Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


La grande expédition de Badr : Les esquisse de la rencontre

Publié par Baladislam sur 20 Mai 2011, 22:03pm

Catégories : #Mohamed (Saw) Prophète de l'Islam

fond islam (117)

 

Cette expédition fut décisive dans l'histoire de l'Islam. Elle est nommée dans le Coran "le jour de la Distinction ".

 

Elle fut marquée par des événements avant et après la rencontre des deux camps.

 

Une importante caravane commandée par Abou Soufian et ses hommes revenait du Cham, se dirigeant vers la Mecque. La nouvelle parvint au Prophète (SB sur lui) qui manda quelques uns de ses compagnons à aller l'intercepter à son passage au Hidjâz, espérant avec l'appui de Dieu prendre possession des riches marchandises dont ils avaient grand besoin. En effet, en fuyant la Mecque, ils y avaient laissé tous leurs biens dont les infidèles s'étaient emparés.

 

Quelques croyants acquiescèrent. d'autres hésitèrent l'ordre n'était pas formel, c'était une simple proposition et on ne s'imaginait pas que le Prophète allait affronter une bataille.

 

- Abou Soufiân s'approchait du Hidjâz avec sa caravane, épiant les nouvelles. Il craignait d'être assailli par les Musulmans et ne cessait de questionner chaque voyageur qu'il rencontrait. l'un d'eux lui dit : « Mohammed a mobilisé ses hommes pour foncer sur ta caravane et celles des autres! » Alors, sa méfiance s'accrut. Il engagea Domdom ben 'Amrou le Ghifârite et le dépêcha à la Mecque pour mobiliser Qoreych et qu'ils viennent protéger leur caravane.

 

- A la Mecque, 'Atika bent 'AbdelMottalib, tante du Prophète, vit un songe effrayant et cela trois jours avant l'arrivée du messager d'Abou Soufian. Elle envoya chercher son frère 'Abbâs et lui dit : « Frère, j'ai vu le veille un songe terrifiant. Je crains que vos gens n'aillent courir un péril redoutable !

- Lequel, dit 'Abbas ?

- J'ai vu, répondit-elle, un homme monté sur un chameau, venir s'arrêter dans la vallée de la Mecque. Il criai! de toute ses forces : " O gens de Ghadar ! Au combat dans trois jours ! Là où vous devez mourir !" Les gens accouraient et l'entouraient alors qu'il entrait dans le Temple.

A ce moment, son chameau prit sa forme sur la Kaaba et s'écria la même chose: Accourez au combat, O gens de Ghadar ! Là où vous mourrez dans les trois jours) ! "

Puis, son chameau prit sa forme au sommet du mont Abou Qobeys d'où il répéta encore le même cri. Ensuite, il saisit une roche et la jeta. Elle dévala la montagne. Arrivée à son pied. elle éclata en morceaux dont chacun entra dans une maison de la Mecque.

- Par Allah, voilà un songe (grandiose) ! dit el'Abbâs. Garde-toi d'en parler, lui dit-il.

Et elle lui recommande la même chose.

 

Mais il ne put s'empêcher de le raconter à son ami elWalid ben 'Otba, qui, malgré la recommandation de 'Abbâs. la narra à son père. La nouvelle se répandit alors, si bien qu'Abou Jahl en eut connaissance et se mit en colère. Voyant 'Abbâs tourner autour de la Kaaba, il l'appela :

« O Abou Fadl, quand tu auras fini, viens vers nous! »

El'Abbas finit ses tournée et Abou Jahl lui dit alors:

« Beni AdelMottalib, quand donc est apparue chez vous cette prophétesse ?

- Quelle prophétesse ?

- Ce songe qu'a vu 'Atika, répondit Abou Jahl !

- Et qu'a t-elle vu donc?

- Beni 'AbdelMottalib ! Ne vous suffit-il pas que vos hommes prophétisent jusqu'à ce que font désormais vos femmes? 'Atika ne prétend-elle pas avoir vu en songe un homme dire: .. ''sortez au combat dans trois jours" Eh bien, nous allons attendre ces trois jours. Si c'est vrai, il se réalisera. Sinon, nous transcrirons sur un écrit que vous êtes les plus menteurs des Arabes ! »

 

Trois jours après, Domdom le Ghifarite arriva à la Mecque; debout, sur son chameau, la selle détournée, l'habit fendu en longueur, le nez de son chameau ensanglanté, il criait de toutes ses forces, dans la vallée de la Mecque : ''La caravane! La caravane! Vos biens avec Abou Soufiân sont assaillis par Mohammed et ses hommes ! Je ne crois pas qu'il est encore temps de les rattraper. Le secours! Vite!''

 

Les Qoreych s'armèrent et se préparèrent vite, en disant : « Mohammed croit-il que notre caravane est aussi facile que celle d'Ibn elHadrami. Par Dieu, il verra autre chose! »

 

Au sujet de la caravane d'Ibn elHadrami plus d'un mois auparavant une expédition envoyée par le prophète (SB sur lui) jusqu'à Nakhla entre la Mecque et Taef et commandée par Abdallah ben Jahch s'empara d'une caravane de Qoreych dont un membre, Amrou ben elHadrami fut tué. Cela à la limite du mois sacré de Rajab, ce qui provoqua une polémique. Une révélation descendit innocentant et rétribuant Aballah ben Jahch et ses compagnons (sourate la vache 217/218).

 

Mais sur le point de partir, ils évoquèrent leurs hostilités' avec les Beni Bakr et eurent peur d'être attaqués par derrière. Satan leur vint sous les traits de Sourâqa ben Malik, un des notables de Beni Kinâna et les rassura : « Je me porte garant pour vous, les Beni Kinâna ne vous causeront aucun tort ! »

 

Alors, ils partirent rapidement.

 

- Le Prophète et ses compagnons sortirent au huitième jour de Ramadan. L'Envoyé chargea 'AbdAllah ben Oum Maktoûm de le suppléer, puis il le remplaça par Abou Loubêba qu'il fit retourner de Rawha.

 

Moç'ib ben 'Omeyr portait l'étendard et, au devant de l'Envoyé, Il y avait deux drapeaux noirs. Un tenu par 'Ali ben Abou Tâlib et l'autre par un Ançar. Ils étaient trois cent quatorze hommes, se relayant sur soixante dix chameaux et n'ayant que deux chevaux, l'un appartenant à elZoubayr ben 'Awwam et l'autre à elMiqdad ben 'Amrou.

 

Le Prophète (SB sur lui) suivit la vallée d'el'Aqiq par Rawha, puis campa près du puits de Rawha et repartit ensuite, laissant le chemin de la Mecque à gauche, pour sa diriger à droite.

 

Ils traversèrent la vallée jusqu'au passage de Çafra. Là, l'Envoyé dépêcha à Badr deux éclaireurs: Besbes elJouhani et 'Ady ben Abou Zaghba, pour recueillir des nouvelles émanant d'Abou Soufian ou d'autre. Il continua ensuite sa route, laissant la vallée de Zhafrên à sa droite, puis il campa. Ayant appris que les Qoreychites partirent pour défendre leur caravane, il demanda conseil à ses compagnons.

 

Abou Bakr dit des paroles réconfortantes ainsi qu'Omar. EIMiqdad ben 'Amrou, à son tour, se leva et dit:

« O Envoyé d'Allah, poursuis ce que Dieu t'a ordonné, nous sommes avec toi Nous ne te dirons pas ce que les fils d'Israël ont dit à Moise :

 

''Va, toi et ton Dieu combattre, ici nous resterons ." (5_la Table Servie_24)

 

Mais nous disons:

 

''Va, toi et ton Dieu combattre, nous sommes combattants avec vous ! Et par Celui qui t'a envoyé avec la vérité, si tu nous conduisais à Bark el Ghamed (lieu aux confins du Yémen) nous y marcherions avec toi, quelques soient les obstacles.'' »

Le Prophète (SB sur lui) en dit du bien et pria pour lui, puis ajouta:

« Conseillez-moi vous autres. »

Alors Sa'd ban Mou'adh se leva et dit :

" Tu t'adresses à nous, les Ançar, Envoyé de Dieu ?

- Oui, répondit-il;

- Nous avons cru en toi, dit Sa'd et attesté que ce que tu nous annonces est vrai. Nous t'avons donné notre engagement, accomplis ce que tu veux! Par Dieu ,si tu t'engages à entrer dans la mer, nous te suivrons. Personne ne se soustraira , il ne nous déplait pas d'être demain, en face de nos ennemis. Nous sommes endurants au combat et résolus à l'affrontement. Nous espérons, s'il plait à Dieu, te réjouir! Marche avec nous avec la bénédiction d'Allah. »

-Avancez! dit alors le Prophète (SB sur lui). Une bonne nouvelle vous est annoncée : Dieu vient de me promettre la victoire sur l'un des deux groupes .Par Dieu, j'entrevois déja les endroits de leur mort. »

 

Le Prophète demanda l'approbation des Ançar parce que le pacte conclu avec eux à el'Aqaba, n'impliquait pas de le secourir hors de Médine, mais seulement à l'intérieur. Il craignait donc leur abstention à combattre à Ses côtés, hors de Médine.

C'est pourquoi, Sa'd le rassura de sa réponse et il s'en réjouit. Puis,il continua sa route vers Badr et campa dans ses alentours.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents