Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


La grande expédition de Badr les deux camps avant le combat

Publié par Baladislam sur 3 Juin 2011, 22:00pm

Catégories : #Mohamed (Saw) Prophète de l'Islam

fond islam (125)

 

La grande expédition de Badr : Les deux camps se rapprochent

 

Les Qoreyches descendirent des dunes et avancèrent dans la vallée. Les voyant arriver, la Prophète (SB sur lui) dit : « O Seigneur ! Voici Qoreych qui avancent, arrogants et fiers, ils Te bravent et démentent Ton Envoyé ! Seigneur, Ton soutien que Tu m'as promis! Seigneur, anéantis les ce matin! »

 

Le Prophète (SB sur lui) vit 'Otba ben Rabi'a, monté sur un chameau rouge. Il dit: «S'il y a un homme de bien dans ce groupe, ce sera cet homme monté sur ce chameau rouge. S'ils lui obéissent, ils seront dans la bonne voie. »

 

La grande expédition de Badr : Dans le camp de l'impiété

 

Une fois installés dans leur camp, les Qoreych envoyèrent 'Omeyr ben Wahb le Jomahite pour évaluer le nombre des compagnons du Prophète (SB sur lui). Il parcourut l'espace qui entourait le camp musulman. Il revint et dit:

« Ils sont au plus trois cents hommes. Mais attendez, je vais voir s'ils ne cachent pas quelques embuscades, ou ne disposent pas de renfort. Il battit loin dans la vallée sans rien remarquer d'insolite et dit : je n'ai rien trouvé. Mais j'ai vu des chameaux qui transportent la mort certaine, des gens qui n'ont d'autre abri que leurs épées. Par Allah, l'un d'eux ne mourra qu'après avoir tué l'un de vous ! Et s'ils tuent parmi vous un nombre égal au leur, reste-t-il un goût à la vie ? Réfléchissez-y. À vous de décider! »

 

Hakim ben Hizam, ayant entendu cette déclaration, alla trouver 'Otba ben Rabl'a et lui dit :

« Abou Walid, tu es "homme le plus distingué de Qoreych, son chef le plus obéi ! Veux-tu accomplir un geste qui éternise te mémoire?

-Lequel, O Hakim, lui dit·il ?

-Tu décideras ces gens à rentrer et tu assumerasl a charge de ton allié, 'Amrou ben elHadrami (le caravanier de Qoreych tué à Nakhla).

-C'est fait! Je payerai le prix du sang et dédommagerai ses biens perdus ! Mais va trouver le fils de la Hanzhalile (Abou Jahl). Je ne crains que lui pour rompre le consensus! »

 

Ensuite, 'Otba harangua la foule et dit :

 

« Qoreych ! Que faisons-nous à affronter Mohammed et ses compagnons? Par Dieu, si vous arrivez à en avoir raison, aucun ne verra le visage de l'autre sans répugner à cette vue (se disant) : il a tué son cousin paternel, il a tué son cousin maternel ... ou un homme de sa tribu ! Rentrez! Laissez Mohammed face au reste des Arabes. S'ils le vainquent, ce sera votre souhait et s'Il triomphe, sa gloire rejaillira également sur vous, sans que vous lui ayez nui. »

 

Hakim vint trouver Abou Jahl et le mit au courant de la déclaration d' 'Otba (renoncer à la guerre et retourner à la Mecque).

« Certes! dit Abou Jahl. il est empli de peur!

Jamais nous ne retournerons avant que Dieu ne nous départage! D'ailleurs, ce n'est pas là ce que pense 'Otba. Il sait bien que Mohammed et ses compagnons sont consommateurs de chameau. De plus son fils se trouve avec eux. Il craint que vous ne le tuiez! »

 

'Otba apprit la réponse d'Abou Jahl qui l'accusa de peur.

 

« Il saura, le lâche, dit-il, qui de nous deux est poltron. »

 

La grande expédition de Badr : Dans le camp musulman

 

L'Envoyé (SB sur lui) procéda à l'alignement de ses compagnons. Une flèche à la main, il passait pour aligner les rangs. Sawâd ben Ghaziyya les devançait. Alors, le Prophète (SB sur lui) le poussa de la flèche sur son ventre et dit : Aligne-toi Sawad !

- O Envoyé de Dieu, tu m'as fait mal, toi qui as été envoyé avec la justice et l'équité ! Rends-moi justice de toi-même !

Alors, le Prophète(SB sur lui) se découvrit le ventre et lui dit : « Fais~toi réparation. »

Sawêd l'entoura de ses bras et l'embrassa au ventre.

- Qu'est-ce qui t'a porté à cela, Sawad ?

- Envoyé de Dieu, répondit-il, il se présente ce que tu vois et j'ai voulu que la dernière heure avec toi fut que ma peau touche la tienne! Alors, le Prophète pria en bien pour lui.

 

Ayant rangé ses hommes, l'Envoyé d'Allah regagna la tente ouverte ('arich).

 

Seul Abu Bakr Çiddiq y était avec lui.

 

Il se leva pour supplier Dieu de lui accorder la victoire qu'Il lui promit:

 

« Notre Dieu, si Tu anéantis ce groupe aujourd'hui, Tu ne seras pas adoré après lui sur la terre ! »

 

Et il implorait son Seigneur Puissant et Majestueux, en disant :

 

« Notre Dieu, accomplis pour moi ce que Tu m'a promis. Notre Dieu, Ton secours ! »

 

Il levait les bras au ciel et l'habit tombait de ses épaules. Abou Bakr se tenait fidèlement derrière lui et rajustait sont habit. Compatissant pour lui, en raison de la fréquence de la supplication, il dit: « O Envoyé d'AllAh, après ton invocation à ton Seigneur, Il réalisera ce qu'Il t'a promis. »

 

Un léger assoupissement gagna le Prophète (SB sur lui) puis, il s'en réveilla et dit : « Réjouis-toi Abou Bakr ! Voilà Gabriel, conduisant par la bride un cheval soulevant de la poussière»

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents