Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'unicité de la divinité

Publié par Baladislam sur 4 Mai 2012, 22:01pm

Catégories : #La foi en Islam

Fond coran et paysages (2)

 

L'unicité de la divinité est une partie principale de la doctrine du croyant. Elle est le fruit de l'unicité du déisme, ainsi que les noms et les attributs du Seigneur. Si elle vient à manquer, l'unicité du déisme n'existera pas, les noms et les attributs perdront leur signification.

 

L'unicité du Déisme se base sur la connaissance d'Allah et de Son déisme tout en réfutant tout associé à Lui. L'unicité des noms et des attributs se base sur la confirmation des noms d'Allah et de Ses attributs et le rejet de tout associé ainsi que toute altération.

 

Pour croire en l'unicité de la divinité, il faudrait accorder à Dieu Tout Puissant un culte exclusif dans le respect de toutes les œuvres prescrites sans lui rien associer. Cette croyance implique aussi un attachement au Seigneur par crainte, espoir et peur à l'instar de l'Islam pour la face de Dieu. Tout ce que le serviteur fait est adressé au Seigneur conformément au verset suivant:

 

Dis: «Oui, ma prière, mes pratiques religieuses, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu, le maître des mondes, il n'a pas d'associés! Voilà ce qui m'a été ordonné, je suis le premier de ceux qui se soumettent»

Coran VI, 162-163

 

Tant le Messager d'Allah, qu'Allah le bénisse et le salue, qu'Abraham ont reçu l'ordre de proclamer une telle appartenance.

 

« O mon peuple! Je désavoue ce que vous associez à Dieu, Je tourne mon visage, comme un vrai croyant, vers celui qui a créé les cieux et la terre. Je ne suis pas au nombre de polythéistes»

Coran VI, 78-79

 

Cette unicité revêt, en fait, une grande importance. La preuve en est que la totalité des messagers envoyés commençaient leur mission par proclamer:

 

O mon peuple! Adorez Dieu! Il n'y a pas, pour vous, d'autre Dieu que lui

Coran VII, 59,65, 73-CoranXI,50,61,84

 

Ces paroles portent la même signification que «II n'y a point de Dieu qu'Allah» annoncé par le dernier des prophètes afin que les croyants y croient. Il proclama cet appel tout au long de dix années, ce qui lui valut l'inimitié des autres et il dut faire face à des guerres. L'homme qui prononce une telle parole et y croit serait en train de mécroire à tous les autres dieux adorés aux dépens du Seigneur, ces dieux que les gens ont instauré lorsqu'ils ont perdu la Direction vers le Seigneur après la mort des prophètes et l'extinction des gens du savoir en matière de prescriptions divines. En outre, «II n'y a point de dieu qu'Allah», instaure une égalité de devoirs et d'obligations entre les gens. Personne ne pourrait prétendre avoir une caractéristique supérieure qui lui permettrait de soumettre les autres à l'esclavage, les gouverner en dehors de la loi divine conformément au texte de la lettre adressée par le Messager d'Allah, qu'Allah le bénisse et le salue, à Héraclius, roi des Romains.

 

Après une introduction, il a dit: «O gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous: nous n'adorons que Dieu, nous ne Lui associons rien; nul parmi nous ne se donne de Seigneur en dehors de Dieu » Rapporté par Boukhari

 

C'est la raison pour laquelle des querelles se déclenchaient entre les messagers et leurs nations.

 

Ils prêchaient leur foi en exhortant à croire et adorer le Seigneur seulement et désavouant toutes les autres idoles et leur adoration. Le Tout-Puissant dit dans le verset suivant:

 

Tu ne trouveras pas de gens, croyant en Allah et au Jour dernier et témoignant de l'affection à ceux qui s'opposent à Dieu et à son Prophète, seraient-ils leurs fils, leurs frères ou appartiendraient-ils à leur clan

Coran LIX, 22

 

Le Seigneur parla aussi d'Abraham et des croyants qui le suivaient et nous exhorta à les prendre en exemples contre le polythéisme et les polythéistes:

 

Vous avec un bel exemple en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, lorsqu'ils dirent à leur peuple: «Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors de Dieu, nous vous renions; Que l'inimitié et la haine paraissent constamment entre nous et vous, jusqu'à ce que vous croyiez en Dieu, l'Unique!»

Coran LX, 41

 

«Il n'y a point de dieu qu'Allah» signifie qu'il faudrait croire en Allah seulement sans l'associer à rien. Il faudrait également désavouer tout Taghout qui ferait dévier la foi en Allah et en Son obéissance conformément au verset suivant:

 

Oui, nous avons envoyé un prophète à chaque communauté: «Adorez Dieu! Fuyez les Taghout!»

Coran XVI, 361

 

Les Taghout désignent toute chose adorée au lieu d'Allah ou en dehors d'Allah. Cet adoré aurait accepté d'être adoré en association avec Allah, suivi ou obéi en dehors de l'obéissance d'Allah et de Son messager, qu'Allah le bénisse et le salue.

 

Due à l'importance de l'unicité de la divinité, il conviendrait de détailler ce sujet et préciser que cette unicité comprend deux partis et un intermédiaire.

 

Le premier parti: une créature faible qui ne cesse, tout au long de sa vie, de chercher ce qui fortifie sa faiblesse, lui apporte des bénéfices et la protège du mal. Ce n'est autre que l'homme.

 

Le deuxième parti: un dieu puissant, qui sait tout, est sage et fort; c'est Allah l'adoré véridiquement Glorifié soit-Il.

 

L'intermédiaire comporte des paroles, des œuvres et des croyances qu'Allah aime et agrée. C'est le culte que doit adopter le serviteur en guise d'obéissance au Seigneur.

 

Etant donné que l'adoration du Seigneur se réalise par l'intermédiaire de tout ce que le Seigneur aime en tant que sentiments ils serait opportun de préciser que:

 

1- Due à la faiblesse enracinée dans la nature humaine, l'homme ne peut sortir du cadre de l'esclavage. A travers les ères historiques et humaines, l'homme a toujours été un adorant en état d'adoration permanente, soit vis-à-vis du Seigneur lorsqu'il L'a connu et y a cru en tant que dieu, soit vis-à-vis des autres créatures soit qui avaient, selon lui, la capacité d'apporter du bien ou de le protéger du mal aux temps où il ignorait l'existence du Seigneur et ne croyait pas en Lui pour un facteur qui imposa un tel acte .

 

2- La raison et la loi divine ne peuvent toutes deux concevoir l'adoration d'un autre qu'Allah. Seul Dieu doit être adoré parce qu'il n'existe pas dans l'univers un fort, riche, qui sait tout, puissant et sage. Sa force, sa richesse, son ouie, sa puissance, son savoir et sa sagesse sont inhérents à sa nature et non point puisés dans une autre nature.

 

L'homme est le maître des créatures; le plus noble et le meilleur. Toutes ses qualités physiques et morales ne sont pas innées à son être; c'est le créateur à la Majesté et la perfection absolue, le seul dieu qui lui en avait fait don'.. En fonction de cela, nous pouvons dire qu'à sa naissance, l'homme en est démuni puis certains les acquièrent alors que d'autres en restent privés. De plus, ceux qui les acquièrent peuvent les perdre parfois.

 

L'homme raisonnable pourrait ainsi perdre la raison, l'homme peut être doué de capacité puis la perdre, acquérir une richesse puis s'appauvrir. Aussi la perfection de l'homme n'est-elle pas inhérente à son être puisqu'elle fait partie d'un don. Il demeure donc un esclave faible qui a toujours besoin de Celui qui lui «offre sa perfection, le Seigneur Tout Puissant. Par contre, la perfection du Seigneur est propre à sa nature, confirmant ainsi que l'adoration ne doit appartenir qu'à Lui Seul.

 

3- L'adoration ne prend la forme d'un rapprochement du Seigneur dont bénéficie l'esclave que lorsqu'elle comporte:

 

- La connaissance de cette adoration et de la manière dont il faut l'appliquer tout en l'accordant au Seigneur en exclusivité.

- Une adoration bénéfique n'est issue que des personnes douées de savoir et de foi. Le savoir découle de la foi dans le Livre d'Allah et la connaissance de ce qu'il contient. La connaissance de l'application de l'adoration suit la croyance au le Messager, qu'Allah le bénisse et le salue, ainsi que la connaissance et l'application de sa Sunna.

- Adresser le culte à Allah exclusivement indique que l'adorateur connaît le polythéisme et l'évite.

 

Il faudrait donc conclure le sujet de l'unicité de la divinité par un chapitre supplémentaire où l'on montrerait l'association dans l'adoration et ses aspects actuels dans la nation islamique.

 

L'association à la divinité et ses aspects dans la nation islamique

 

Définition: L'association à la divinité, aux noms et aux attributs d'Allah est une forme d'incrédulité. Il en est de même pour celui qui associe quelque chose ou quelqu'un dans l'adoration d'Allah lorsqu'il est au courant de Son Existence. Il serait en train de désavouer le Seigneur et de mentir à lui. Diviniser un autre qu'Allah est une forme d'incrédulité et de désaveux du Seigneur et de sa parole:

 

Dieu témoigne: «II n'y a de Dieu que lui»

Coran II, 18

 

et aussi:

 

Sache qu'il n'y a point de Dieu qu'Allah

Coran XL VII, 1

 

Le désaveux du Seigneur Tout Puissant est sans doute un acte d'incrédulité.

 

Mais il existe des associations qu'on ne considère point comme incrédulité, telle que l'association mineure et occulte.

 

Le Prophète, qu'Allah le bénisse et le salue, avait entendu un de ses compagnons dire des choses qui pouvaient être une association mineure à Dieu sans qu'il l'accuse d'incrédulité ou d'apostasie. Il avait dit à ce propos:

- «Je crains pour vous le plus, l'association mineure».

- Que signifie l'association mineure, O Messager?.

- «C'est la duplicité»Rapporté par Ahmad, Ad-Darimi et Ibn Maja.

 

Il avait également entendu quelqu'un dire:

- Tout ce que Dieu et Toi voudront.

- Tu m'as mis avec la Seigneur au même pied d'égalité. Dis seulement: ce que Dieu seul voudra Rapporté par Ahmad, Tabarani et Moslim.

 

Certains de ses compagnons dirent:

- Allons et demandons secours au Messager d'Allah contre cet hypocrite.

Et le Prophète de leur répondre: «Ce n'est pas à moi que l'on demande secours mais au Seigneur» Rapporté par Tirmidhi et Hakem.

 

Le Prophète, qu'Allah le bénisse et le salue, avait dit:

- Est polythéiste celui qui jure par un autre qu'Allah .

Il s'adressa aux gens et dit:

- O homme, craignez cette forme de polythéisme car elle est plus inaperçue que la marche des fourmis.

- O Messager d'Allah, comment pouvons-nous l'éviter puisqu'elle est plus invisible que la marche des fourmis?.

- Dites: Seigneur, nous demandons Ta protection contre l'acte de T'associer quelque chose qu'on connaît et nous te demandons pardon pour ce qu'on ignore. Rapporté par Ahmad et Tabarani.

 

A cet égard, le Prophète n'a pas accusé celui qui commet ces actes d'incrédule ou de renégat. C'est la raison pour laquelle nous avons inclus l'incrédulité dans le chapitre du polythéisme dans le culte car celui qui le commet sait parfaitement qu'il commet un polythéisme et pourtant y tient avec obstination en vue d'obtenir des bénéfices matériels et un pouvoir.

 

Pour éclaircir ce sujet, il conviendrait de rappeler des détails relatifs à l'entité, les attributs et les œuvres d'Allah ainsi que Son culte pour démontrer la manière par laquelle l'unicité doit être adoptée d'une part et comment les polythéistes et les incrédules réagissent d'autre-part.

A- L'être sacré.

 

Lorsqu'on parle de l'être du Seigneur, nous ne faisons que confirmer l'interdiction de la sonder pour appréhender Sa réalité.

 

En effet, la loi divine avait prescrit cette interdiction et la raison se voit dans l'incapacité d'appréhender cet être car Allah n'a pas d'égal ni d'équivalent et personne ne peut le voir.

 

Tout ce que la raison peut appréhender se rapporte à la matière qui l'entoure. Le Seigneur n'en fait pas partie puisque la composition de la matière est connue et qu'Allah n'a pas d'égal. C'est Dieu qui a créé cette matière connue par l'homme, aussi ne peut-Il pas faire partie de sa créature, ni semblable à elle.

 

Le croyant doit croire que l'être du Seigneur est sacré et ne ressemble pas aux autres êtres et est décrit par des attributs suprêmes, sans équivalents. Le Seigneur s'est imputé lui-même des beaux noms et des attributs suprêmes et nous a ordonné de l'invoquer et le supplier par ces noms et ces attributs quand II a dit:

 

Les plus beaux noms appartiennent à Dieu! Invoquez-le par ses noms

Coran VII, 180

 

Nous l'appelons ainsi et l'invoquons par ses noms et attributs; II nous entend et répond à notre appel.

 

C'est l'idée que doit former le croyant sur l'être d'Allah. Quiconque admet une ressemblance entre l'être du Seigneur et celle des créatures prétend avoir appréhende le contenu et la réalité de son être, ou en parle sans avoir en sa possession aucune connaissance du Coran et de la Sunna, aurait commis une incrédulité et un acte de polythéisme.

 

B- Les attributs et les noms d'Allah Tout Puissant.

 

Le Seigneur Tout Puissant s'est décrit Lui-même dans Son Livre et par la bouche de Son Messager en usant d'attributs suprêmes. Il exhorta les croyants à croire en ses attributs et de les user pour Le supplier et se rapprocher de Lui. Il s'est imputé des beaux noms dans lesquels il faudrait croire et les utiliser à Son égard .

Quiconque rejette ses noms et attributs serait un incrédule; quiconque admet une ressemblance entre ses noms et attributs et les noms et attributs des innovateurs serait en train de commettre une incrédulité et un polythéisme car il serait en train d'hésiter entre désavouer Allah et mentir à Lui, deux actes horribles de mécréance et d'injustice.

 

Le premier de ses attributs sublimes est sa purification. Mais l'homme a commis une erreur dans ce domaine en réalisant des actes que personne ne lui avait ordonnées. Il a interprété le terme de la main d'Allah par Sa capacité afin d'éviter de décrire le Seigneur par le terme main. De même la venue d'Allah pour juger entre les gens fut interprétée par l'avènement de Son jugement ou d'un de ses anges en vue d'éviter d'imputer à Allah la transfomation et la transition qui surgissent à prime abord à l'esprit.

 

Les raisons de cette interprétation sont les suivantes:

 

Premièrement: l'homme qui interprète n'a pas accepté d'accorder au Seigneur ce que Son Messager et celui qui le connaît le plus l'a fait.

 

Deuxièmement: Si cette interprétation avait été visée par le Seigneur, II l'aurait prescrit dans Son Livre ou par l'intermédiaire de Son Messager. L'interprétation des attributs d'Allah serait devenue un devoir religieux qu'il serait interdit de négliger. Celui qui le ferait aurait commis un péché.

 

Mais le Seigneur n'a pas donné une permission pareille; aussi celui qui interprète ces attributs aurait commis une erreur car son interprétation comporterait une rectification au Seigneur et au Messager, qu'Allah le bénisse et le salue.

 

Troisièmement: Celui qui interprète les attributs d'Allah serait en train d'éviter une comparaison. Il ignore donc une réalité importante: toute ressemblance entre les attributs d'Allah et ceux de ses esclaves est impossible conformément aux affirmations divines qui stipulent qu'il n'a pas d'égal. II est celui qui voit et entend, l'Unique et n'a point d'équivalent.

 

Si quelqu'un prétend que la main d'Allah est pareille à celle d'un Tel; que la venue du Seigneur est pareille à celle d'un Tel et que le Seigneur s'installe sur le Trône à l'instar de tel roi, il serait en train d'admettre une ressemblance entre le créateur et la créature, il serait un menteur, car la réalité est complètement différente, et en train de désavouer les paroles divines suivantes:

 

Rien n'est semblable à lui

Coran XLII, 11

 

En outre, il commet des œuvres d'incrédulité en associant quelques-uns des esclaves d'Allah dans quelques attributs d'Allah.

 

Quatrièmement: Celui qui interprète les attributs d'Allah pour éviter d'établir une ressemblance ignore la grande différence entre les attributs du créateur et ceux des créatures. S'il avait su que les attributs divins diffèrent de ceux des hommes tout comme l'être du créateur diffère de celui de la créature, il n'aurait pas imaginé une telle ressemblance et n'aurait pas recouru à l'interprétation. C'est pourquoi nous disons: Cet interpréteur des attributs d'Allah aux fins d'éviter d'établir une ressemblance croit qu'il existe une ressemblance quelconque entre les attributs du créateur et ceux de la créature et a recouru ainsi à l'interprétation. Quant à celui qui n'y a pas recouru, il ne s'est pas permis d'estimer quelque ressemblance entre les attributs du créateur et ceux de la créature, ressemblance qu'il juge comme impossible à réaliser. Il usa donc de ses attributs pour décrire le Seigneur comme Il l'a fait lui-même. Il se sauva ainsi de l'erreur, de l'ostentation et del'ignorance et par conséquent du polythéisme et de l'incrédulité.

 

C- Les cultes du Seigneur.

 

Le Seigneur a créé les Djinns et les humains sur terre pour l'adorer en L'invoquant et Le louant. La preuve en est le verset suivant:

 

Je n'ai créé les Djinns et les hommes que pour qu'ils m'adorent. Je n'attends aucun don de leur part. Je ne désire pas qu'ils me nourrissent. Dieu est le Dispensateur de tous les biens; il est le Maître inébranlable de la force

Coran LI, 56-581

 

Il a ensuite révélé les Livres et envoyé les Messagers pour décrire la façon selon laquelle il devrait être adoré. Ce fut donc des cultes transmis par la révélation, donc par la Sunna et le Coran.

 

Celui qui adore Allah sans suivre Ses prescriptions serait en train d'adorer ses propres passions, au Satan qui l'a tenté.

 

Celui qui adore le Seigneur en adoptant ses prescriptions mais Lui a associé quelqu'un de ses créatures serait en train de commettre un polythéisme et une mécrance.

 

Quels sont les cultes que le Seigneur a prescrits à ses esclaves afin qu'ils les adoptent sans lui associer un autre?

 

La Foi du Croyant

Par Abou Bakr Jaber Al Jazaeri

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents