Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'innovation : Les conditions à remplir pour qu’une œuvre soit agréée

Publié par Baladislam sur 27 Mai 2011, 22:05pm

Catégories : #Rappels sur les pêchés

fond islam (160)

 

Les œuvres des individus ne sont agréées auprès d’Allah que si elles respectent deux conditions :

 

§ Première condition : L’œuvre doit être vouée exclusivement à Allah,

 

car Allah dit :

 

« Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la Salat et d’acquitter la Zakat. Et voilà la religion de droiture » 98 Al Bayyinah, 5.

 

Dans un hadith qodsî, Allah dit :

 

« De tous les associés, Je suis celui qui se passe le plus de l'association. Quiconque accomplira une œuvre dans laquelle il M'associera à un autre, Je le laisserai avec son association » Mouslim, 2289, n° 2985.

 

§ Deuxième condition : il est impératif de suivre le modèle du Prophète (saw),

 

en sorte que l'œuvre soit conforme à ce qu’a enseigné le Messager (saw). On ne peut suivre correctement le Prophète (saw) que si six conditions sont remplies :

 

1-  La justification : si l'individu adore Allah en pratiquant un acte associé à une justification qui n’est pas légale du point de vue de l’islam, c’est une innovation rejetée. Nous pouvons prendre pour exemple le cas de certaines personnes qui passent la veille du vingt septième jour du mois de rajab à prier, arguant que c’est la nuit au cours de laquelle le Messager (saw) fit le voyage et l’ascension nocturnes : la prière de nuit est effectivement une adoration, mais lorsqu’elle est associée à cette occasion particulière, elle devient une innovation, parce que cette adoration s'est appuyée sur une justification qui n'est pas vérifiée dans la législation islamique. Cette caractéristique – le fait que la cause de l’adoration soit conforme à la législation islamique- est un point important qui révèle le caractère innové de beaucoup d’actes qu’on croit être de la Sunna alors qu’il n’en est rien. 

 

2-  Le respect des critères et des catégories prescrites : l’adoration doit absolument être conforme à la législation islamique sur le plan des critères énoncés. Si l’individu adore Allah en pratiquant une adoration qui ne respecte pas cette condition, elle ne sera pas agréée. Par exemple : si un homme immole un cheval en offrande, son offrande ne sera pas acceptée, par ce qu’il ne s’est pas conformé à la législation. En effet, on ne peut immoler dans ce cas que des camélidés, des bovins et des ovins.

 

3-  La quantité : si un individu désirait ajouter une prière et la considérer comme obligatoire, nous dirions que c’est une innovation non acceptable, parce qu’elle est contraire à la législation dans la quantité. A fortiori si une personne effectue la prière de midi (dzouhr) en cinq raka’a par exemple, sa prière n’est pas correcte, selon l’avis  unanime.

 

4-  La manière : si un homme accomplit les ablutions et commence par le lavage des pieds puis essuie sa tête, lave ensuite ses deux mains et puis sa figure, nous disons que ses ablutions sont nulles, parce que contraires à la législation sur le plan formel.

 

5-  Le respect des périodes indiquées : si un individu fait son sacrifice de la fête au premier jour du mois de dzoul hijja ce sacrifice doit plutôt avoir lieu au dixième jour qui est le jour de la fête, ce sacrifice est nul, parce qu’il est contraire à la législation qui a fixé une période donnée.

 

6-  Le lieu : si une personne accomplit la retraite spirituelle (i’tikâf) ailleurs que dans une mosquée, sa retraite n’est pas correcte, parce que l’i’tikâf ne doit avoir lieu que dans une mosquée… D’après le livre Al Ibdâ’ fi Kamâlil Tachrî' wa Khataril Ibtidâ’ de Cheikh Muhammad ibn Al Outhaimine –qu'Allah lui accorde la miséricorde.

 

Abdou Rahman ibn Abdoul Karim

Editions ASSIA

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents