Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


La prière en groupe

Publié par Baladislam sur 8 Juin 2011, 22:04pm

Catégories : #La Salat

fond islam (131)

 

On doit être à deux au minimum sauf pour la prière du vendredi et celle de l'Aïd. Elle est obligatoire à titre individuel, que l'on soit résident ou en voyage, même en situation de peur, conformément à la parole d'Allah le Tout- Haut:

 

Et lorsque tu (Mohammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salât"

(Sourate les Femmes, verset 102).

 

Elle est vingt-sept fois meilleure que la prière en solitaire; elle s'accomplit à la mosquée, la plus ancienne de préférence; et elle est meilleure dans le groupe,le plus nombreux, et dans la mosquée la plus éloignée.

 

On ne peut diriger la prière dans une mosquée si l'on n'est pas l'Imam habituel, s'il s'attarde,cela est alors toléré,à l'exemple de ce qu'avait fait Abou-Bakr et Abdourrahman Ibnou Aouf auparavant.

 

Dès que l'on appelle à l'accomplissement de l'office, il n'est plus permis de commencer une oeuvre surérogatoire; mais si on l'a déjà commencée il faudra la terminer rapidement.

 

Celui qui arrive à faire une génuflexion avec l'Imam. aura bénéficié de la rétribution de la prière en groupe. Pour cela ,il faut rattrapera u moins une génuflexion avec l'Imam. Ainsi 'Takbirat Al-Ihram' (Proclamation de la grandeur d'Allah au début de chaque office) remplacera celle qu'on prononce au moment de la génuflexion, à l'exemple de Zayd Ibnou Thâbet et Ibnou Omar, approuvés en cela pr tous les compagnons du Prophète sans exception.

 

Il est préférable cependant de formuler les deux 'Takbir' pour ne pas contredire ceux qui en font une obligation. Si l'on n'arrive pas à l'office au moment de la génuflexion, on n'aura pas bénéficié de la rétribution de la 'rakaâ', mais on devra poursuivre la prière avec l'Imam, tel que l'affirme la tradition.

 

Celui qui a été précédé dans sa prière ne devra se lever pour l'achever que lorsque l'Imam aura prononcé le second salut. S'il arrive pendant que l'Imam est prosterné (pour une prosternation réparatoire d'une erreur) après le salut final, il n'entrera pas en prière avec lui.

 

Et si la personne a raté l'office en groupe, il lui est préférable que quelqu'un prie avec celui-ci, conformément à la parole du Prophète (P .e t B. d'Allah sur lui) qui a dit: « Quiconque veut faire œuvre charitable alors qu'il prie avec celui-ci. »

 

Celui qui suit l'Imam n'est pas tenu de réciter (le Coran), conformément à la parole d'Allah le Tout-Haut:

 

Et quand on récite le Coran prêtez-lui l'oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde (d'Allah). ( Sourate les limbes, v.204).

 

 

Ahmad a dit: « les gens sont unanimes à penser que ce verset concerne la prière. »

 

Cependant il est de la 'Tradition' de réciter le Coran, lorsque l'Imam ne récite pas à haute voix. La plupart des gens de science parmi les compagnons et ceux qui les ont suivis, pensent que la récitation (du (Coran) alors qu'on est derrière l'Imam pendant l'office silencieux, évite de contredire ceux qui en font une obligation; néanmoins conformément aux prescriptions on s'abstient de réciter lorsque l'Imam le fait à haute voix.

 

On accomplit cette récitation juste après l'Imam sans s'attarder, et il est détestable de la faire en même temps que lui. Quant à la faire avant lui, cela est proscrit. Et si jamais on se prosterne ou on s'agenouille avant l'Imam, par distraction, on devra se reprendre pour refaire ces actes après lui; et si on ne s'y conforme pas, en connaissance de cause, la prière sera vaine.

 

 

Si le fidèle s'attarde d'un pilier par rapport à l'Imam, sans excuse, il sera considéré fautif comme s'il l'avait devancé; cependant s' il a une excuse (tel le sommeil, la distraction ou la hâte de la part de l'Imam) il devra l'accomplir et rattraper l'Imam; et s'il est devancé d'une rakaâ entière pour une raison valable,i l devra suivre l'Imam pour le reste de la prière, et se rattraper par la suite lorsque l'Imam aura prononcé le salut final.

 

Selon la Tradition,et lorsque l'un des présents à l'office derrière l'Imam doit s'interrompre et quitter la prière en cas de force majeure, l'Imam pourra activer l'office', mais la hâte qui empêche les fidèles dirigés d'accomplir ce qui est régi par la 'Tradition' est détestable; comme il est de la Sounnah d'allonger la récitation lors de la première rakaa par rapport à la seconde, et il est préférable que l'Imam au cours de la prière attende le fidèle qui arrive afin qu'il puisse rejoindre la rakaâ voulue, du moment que cette attente ne cause pas préjudice à un autre.

 

Le plus digne d'être Imam est celui qui connait le mieux le Coran. Quant au Prophète( P. et b. d'Allah sur lui) qui a chargé Abou Bakr de diriger l'office bien que d'autres connaissaient mieux que lui le Coran, tels Obay et Moâdh, cela s'est fait pour signifier aux gens qu'il sera choisi à la tête des fidèles lors du Califat (la grande Imama). Telle est l'opinion d'Ahmad alors que d'autres ont dit: S'il l'a choisi bien qu'il ait dit: « Le plus digne de diriger l'office est celui qui connait le mieux le livre d'Allah,et si les postulants se valent au niveau de la récitation ce sera le plus connaisseur en matière de Tradition », c'est qu'il savait que Abou Bakr était le meilleur récitant et le meilleur connaisseur du Livre, puisque les fidèles n 'avançaient dans la récitation-lecture du Coran,qu'après en avoir acquis parfaitement la signification et qu'après l'avoir mis en application.

 

Ibnou-Massôud confirme cela en disant: « Quand l'un de nous apprenait une dizaine de versets du Coran,il ne les dépassait qu'après en avoir su parfaitement la signification. Et après en avoir appliqué les consignes.

 

Moslem se référant à Abou-Masoud Al-Badri, rapporte ce Hadith: « Celui qui dirige les gens lors de l'office, doit être le meilleur récitant du Livre d'Allah; s'ils se valent tous, sera le plus connaisseur en matière de Tradition (Sounnah), s'ils s'y valent tous,ce sera le plus ancien parmi les émigrés (lors de l'Hégire) et s'ils se valent aussi sur ce plan, ce sera alors le plus âgé. »

 

Un homme ne doit pas diriger en tant qu'lmam un autre quand ce dernier est dans son propre domicile comme il ne d oit pas siéger non plus dans le domaine de celui-ci malgré le respect qui lui est du - si ce n'est avec son autorisation.

 

Bokhari et Moslem rapportent que le Prophète a dit: « Le plus âgé d'entre vous, vous dirigera à l'office » et selon les propos de Abou Masoud: « S'ils ont émigré au même moment, ce sera alors le plus ancien à avoir adopté l'Islam. »

 

On s'abstiendra de prier derrière celui qui exige un salaire pour cela. Abou Daoud a dit: "Ahmad a été interrogé à propos d'un Imam qui disait: Je vous dirigerai à l'office pendant le mois du Ramadan moyennant tel ou tel montant, et il a répondu: qu'Allah me garde! et qui oserait prier derrière celui-ci?!''

 

On ne fera pas l'office de la prière derrière quelqu'un qui ne peut pas se tenir debout sauf s'il s'agit de I'Imam habituel, reconnu dans une mosquée; au cas où il tombe malade, on priera derrière lui, en position assise.

 

Si l'Imam dirige l'office tout en état d'impureté ou en état souillé et qu'il ne se rend compte de cela qu'après l'achèvement de l'office, ceux qui ont prié derrière lui ne sont pas tenus de refaire la prière; seul l'Imam devra la refaire dans ce cas.

 

Il est détestable que l'office soit dirigé par une personne désapprouvée à juste titre par la majorité des fidèles; et il est agréé d'être dirigé à l'office par une personne qui a fait ses ablutions à sec (Tayammoum), alors qu'on a fait les siennes avec de l'eau. Il est de la Tradition (Sounnah) de se mettre debout derrière l'Imam conformément au Hadith rapporté par Jâber et Jabbar qui s'étaient postés debout à la droite et à la gauche du Prophète. Ce dernier les avait pris alors par les mains et les avait placés tout à fait derrière lui (Hadith cité par Moslem).

 

Ibnou-Masoud a cependant dirigé l'office en compagnie de Alkamâh et Al-Assouad. Et ils était entre les deux. Ibnou Sirine justifie cela par le fait que l'endroit était trop étroit.

 

Si l'on dirige l'office suivi par une seule personne, celle-ci doit se placer à droite de l'Imam; et si jamais elle se place à gauche, l'Imam devra la faire virer à sa droite et il ne sera pas tenu de prononcer à nouveau la Takbirah d'entrée en prière Il est à noter que la prière de celui qui se trouve en solitaire derrière les rangs n'est pas valable. Si l'on dirige l'office, suivi par un homme et une femme; l'homme se mettra à la droite de l'Imam et la femme derrière, conformément au Hadith de Anâs cité par Moslem.

 

Il est préférable que le rang soit proche (de l'Imam), que les rangs soient rapprochés les uns des autres et que l'Imam se place devant, en position médiane par rapport aux rangs, conformément à la parole du Prophète (P. et b. d'Allah sur lui) qui a dit: « Placez l'Imam juste au milieu et colmatez les brèches ».

 

Il est possible de se mettre dans le même rang qu'un jeune garçon comme l'a dit Anas: Je me suis rangé avec un orphelin derrière lui (le Prophète) et le vieillard était derrière nous.

 

Si le fidèle qui suit l'Imam arrive à voir celui-ci ou ceux qui sont derrière, l'office est valable, même si les rangs sont éloignés les uns des autres. Il en est de même s'il ne voit ni l'un ni l'autre( ni l'Imam ni le rang précèdent) à condition qu'il arrive à entendre la proclamation de la grandeur d'Allah du fait qu'il est possible de se guider en prière rien qu'en entendant le Takbir.

 

Si une route pour un passage sépare l'Imam des fidèles et si les rangs sont rompus, l'office ne sera pas valable. Cependant Al-Mouaffak ainsi que d'autres pensent que cela n'empêche pas de se guider puisqu'il n'y a pas de texte ou de consensus unanime la dessus.

 

Il est détestable que l'Imam se place plus haut par rapport aux fidèles. A ce propos Abou Masoud avait dit à Houdhayfah: « Ne sais-tu pas qu'un tel comportement est interdit? » et il a répondu: « Oh que si! » Hadith rapporté par Ach-Chafi'i de source digne de confiance.

 

Cependant,il n'y a pas de mal à ce qu'il y ait une petite élévation et une marche de la tribune (Minbar). Comme l'indique le Hadith rapporté par Sahl. Qui atteste que le Prophète (P. et b. d'Allah sur lui), avait fait la prière sur la tribune puis qu'il était descendu en reculant et qu'il s'était prosterné.

 

Il n'y a pas de mal non plus si le fidèle se place plus haut que l'Imam car Abou-Hourayrah a fait la prière en amont d'une mosquée tout en suivant l'office dirigé par l'Imam.( rapporté par Ach-Chafi'i).

 

Il est détestable que l'Imam procède à une prière surérogatoire au même endroit que celui prévu pour la prière prescrits, si les deux comportent le même nombre de rakaâtes, conformément au Hadith rapporté par Abou Daoud et que Al-Moughirah attribue au Prophète. Cependant Ahmad a dit: Je n'ai connu ce Hadith que selon la version de Ali. Le fidèle ne doit pas quitter l'office avant l'Imam, conformément à la parole du Prophète (P. et b. d'Allah sur lui), qui a dit: « Ne me devancez ni à la prosternation, ni à la génuflexion, ni pour quitter les lieux. »

 

Il est détestable pour quelqu'un d'autre que l'Imam de choisir un endroit déterminé dans la mosquée pour y prier exclusivement les prières obligatoires, car le Prophète (P. et b. d'Allah sur lui), a interdit de se fixer un lieu 'à la manière d'un chameau'. Il est excusable de ne pas assister à la prière du vendredi et à la prière en groupe, si l'on est malade, si l'on craint de perdre des biens personnel sou qu'on a en dépôt, car le mal qui peut en résulter est beaucoup plus important que le mouillage des vêtements par la pluie qui constitue une excuse valable pour ne pas y assister.

 

Il y a d'ailleurs un accord unanime là-dessus et cela est conforme à ce que rapporte Omar qui a dit: Le Prophète (P. et b. d'Allah sur lui) faisait dire au muezzin, au moment de l'appel à la prière lorsque la nuit était fraiche ou pluvieuse au cours du voyage: « Priez chez vous » (attesté ar Al Boukhari et Moslem).

 

Ces deux derniers ont aussi rapporté ce Hadith selon Ibnou Al-Abbas qui a dit à son muezzin, lors d'une journèe pluvieuse, un vendredi: « Après avoir dit: je témoigne que Mohammed est le Messager d'Allah, ne dis pas:Venez à l'office, mais dis plutôt: Priez chez vous ». Il semblerait que les gens d'alors avaient désapprouvé cela, alors il a dit: « Quelqu'un de meilleur que moi avait déjà agi ainsi à savoir le Prophète( P. et b. d'Allah sur lui) et j'ai détesté vous faire sortir dans la boue et la glaise. »

 

Il est détestable se se présenter à la mosquée après avoir mangé de l'ail ou de l'oignon,même s'il n'y a personne de crainte de nuire aux anges avec cela.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents