Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


La position de l’islam sur le savoir

Publié par Baladislam sur 8 Juillet 2011, 22:02pm

Catégories : #L'Islam

fond islam (118)

 

La religion islamique encourage la science et exhorte à sa recherche de même qu’elle condamne l’ignorance et met en garde contre elle. Allah dit :

 

Dis : “Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?” Seuls les doués d’intelligence se rappellent 39 Az-Zumar, 9.

 

Allah dit également :

 

Allah élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir. Allah est parfaitement Connaisseur de ce que vous faites 58 Mujadalah, 11.

 

Il a exhorté à chercher à accroître la connaissance. Allah dit :

 

Et dis : “ô mon Seigneur, accroît mes connaissances !” 20 Ta-ha, 114.

 

L’islam accorde une grande valeur au savant, lui donne ses droits et précise sa place lorsque le messager d’Allah (r) dit : « Ne fait pas partie de ma communauté celui qui ne respecte pas nos aînés, n’a pas pitié de nos cadets, et ne reconnaît pas les droits de nos savants » Mousnad de l’imam Ahmad, volume 5, page 323, n° 22807.

 

L’islam considère l’effort pour la recherche du savoir, son apprentissage et son enseignement, comme l’une des causes qui conduisent au Paradis. Le messager d’Allah dit :

 

« Celui qui emprunte un chemin pour y rechercher la connaissance, Allah lui fait emprunter un chemin parmi les chemins du Paradis. Les anges rabaissent leurs ailes en signe de satisfaction pour celui qui recherche la connaissance. Tout ceux qui sont dans les cieux et la terre, jusqu’aux poissons dans l’eau, implorent le pardon d’Allah pour le savant. Le mérite du savant sur l’adorateur est comme le mérite de la lune pendant la pleine lune sur les autres astres. Les savants sont les héritiers des prophètes, et les prophètes n’ont laissé ni pièces d'or (dinar) ni pièces d’argent (dirham), ils ont laissé la science. Celui qui la prend aura pris une part énorme » Ibn Hibbân, volume 1 page 289, n° 88.

 

Tiré du livre Le début et la fin du monde

de Abdou Rahman ibn Abdoul Karim

Traduit de l’arabe par Mounchili Nsangou Adam

Editions ASSIA

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents