Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


La prière du malade (Salât AI-Marîdh)

Publié par Baladislam sur 6 Avril 2011, 22:04pm

Catégories : #La femme en Islam

fond article femme (23)

 

Il n'est pas permis d'abandonner la prière quelque soit son état de santé, la malade peut prier debout et, si elle ne le peut pas, assise, appuyée sur son côté ou carrément allongée sur son lit, en faisant face à la Qibla ou non. Cela en vertu de cette parole du Très Haut:

 

Évoquez Allah, debout, assis ou appuyés sur vos flancs.

 

En outre, 'Imrâne ayant interrogé le Prophète comment il devait prier, ce dernier lui répondit: «Prie debout et, si tu ne peux pas le faire ainsi, fais-le assis; si tu ne peux pas le faire dans cette position, fais-le appuyé sur ton côté.» Rapporté par les traditionalistes.

 

La malade doit faire ses ablutions pour prier, mais si elle ne le peut pas, elle peut faire des ablutions sèches avec de la terre ou une pierre. Si elle se trouve en état de souillure suite à un rêve érotique ou autre, les ablutions sèches remplacent le lavage à l'endroit où ce dernier se fait avec l'eau.

 

Quant au fait de faire face à la Qibla, si elle n'arrive pas à le faire pour des raisons de commodité, il n'y a aucun inconvénient à cela, car là où vous vous tournez vous trouverez la Face d'Allah. Elle peut aussi faire des gestes avec sa tête pour imiter les inclinaisons, les prosternations et les salutations et prier comme cela lui convient; si elle n'arrive pas à faire tout cela, elle peut émettre l'intention de faire la prière à chacun de ses horaires, car les actes valent par leurs intentions et Allah n'impose à aucune âme une charge qui ne soit pas dans ses capacités.

 

Il est permis aussi à la malade de réunir la prière du dhouhr et celle du 'asr, une réunion d'avancement ou de retardement, de même que celle du maghreb et celle de l'Ichâ. Quant à la prière hebdomadaire du vendredi, elle n'est pas obligatoire pour le malade qui ne peut pas se déplacer jusqu'à la mosquée.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents