Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Le Parcours du Mourant

Publié par Baladislam sur 29 Juin 2010, 03:00am

Catégories : #La mort

Les trois questions perpétuelles que nous nous posons concernant la mort sont: Que faire pour s'apprêter à affronter la mort? Et que se passe t'il dans les derniers instants de la vie? Et enfin, que nous arrivera t'il après la mort? Nous avons traité la première question sous le thème des directives à suivre avant la mort. Dans les lignes qui suivent nous aborderons la deuxième question qui a trait aux détails des derniers instants de la vie du mourant. Qu'Allah nous accorde à tous, Sa grâce et le bonheur après la mort!


 

Face à la mort, l'homme se rend compte de l'évidence de sa faiblesse et de son ignorance et finit par admettre l'omnipotence d'Allah. En ce moment précis, nul n'a la possibilité de partager ses visions avec son entourage, bien qu'il voie nettement l'ange de la mort et d'autres anges qui sont sous son commandement notamment les anges de la miséricorde divine ou ceux du châtiment divin. En plus de cela, il voit aussi la demeure qui lui est réservé par Allah; le paradis ou l'enfer. Et là, il ne reconnaît plus personne autour de lui, tel que le Prophète (Saw) 'affirma lorsqu'il fut interrogé: « O Messager d'Allah! Quand est ce que le serviteur ne reconnaît plus les gens? » Il dit: « Quand il voit » rapporté par Ibn Maja. C'est à dire, quand il voit l'ange de la mort et sa dernière demeure. Il lui est dit alors; « Là est la dernière demeure » rapporté par al Bukarhi et Muslim jusqu'à ta résurrection . Une fois ce moment arrivé, il n'y a plus lieu de se repentir ou de proclamer sa foi. Allah, exalté soit Il, dit à cet effet:


 

« Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie: ''Certes, je me repens maintenant'' non plus pour ceux qui meurent mécréants. » Sourate An Nissa verset 18. 
 

Il dit aussi:

 

« On les empêchera d'atteindre ce qu'ils désirent. » Sourate Saba' verset 54. 
 

C'est à dire qu'ils n'auront aucune occasion de se repentir bien que ce soit leur ardent désir dans cette épreuve. Le Prophète (Saw) dit à cet effet:

 

« Allah accepte le repentir de tout serviteur tant que cela à lieu avant que la mort ne le prenne par la gorge. » 
 

Raison pour laquelle la mort subite est une grâce de Dieu pour le croyant tandis qu'elle est un châtiment pour le débauché. Le Prophète (Saw) affirme cela en ces termes: 
 

« La mort subite est un repos pour le croyant et un regret pour le débauché. »
 

Au moment de la séparation de l'âme et du corps, l'homme ressens une peine et une douleur inqualifiable bien soit logiques. Nul n'est indifférent à la piqure d'une aiguille ou à l'extraction d'une épine de sa chair. Que dire alors de l'extraction de l'âme tout entière du corps humain?

 

Chaque organe du corps humain subit la douleur de la séparation de l'âme et du corps; chaque cheveu, chaque veine, chaque ongle, et même chaque atome et chaque cellule subit la très grande douleur, de cette séparation. Raison pour laquelle d'aucuns disent que la douleur de cette séparation serait plus atroce que celle suscitée par des coups de sabre, des scies ou de ciseaux. L'exemple de notre honorable Prophète (Saw) est un cas d'école qui mérite toute attention: aux derniers moments de sa vie, avant de rendre l'¨ma, le Prophète (Saw) essuyait son front en disant: « Gloire et pureté à Allah! Que la douleur causée par la mort est atroce. ». Et quand sa fille Fatima se lamenta en disant: « Ah! Quel terrible chagrin enduré par mon père! » Le Prophète lui dit: « Après ce jour ci, point de chagrin pour ton père. » rapporté par Al Bukhari. 
 

Il fut rapporté qu'après la mort de Moussa (Moïse) Allah l'interrogea; « O Moussa, Comment as tu trouvé la mort? » Il dit: « Je me sentais tel un oiseau dans un désert aride, ni mort pour avoir enfin le repos et ni vif pour s'envoler. » Dans une autre version il est rapporté que sa réponse fut: « Je me trouvais telle une brebis dépouillée par un boucher ». 
 

D'autre part, quant le chef charismatique 'Amr ibn al As agonisait son fils lui dit « Cher père! Tu nous disait souvent: ''Je souhaiterais avoir l'occasion de parler à un agonisant qui jouit encore de toutes ses facultés mentales afin qu'il m'explique ce qu'il ressens''. Pour nous tu es cet agonisant qui jouit de toutes ses facultés mentales. Dis nous comment tu ressens la mort! » Il dit: « Mon fils! La mort est inqualifiable. Mais j'essaierai de t'en dire quelque chose. J'ai l'impression que le ciel est collé à la terre et que je suis en train de passer par le trou d'un aiguille! » 
 

Il est rapporté aussi qu'un homme vertueux vit son défunt frère en rêve et lui dit: « Comment as tu ressentit la séparation de l'âme du corps? » Son frère lui répondit : « Laisse tomber cette question car seuls les morts sont à même de comprendre la réponse. » L'homme posa une autre question: « Dis moi pourquoi je ne te vois que maintenant, un an après ton décés? » Et le défunt de répondre: « Je viens à peine de finir le jugement d'Allah et n'eut été sa miséricorde, j'aurai trébuché. »

 

Nous avons pu voir comment le Prophète (Saw) et certains hommes de grandes qualités ont vécu la mort. Si tel est leur cas, qu'adviendra t'il de ceux qui ne les atteignent pas à la cheville en valeur?

 

Instruction à suivre pour soulager l'agonisant

 

Première instruction: Accepter la volonté d'Allah et garder son calme, car s'affoler ne fait qu'accroître les peines du mourant. 
 

Deuxième instruction: Multiplier la lecture du Coran et les invocations qui sont un appui de taille pour l'agonisant. 
 

Troisième instruction: Prier avec recueillement et observation des recommandations divine pour le défunt. Le Prophète (Saw) dit dans un hadith: 
 

« Quand vous vous rendez chez une personne malade ou décédée, dites de bonnes paroles, car les Anges demandent à Allah d'exaucer vos dires (vos implorations) » rapporté par Muslim

 

Raison par laquelle il est recommandé que des gens pieux soient autour du mourant afin qu'ils fassent des implorations qui pourraient coïncider avec les implorations des Anges, ce qui est très bénéfique pour le mourant. 
 

Quatrième instruction: éviter les cris et les lamentations excessives qui sont sources d'afflictions pour le mourant ou le défunt. 
 

Hélas, nous constatons que les proches éplorés ne se rendent pas compte du mal qu'ils causent à leur défunt proche par ces attitudes clairement déconseillées par le Prophète (Saw), il dit à ce sujet: 
 

« Tout mort sur lequel les parents se lamentent excessivement en disant ''Ah, quel malheurs (de perdre) mon brave (protecteur), quel malheur (de perdre) mon chameau (celui qui me prend en charge)'' ce mort recevra un coup dans les cotes par un ange qui lui dira '' Etais ce toi leur brave et leur chameau?'' » rapporté par Al Bukhari 
 

Et Allah, quel est son rôle alors? Lui qui est le Grand Pourvoyeur, le Détenteur de la force, l'Inébranlable? Le Prophète (Saw) dit par ailleurs au sujet de certains comportements lors des funérailles: 
 

« Quiconque se gifle violemment, déchire ses poches et vocifère des lamentations telles que de l'époque de l'ignorance pré islamique, n'est pas des notre. » rapporté par al Bukhari et Muslim 
 

Ces comportements qui sont encore d'usage dans certaines sociétés ont l'air d'une rebellion contre la volonté d'Allah. Quiconque ne se repent pas d'un aussi désagréable comportement, mériterait le châtiment d'Allah. Le plus écœurant es que d'aucuns utilisent les funérailles pour de serviles flatteries en essayant de montrer leur loyauté aux vivants par ces attitudes. Et cela, sans égard pour leur sentiment pour le défunt qui pourrait être le contraire de qu'ils prétendent en cette occasion. 
 

Il est utile de signaler ici qu'en plus de la désapprobation d'Allah, le défunt lui même ressent avec plus de clarté tout ce qui se passe autour de lui. Le Prophète (Saw) dit: 
 

« Certes, le défunt discerne celui qui le lave, celui qui l'enveloppe dans le linceul, celui qui porte sa dépouille, et celui qui l'enterre. » rapporté par Ahmad

 

Il dit aussi: 
 

« Lorsque la dépouille mortelle est déposée, et ensuite portée par les hommes à leur cous, si la personne décédée était pieuse (dans la vie) elle dirait ''Avancez moi! Avancez moi!'' Par contre, si elle n'était pas pieuse (dans la vie) elle dirait ''Ah quel malheur! Où envoyez-vous ma dépouille?'' Toute chose entend ce cri (de détresse), excepté l'être humain, qui tomberait en syncope s'il l'entendait » rapporté par Al Bukhari 
 

Il est rapporté aussi qu'une fois porté par les gens qui l'accompagne à sa dernière demeure, le défunt dit: « Chers parents, chers proches et chers enfants, ne laissez point la vie vous distraire telle qu'elle nous a distraits! Nous vous léguons aujourd'hui des biens matériels amassés de façon licite et illicite. A vous les biens et à nous le jugement. Évitez donc de tomber dans nos mêmes erreurs. » 
 

Tandis que si le défunt était croyant, son âme serait accueillie par les âmes des croyants dans l'allégresse tel un voyageur qui retrouve les siens après une longue absence. Le Prophète (Saw) dit à cet effet: 
 

« Dès que l'âme du croyant est retirée (du corps) ceux des serviteurs d'Allah, qui ont bénéficié de sa miséricorde, accueillent cette âme tel un annonceur de bonnes nouvelles. Ils viennent o elle pour lui poser des question. Certaines âmes disent aux autres: ''Laissez la se reposer car elle vient de surmonter une dure épreuve.'' Ensuite elle viennent lui poser des questions: ''Que fait untel?'' ''Que fait une telle?'' ''S'est elle mariée?'' ''Que font mes enfants?'' ''Ma fille s'est elle mariée?'' Lorsque l'on l'interroge à propos de quelqu'un qui est décédé avant elle, elle répond ''Telle personne est morte depuis tel nombre d'année. N'est elle pas arrivée ici?'' L'on dira alors ''Assurément nous appartenons à Allah, et vers lui nous retournons! Elle n'est jamais passée par là. Quel malheur! Ils l'ont envoyé à sa destination dans l'abime. » Rapporté par an Nassa'î

 

Oui! Seules les âmes pieuses se regroupent en cette circonstance. Quant aux autres, elles sont conduites de leurs demeures terrestres à leurs demeures en enfer.

 

Suivant le parcours du mourant, nous avons vu l'étape du trépas, celle de l'enveloppement dans le linceul, celle du port de la dépouille de la maison au cimetière et enfin celle de l'enterrement. Après l'enterrement, l'Islam nous recommande de patienter le temps d'immoler un chameau et distribuer sa viande Amr ibn al'As dit: « Quand vous m'enterrerez, restez autour de ma tombe le temps d'immoler un jeune chameau et de distribuer sa viande, afin que vous me serviez d'appui, au moment où je serai en train de répondre aux envoyés d'Allah (les anges). » Othman ibn 'Affan dit à ce même sujet: Toutes fois que le Prophète (Saw) finissait d'enterrer un mort, il s'arrêtait au dessus de sa tombe et disait 
 

« Demandez indulgence à votre seigneur pour votre frère, et priez aussi afin qu'il soit ferme, car en ce moment, il subit un interrogatoire. » 
 

Après cette phrase, tous abandonnent le mort; ceux pour qui il luttait mains et pieds, la fortune qu'il a amassé avec tant de labeur, tous sans exception, l'abandonnent à son triste sort, Oui! Ils t'abandonnerons! Et même s'ils restaient, ils ne te serviraient à rien! Tu resteras seul, face à ton Maître Allah, en ce moment d'extrême gravité.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents