Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


La discussion des conditions mises par les Ulémas

Publié par Baladislam sur 11 Mai 2011, 22:00pm

Catégories : #La Salat

fond islam (57)

 

On avait déjà cité que les conditions pour lesquelles la prière du vendredi est imposée sont: le sexe masculin, la liberté, la bonne santé, la résidence, l'absence des excuses valables ainsi que le nombre des exécutants en commun. C'est tout ce que la tradition prophétique a précisé et tout ce que Dieu nous a chargé de faire.

 

Quant aux autres conditions que les Ulémas ont eux mêmes mis n'ont pas une origine ni un soutien.

 

II nous suffit de rapporter ce que l'écrivain de "Alrawda Al Nadiya" a dit: «Elle ressemble aux autres prières et ne diffère pas d'elles parce qu'il n'y a rien qui prouve qu'elle est différente».

 

Dans ce propos il y a une signalisation de rendre ce qui est dit comme condition: L'Imam suprême, le pays rassemblant et le nombre précis. Toutes ces conditions n'ont aucune preuve qui stipulent qu'elles sont préférables ou imposés mais plutôt si deux personnes exécutent ensemble la prière collective du vendredi dans un endroit qui ne contient qu'eux alors ils ont fait ce qu'ils devaient faire. Si l'un d'eux prononce un sermon, ils suivront la tradition prophétique et s'ils ne la prononce pas c'est une simple sunna qu'ils ne doivent pas accomplir par obligation.

 

Aussi sans les paroles de Tarik bin Chihab qui précise l'obligation de chaque musulman de la faire en commun et l'incompatibilité de son exécution à son époque (que la bénédiction et la paix de Dieu soient sur lui) sans nombre, il l'aurait exécuté seul comme les autres prières.

 

Quant à ce qu'on rapporte les ulémas ont trouvé que ce n'est pas un propos prophétique ni un propos des compagnons pour cela il n'a pas besoin d'être interprété. C'est tout simplement un dire de El Hasan EI Basari .

 

Or si nous voulons chercher ce qui est dit des paroles injustes et des doctrines mensongères à propos de cette adoration que Dieu a imposé une fois par semaine et a fait d'elle un signe de l'Islam et qui est la prière du vendredi, nous allons bien nous étonner.

 

Il y a certains qui disent que le sermon a la même valeur que deux rakas alors celui qui le manque aura manqué à sa prière en commun. Comme s'ils n'ont jamais entendu ce que le prophète (sur lui la bénédiction et la paix de Dieu)a dit selon plusieurs manières qui renforcent l'une l'autre que «celui qui manque une raka de la prière du vendredi qu'il continue seul une autre et sa prière est acceptable», ni beaucoup de preuves autre que ce hadith.

 

D'autres disent: La prière commune du vendredi ne peut être accomplie que par trois personnes autre que l'Imam. D'autres disent par quatre personnes d'autres par sept, d'autres par neuf ou par douze ou par vingt ou par trente ou par quarante ou par cinquante ou par soixante-dix, ou par un grand nombre sans précision, ou qu'elle ne sera accomplie que dans un pays rassemblant. Il y a ceux qui sont allés jusqu'à préciser le nombre de ses habitant, d'autres précisent l'obligation de la présence d'une mosquée et d'une salle de bain. Certains disent qu'il faut avoir un Imam suprême.

 

Tous ces avis ne se trouvent pas dans le livre de Dieu (le très haut) ni dans la tradition prophétique. Or, le récitant du livre de Dieu, le lecteur des hadiths prophétiques, celui qui se caractérise par la justesse et celui qui est bien équitable savent bien que les cancans ne peuvent les distraire.

 

L'arbitre entre les croyants c'est le livre de Dieu (le très haut) et la tradition de son Messager (que la bénédiction et la paix de Dieu soient sur lui), comme Dieu (gloire à Lui) a dit:

 

Si vous vous êtes disputés revenez aux paroles de Dieu et de son Messager.

 

Les croyants sont ceux qui répondent à l'appel de Dieu et de son Messager: Nous avons entendu et nous allons obéir.

 

Non, ils ne sont pas croyants s'ils ne reviennent à toi dans leurs disputes et s'ils n'obéissent pas à ton avis quel qu'il soit.

 

Ces versets et d'autres prouvent qu'il faut revenir au jugement de Dieu et de son Messager, et le jugement de Dieu c'est son livre et le jugement de son Messager après sa mort c'est sa tradition. Dieu n'a donné à personne le droit de dire ce qui n'a pas de preuve dans le livre ou dans la tradition. Ainsi personne n'a le droit de suivre, l'avis de n'importe qu'elle personne sans preuve. De même je m'inquiète à propos de beaucoup des écrivains qui inventent des avis sans preuve et conseillent les gens à l'adapter, cet avis était mauvais qui n'a aucun rapport, avec les doctrines ni les pays ni les époques.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents