Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'innovation : Qu’est ce que l’innovation ?

Publié par Baladislam sur 25 Mai 2011, 22:04pm

Catégories : #Rappels sur les pêchés

fond islam (134)

 

Pour bien comprendre la définition de l’innovation, il nous faut d’abord savoir ce qu'est la Sunna.

 

La Sunna comprend le dogme et les pratiques du Messager (saw) et de ses Compagnons. Al Hâfidz Ibn Rajab –qu'Allah lui accorde la miséricorde- a dit : « La Sunna désigne la voie tracée, cela englobe donc le fait de se cramponner aux croyances, œuvres et paroles qui étaient celles du Prophète (saw) et de ses califes bien guidés,  telle est la Sunna complète » Jâmi ‘ul Ouloum wal Hikam 1/120. 

 

Se cramponner à la Sunna en fait de paroles, œuvres et croyances est une obligation, conformément à cette parole d’Allah :

 

« En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier » 33 Al Ahzâb, 21.

 

et aussi parce que le Messager (saw) a ordonné à sa communauté de persévérer dans sa voie, de marcher sur ses pas et de suivre ses traces  en ces termes : « Je vous recommande la crainte d’Allah, l’écoute et l’obéissance même s’il s’agit d’obéir à un esclave abyssinien amputé. En vérité, celui qui vivra parmi vous verra beaucoup de dissensions. Vous devrez observer ma Sunna et la Sunna des califes orthodoxes bien guidés, cramponnez-vous y et accrochez-vous y, fût-ce avec vos molaires. Enfin, méfiez-vous des nouveautés en religion, car toute nouveauté est innovation et toute innovation est égarement » Sahîh Ibn Hibbân, 1/178 n° 5.

 

Cheikh Al Islam Ibn Taimiya a dit : « …Muhammad a donc été envoyé à chaque être humain et chaque djinn, aussi bien à celui qui fait partie des gens du Livre qu’à celui qui n’en fait pas partie, pour tout ce qui concerne sa religion d’un point de vue ésotérique ou exotérique, dans le domaine des croyances, des voies et des législations. Il n’y a donc de croyance que sa croyance, de vérité que sa vérité, de voie que sa voie, de législation que sa législation, et aucune créature ne parvient à Allah, à Sa satisfaction, à Son Paradis, à Ses prodiges, à Son secours et Son amour si ce n’est en le suivant dans le fond et la forme, en acte comme en parole, dans son for intérieur comme au dehors. Allah n’a de wali (bien-aimé), que celui qui le suit aussi bien intérieurement qu’extérieurement, croit à ce qu’il a annoncé concernant l'invisible et l'inconnaissable, lui obéit indéfectiblement dans l’accomplissement des ordres et l’abandon des interdits qu’il a prescrits aux créatures… Quiconque croit que parmi ceux qui ne se conforment ni aux obligations religieuses et ni aux interdictions (qu’ils jouissent de leur raison, qu’ils soient malades mentaux, victimes d’un envoûtement ou qu’ils feignent de l’être), il en est qui font partie des walis bien-aimés d’Allah qui Le craignent, des bienheureux, de Ses adorateurs vertueux, de Ses soldats victorieux, des pionniers qui occupent le plus haut rang auprès d’Allah, de ceux qui se tiennent sur une voie moyenne, ceux-là dont Allah élève le rang du fait de leur science et de leur foi…..quiconque tient une personne de ce type comme un wali, bien-aimé d’Allah, est en vérité un mécréant. En d’autres termes, il s’agit d’un renégat qui ne reconnaît pas Muhammad (r) comme messager d’Allah. Bien au contraire, il traite Muhammad (r) de menteur parce que ce dernier a annoncé, de la part d’Allah, que les walis, bien-aimés d’Allah, ce sont les croyants qui Le craignent. »

 

Allah dit :

 

« En vérité, les bien-aimés d’Allah seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés, Ceux qui croient et qui craignent [Allah] » 10, Younous, 62-63.

 

Allah dit également :

 

« Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux » 49, Al Houjourat, 13.

 

La piété et la crainte d’Allah consistent à obéir à Allah en suivant Sa lumière, dans l’espoir d’obtenir Sa miséricorde, et à abandonner la désobéissance à Allah en suivant Sa lumière, dans la crainte de Son châtiment. Le wali, le bien-aimé d’Allah, ne cherche à s’attirer les faveurs d'Allah que par l’accomplissement de ses obligations religieuses, ainsi que par des œuvres surérogatoires. Allah dit dans un hadith qodsî Le hadith qodsî est celui que le Prophète (saw) rapporte de son Seigneur. Les mots sont ceux du Prophète (saw) et le sens vient du Seigneur. rapporté par Al Bukhari : « Mon serviteur ne se rapprochera jamais de Moi autant que par l’accomplissement des devoirs que Je lui ai prescrits. Mon adorateur ne cesse de se rapprocher de Moi par des oeuvres surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime » Al Fatâwal Kubrâ, pp178-179.

 

Quant à la signification générale de l’innovation : c’est la création d’une chose qui n’existait pas auparavant. Allah dit :

 

« Il est le Créateur des cieux et de la terre à partir du néant ! » Al Baqara, 117

 

Dans ce verset, le terme arabe Badî’ rendu par « Créateur à partir du néant » a le même radical que Bidaa rendu par « innovation ». .

 

Commentant ce verset, le cheikh Abdou Rahman ibn As-Sa’dy –qu'Allah lui accorde la miséricorde- a dit : « C'est-à-dire qu’Il est Celui qui les a créés de manière parfaite et excellente sans modèle préétabli » Taysir p. 46.

 

Allah dit également :

 

« Dis : “Je ne suis pas une innovation parmi les messagers » 46 Al Ahqâf, 9.

 

Le cheikh Abdou Rahman ibn As-Sa’dy –qu'Allah lui accorde la miséricorde- a dit commentant ce verset : « C'est-à-dire : je ne suis pas le premier messager qui vous soit venu au point que vous trouviez mon message étonnant et désapprouviez mon appel. Des messagers et des prophètes dont les messages étaient similaires au mien m’ont effectivement  précédé. Pourquoi donc déniez-vous mon message ?» Taysir p. 725.

 

Selon ce concept général, l’innovation se divise en deux catégories :

 

- L’invocation en matière de religion regroupe tout élément nouvellement introduit dans la religion allant à l’encontre de la croyance et des œuvres qui étaient celles du Prophète (saw) et de ses compagnons. Cette catégorie correspond à l’innovation interdite explicitement dans le Qur'an :

 

« Et quiconque fait scission d’avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons dans l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! » 4 An-Nisâ, 115.

 

Le Messager (saw) a dit : « Tous les membres de ma communauté iront au Paradis sauf celui qui s’y refuse. On demanda : Ô messager d’Allah, qui est ce qui s’y refuse ? Il dit : « Celui qui m’obéit entrera au Paradis et celui me désobéit a refusé (d’y entrer) » Al Bukhari, 6/2655, n° 6851.

 

Cheikh Al Islam Ibn Taimiya a dit : « C’est pour cette raison qu’Allah nous a ordonné de dire dans chaque prière :

 

« Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés » 1 Al Fâtiha, 6-7.

 

ceux qui ont encouru la colère sont ceux qui connaissent la vérité et s’opposent à elle dans leurs agissements et les égarés sont ceux qui adorent Allah sans connaissance. Ainsi, quiconque suit sa passion, son goût et son inclination tout en sachant que c’est contraire au Qur’an et à la Sunna est du nombre de ceux qui ont encouru la colère ; si [c’est par ignorance] Cette expression qu’on déduit de ce qui précède est omise dans le texte original, il est alors parmi les égarés » Al Fatâwal Kubrâ, 194.

 

L’innovation en matière de religion se subdivise en trois catégories :

 

§  Des innovations qui mènent à la mécréance et excluent leur auteur de l’islam. 

 

Cela comprend les innovations liées à la croyance, comme par exemple le fait d’accomplir un sacrifice pour un autre qu’Allah, de faire des processions autour des tombes, d’invoquer un autre qu’Allah et implorer son secours –dans ce qui est du seul ressort d’Allah- et tous les actes d’adoration qui ne doivent être voués qu’à Allah. Allah dit :

 

« Dis : “En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’Univers. À Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre” » 6 Al An‘âm, 162.

 

§  Des innovations qui sont moins graves que la mécréance mais peuvent y conduire.

 

Comme le fait d’ériger des édifices sur les tombes, d'y placer des lampes, d’y accomplir la prière et d’y faire des invocations. C’est pour cette raison que le Messager (saw) a interdit à sa communauté de prendre sa tombe comme un lieu de célébration, de peur qu’elle ne devienne un objet d’adoration :

 

« Ne transformez pas vos maisons en cimetières C'est-à-dire : n’abandonnez pas la prière, l’invocation et la lecture de Qur’an dans vos maisons comme si elles étaient des tombes et ne faites pas de ma tombe un lieu de célébration, et priez sur moi car vos prières me parviennent où que vous soyez » Abû Dawud, 2/218 n° 2042.

 

§  Des innovations qui ont le statut des actes de désobéissance

 

Comme le refus du mariage, le jeûne ininterrompu, le fait de prier toutes les nuits sans dormir etc., conformément au hadith dans lequel Anas ibn Malik rapporte : « Trois personnes vinrent dans les demeures des femmes du Prophète (saw) afin de s’informer des pratiques du culte du Prophète (saw). Quand on les eut renseignés, ils les trouvèrent peu nombreuses et dirent : « Toutefois, il y a cette différence entre nous et le Prophète (saw), c’est qu’Allah a pardonné à celui-ci toutes ses fautes passées et futures. –Aussi moi, dit l'un d'eux, je veux prier toutes les nuits. –Moi, ajouta un autre, je veux jeûner toujours et ne jamais rompre le jeûne. –Quant à moi, s’écria le troisième, je veux me priver de femme et ne jamais me marier. » Survenant à ce moment, l’Envoyé d’Allah (saw) leur dit : « Comment, c’est vous qui dites telle et telle chose ? Mais, par Allah, moi qui plus que vous, crains et révère Allah, je jeûne et j’interromps le jeûne, je prie et je dors,  et j’ai épousé des femmes. Quiconque se détourne de ma Sunna [la voie que j’ai tracée] n’est pas des miens » Al Bukhari, 5/1949, n°4776.

 

Ainsi, il devient clair que toute personne qui adore Allah avec une pratique qu’Il n’a pas établie ou qui ne fait pas partie des traditions de Son messager (saw) et de ses califes bien guidés est un innovateur. Le Messager (saw) dit en effet : « Je vous recommande la crainte d’Allah, l’écoute et l’obéissance même s’il s’agit d’obéir à un esclave abyssinien amputé. En vérité, celui qui vivra parmi vous verra beaucoup de dissensions. Vous devrez observer ma Sunna et la Sunna des califes orthodoxes bien guidés, cramponnez-vous y et accrochez-vous y, fût-ce avec vos molaires. Enfin, méfiez-vous des nouveautés en religion, car toute nouveauté est innovation et toute innovation est égarement »  Sahîh Ibn Hibbân, 1/178 n° 5.

 

- Les innovations qui concernent la vie terrestre : Ce sont les innovations relatives aux choses de ce monde qui n’ont aucun rapport avec la législation divine. C’est par exemple le cas des différentes inventions. Elles sont permises et ne sont pas considérées comme des innovations par la religion, même si sur le plan linguistique elles sont appelées innovations. Ce ne sont pas celles contre lesquelles le Prophète (saw) nous a mis en garde. En effet, le principe de base est que les pratiques et les choses de ce monde sont permises tant que le contraire n'est pas solidement établi. Il en est de même des transactions : ce qui est conforme à la législation divine constitue un contrat légal et ce qui s’y oppose, un contrat corrompu. On ne dira pas pour autant que c’est une innovation du point de vue de la législation parce que cela ne fait pas partie des actes d’adoration.

 

Abdou Rahman ibn Abdoul Karim

Editions ASSIA

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents