesse m'a touché? Que m'annoncez-vous donc? » (15, 54).

 

Sara, quant a elle, avait dit :

 

« "Malheur a moi ! Vais-je enfanter alors que je suis vieille et que mon mari que voici est un vieillard ? C'est là vraiment une chose étrange !" Ils dirent : "T'étonnes-tu de l'ordre de Dieu ? Que la miséricorde de Dieu et Ses bénédictions soient sur vous, gens de cette maison ! II est vraiment Digne de louange et de glorification."» (11, 72-73)

 

Dieu exauça Zacharie, sur lui le salut. L'ange qui l'inspirait sur ordre de Dieu lui répondit :

 

« Ainsi soit-il ! Ton Seigneur a dit : "Ceci M'est facile." Et avant cela, Je t'ai crée alors que tu n'étais rien »;

 

c'est-à-dire : Ton Seigneur qui t'a crée alors que tu n'étais rien, est bien capable de tirer de toi un enfant, malgré ton age. Dieu dit aussi :

 

« Nous l'exauçâmes, lui donnâmes Yahya et guérîmes son épouse. Ils concouraient au bien et Nous invoquaient par amour et par crainte. Et ils étaient humbles devant Nous. » (21, 90)

 

Par la guérison de l'épouse, il faut entendre le fait qu'elle n'avait pas de menstrues avant cela, et qu'elle commença a en avoir comme les autres femmes. Il a été aussi dit qu'elle tenait des propos inconvenants et que Dieu la purifia de ce défaut.

 

«O mon Seigneur, dit (Zacharie), accorde-moi un signe »,

 

c'est-à-dire : avertis-moi par quelque signe lorsque ma femme sera enceinte.

 

« Ton signe, dit (Dieu), sera que tu ne pourras pas parler aux gens pendant trois nuits tout en étant bien portant».

 

Le silence lui sera imposé, tel sera son signe ; ainsi ne pourra-t-il pas parler pendant trois jours, sinon par des indications et des gestes, bien qu'il soit sans défaut corporel, d'un bon tempérament et sain de corps.

 

II lui fut ordonné de multiplier les évocations de Dieu avec le cœur, matin et soir. Une fois informé de cette bonne nouvelle, il sortit du sanctuaire vers les gens de son peuple, comblé par la nouvelle.

 

« [ …] Puis il leur fit signe de prier matin et soir ».

 

Faire signe signifie, ici, donner des ordres discrets que ce soit par écriture comme l'ont dit Mujahid et as-Suddi ou par indication gestuelle comme l'ont soutenu Wahb, Qatada ainsi que Mujahid.

 

Mujahid, 'Ikrima, Wahb, As-Suddi et Qatada ont dit qu'il était devenu aphone sans qu'il ne soit pour autant maladie. Quant a Ibn Zayd, il a dit qu'il pouvait lire et louer Dieu mais non s'adresser aux gens.

 

Dieu dit ensuite :

 

« "0 Yahya, tiens fermement au Livre (la Thora) !" Nous lui donnâmes la sagesse alors qu'il était enfant. » (19, 12)

 

Dieu rappelle l'avènement du fils conformément à la prédiction divine faite Zacharie. Il évoque la façon dont Il lui avait appris le Livre et la sagesse alors qu'il était encore tout petit. 'Abdullah Ibn al-Mubarak a dit, citant Ma'mar : «Alors qu'il était tout petit, des enfants ont dit a Yahya : "Allons jouer !" Il leur répondit : "Nous n'avons pas été crées pour cela". Il a ajouté : « Et c'est là le sens de cette parole de Dieu : "Nous lui donnâmes la sagesse alors qu'il était enfant." ».II dit ensuite :

 

« [...] ainsi que la tendresse de Notre part ».

 

Ibn Jarir a rapporte d'après Ibn'Abbas qui a dit: «Je ne sais pas de quelle tendresse il s'agit ».

 

D'après Ibn 'Abbas, toujours, ainsi que Mujahid, 'Ikrima, Qatada et aDahhak, le verset

 

« [ ... ] ainsi que la tendresse de Notre part »,

 

signifie la miséricorde de la part de Dieu, une miséricorde qui fut accordée à Zacharie à travers le don de ce fils. Quant à 'Ikrima, il a expliqué la« tendresse» par l'amour qui avait permis à Yahya d'être tendre et compatissant envers les gens, notamment envers ses parents à l'egard desquels il était bienfaisant et compatissant. Quant à la pureté, il s'agit la de la pureté du coeur de tous les défauts et de tous les péchés.

 

La piété sous-entend ici l'obéissance à Dieu, la soumission à Ses commandements et l'éloignement des interdits. Dieu rappelle aussi la piété filiale de Yahya, tant dans les paroles que dans les actes :

 

« [ ... ] et dévoué envers ses père et mère; et ne fut ni violent ni désobéissant » (19, 14).

 

II dit ensuite :

 

« [ ... ] Que la paix soit sur lui le jour ou il naquit, le jour ou il mourra, et le jour ou il ressuscitera vivant. » (19, 15) :

 

ces trois moments sont les plus difficiles et les plus cruciaux dans la vie de l'homme, en ce sens qu'il se trouve transporté, à travers eux, d'un monde à un autre, abandonnant dans le premier ce ) quoi il était habitué pour passer dans un autre monde où il ne sait pas ce qui l'attend. C'est pour cela qu'il pleure et crie lorsqu'il quitte me sein maternel, la douceur et la sécurité dans lesquelles il était confiné, pour venir affronter les soucis et les vicissitudes de ce bas monde. II en est ainsi aussi lorsqu'il quitte cette vie pour aller dans l'au-delà., dans le monde intermédiaire, ou il rejoint le monde des morts et attend le Jour ou l'on soufflera dans le Cor pour annoncer la Résurrection. Ce jour-là, il y aura des bienheureux et des malheureux, des radieux et des tristes ; une partie sera au Paradis et l'autre sera vouée à l'Enfer.

 

Ces trois situations étant les plus difficiles et les plus dures dans la vie de l'homme, Dieu accorde Sa paix à Yahya dans chacune d'elles en disant :

 

« Que la paix soit sur lui le jour ou il naquit, le jour ou il mourra, et Il jour ou il sera ressuscite vivant ».

 

Sa'id Ibn Abu 'Aruba a rapporte d'après Qatada qu'alHasan a dit : «Jean (Yahya) et Jésus se sont rencontrés un jour et Jésus a dit à Jean: "Demande pour moi le pardon de Dieu, car tu es meilleur que moi." Jean lui répondit: "C'est à toi plutôt de demander pour moi le pardon de Dieu, car tu es meilleur que moi." Jésus lui dit alors : ''Non, c'est toi qui es le meilleur; moi j'ai prononcé la paix sur moi-même, tandis que Dieu a prononce la paix sur toi." »

 

Ibn Wahb a dit que Ibn Lahi'a lui avait rapporté d'après Ibn ash-Shihab : «L'Envoyé de Dieu, sur lui la grâce et la paix, rejoignit un jour ses compagnons et les trouva en train d'évoquer les mérites des Prophètes. L'un d'eux dit : "Moïse est l'interlocuteur de Dieu" ; un autre dit : "Jésus est l'esprit et le verbe de Dieu" ; un autre dit : "Abraham est l'ami intime de Dieu." Le Prophète, sur lui la grâce et la paix, leur dit alors : "Et qu'en est-il du martyr fils du martyr, qui s'habillait de poils de chameau et mangeait des feuilles d'arbre de peur de tomber dans le péché !"» Ibn Wahb a dit : «Il entendait par la Jean, le fils de Zacharie ».

 

L'imam Ahmad a rapporté, d'après al-Harith al-Ash'ari, que le Prophète, sur lui la grâce et la paix, a dit :« Dieu a prescrit à Yahya cinq paroles et lui a ordonné de les appliquer et de les faire appliquer aux Enfants d'Israël. Yahya a mis du temps à le faire ; voyant cela, Jésus, sur lui le salut, lui dit : "Il t'a été prescrit cinq paroles que tu dois mettre en application et que tu dois faire appliquer aux Enfants d'Israël. Si tu ne le fais pas, je le ferai" Yahya lui répondit : "0 mon frère, si tu le fais avant moi, je crains d'être châtié ou que la terre ne m'engloutisse !" » Il ajouta : « Yahya rassembla alors les Enfants d'Israël dans le temple de Jérusalem, s'assit sur la chaire, loua Dieu puis leur fit le prêche suivant:

 

"Dieu, qu'Il soit glorifié, m'a prescrit cinq paroles en m'ordonnant de les mettre en application et de vous ordonner d'en faire autant.

 

La première est que vous devez adorer Dieu, sans Lui donner d'associé ; l'exemple de cela est comme celui qui achète un esclave avec son propre argent, mais cet esclave se met à travailler pour un autre que son maitre et a lui donner sa récolte ; lequel de vous serait réjoui que son esclave soit ainsi ? C'est Dieu qui vous a crées et qui assure votre subsistance ; adorez-Le donc et ne Lui associez rien.

 

La deuxième est qu'Il vous est ordonné d'accomplir la prière; sachez que Dieu se tourne vers Son serviteur qui prie tant que celui-ci ne tourne pas son visage ni a droite ni a gauche; aussi, lorsque vous priez, ne détournez pas vos visages par ci et par là.

 

La troisième est qu'Il vous a ordonné de faire le jeûne ; et l'exemple de cela est celui d'un homme qui a une bourse pleine de musc et qui se trouve au milieu d'un groupe d'hommes ; tous ces hommes sentiront l'odeur du musc ; or l'odeur de l'haleine du jeûneur est plus agréable pour Dieu que l'odeur du musc.

 

La quatrième est qu'Il vous a ordonné de faire l'aumône ; l'exemple est celui d'un homme qui a été emprisonné par les ennemis qui lui ont attaché les mains derrière le cou et s'apprêtaient à l'exécuter ; il leur demanda alors de le laisser se racheter, ce qu'ils acceptèrent de faire. II se racheta alors au fur et a mesure jusqu'à ce qu'il arrivât a gagner sa liberté.

 

La cinquième est qu'Il vous a ordonné de L'évoquer sans cesse ; l'exemple de cela est celui d'un homme qui est poursuivi par des ennemis et qui se réfugie dans une forteresse ; or jamais l'homme n'est a l'abri du diable que lorsqu'il est en train d'évoquer Dieu, qu'Il soit glorifié." »

 

L'envoyé de Dieu, sur lui la grâce et la paix, a dit ensuite: «Moi aussi,je vous ordonne de faire cinq choses que Dieu m'a prescrites : ce sont l'attachement au groupe (des musulmans), l'obéissance, la soumission, l'exil et le combat sur la voie de Dieu. Celui qui se sépare du groupe d'un empan se défait des liens de l'Islam à moins qu'il retourne vers le groupe, et celui qui invoquera les méthodes de l'époque de l'Ignorance servira de pierre pour l'Enfer. » On lui a dit : « O Messager de Dieu ! Même s'il prie et jeûne ? » Il leur répondit : « Même s'il prie, jeûne et prétend être musulman ! Appelez les musulmans par les noms que Dieu leur a donnés ; c'est-à-dire les musulmans, les croyants et les serviteurs de Dieu, qu'Il soit exalté. »

 

Pour sa part, l'érudit Ibn 'Asakir a rapporté, d'après certains compagnons du Prophète, sur lui la grâce et la paix, qui rapportent cela de la bouche même des érudits des Enfants d'Israël, que Yahya fils de Zacharie s'isolait souvent des gens. II aimait se retrouver dans le désert ou la foret où il mangeait les feuilles des arbres, buvait de l'eau des rivières et, des fois, mangeait des sauterelles, en disant : « Qui est plus favorisé que toi, O Yahya ? » Toujours selon Ibn 'Asakir, ses parents partirent un jour à sa recherche et le trouvèrent devant le fleuve du Jourdain; ils restèrent avec lui quelque temps et pleurèrent à chaudes larmes en voyant l'état de dévotion et de crainte de Dieu dans lequel il se trouvait. Pour sa part, Ibn Wahb a rapporte d'après Mujahid : « La nourriture de Yahya était composée d'herbes et il pleurait souvent par crainte de Dieu ».

 

Les causes du meurtre de Jean le Baptiste sur lui le salut

 

Les exégètes ont rapporté, au sujet de son assassinat, plusieurs hypothèses. La plus connue prétend que le roi de Damas à l'époque avait voulu épouser une de ses proches qui lui était interdite par les liens de sang qui les unissaient. Jean lui défendit de convoler avec elle. La femme lui garda alors rancune et voulut se venger de lui. Un jour, alors qu'elle était en compagnie du roi dans une situation où il ne pouvait rien lui refuser, elle exigea de lui qu'il lui fasse don du sang de Jean, et le roi accepta. Elle envoya alors quelqu'un pour le tuer et lui ramener sa tête et son sang dans une bassine. On rapporte que des qu'elle reçut la bassine contenant la tête et le sang de Jean, elle tomba raide morte.

 

On dit aussi que c'était la femme de ce roi qui avait réclamé sa tète ; elle était tombée amoureuse de lui et lui envoya une lettre dans laquelle elle lui exprima ses sentiments à son égard, mais Jean refusa de répondre à ses avances; elle revint plusieurs fois à la charge, en vain. Alors, désespérée, elle demanda à son époux de lui faire don de son sang. Le roi refusa, au début, mais elle insista tellement qu'il finit par céder. Elle envoya alors celui qui le tua et lui ramena sa tête et son sang dans une bassine.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents