Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Le temps et le lieu de la demande de pardon

Publié par Baladislam sur 25 Septembre 2011, 22:25pm

Catégories : #Vivre dans la Sunna

fond islam (143)

 

La demande de pardon a des temps et des lieux préférables bien que les portes du repentir soient ouvertes en tout temps et à chaque instant, comme l’a dit le prophète, le digne de confiance :« Il y a pour le repentir une porte ouverte qui ne se refermera que lorsque le soleil se lèvera à l'ouest. » Mais il y a, malgré tout, des moments plus privilégiés que d'autres et des endroits plus propices à l’exaucement que d'autres, et parmi ceux-ci :

 

1. Le temps du souhour (juste avant l'aube)

 

Allah dit

 

« …Et les demandeurs de pardon à l'aube. » (Sourate Ali 'Imrâne : 17)

 

« Et avant l'aube, ils demandaient le pardon. » (edh-dhâriyâte : 18)

 

Le prophète a dit : « Notre Seigneur descend toutes les nuits jusqu'au premier ciel au dernier tiers de la nuit et dit : « qui m'invoque afin que je l'exauce ! Qui me demande afin que je lui donne ! Qui me demande pardon afin que je le lui accorde !… » Rapporté par el Boukhârî (11/128), et Mouslim avec l'explication de Nawawi (6/36) d'après le hadith de Abou Horaïra.

 

2. Le prophète demandait pardon pendant et juste après la prière, comme l'invocation d'ouverture (istiftah) entre le takbir d'ouverture de la prière et la lecture de la fâtiha, et qui est ceci :

 

« Allahoumma bâ'id bayni wa bayna khatâyâya kama bâ'adta bayna-l-machriqi wa-l-maghrib, Allahoumma naqqini min al khatâya kama younaqqa eth-thawb el abyadou minaddanass, Allahoumma ghssil khatâyâya bil mâ-i wa thalji wa l barad. »

« Ô mon Seigneur ! Éloigne-moi de mes fautes comme tu as éloigné entre l'orient et l'occident ! Ô mon Seigneur ! Purifie-moi des fautes comme tu purifies le vêtement blanc de ses souillures ! Ô mon Seigneur ! lave mes fautes avec l’eau, la neige et la grêle. » Rapporté par el Boukhârî (2/727), et Mouslim (5/96) d'après le hadith de Abi Horaïra .

 

Parmi les évocations qui comportent également la demande de pardon, on compte le hadith qu'a rapporté Mouslim dans son recueil authentique, d'après Ali  qui rapporte que le prophète , lorsqu'il se levait pour la prière disait :

 

« Wajjahtou wajhiya lilladhi fatara ssamawâti wa l'arda hanîfan wa mâ ana min el mouchrikîn, inna salâtî wa noussoukî wa mahiâya wa mamâtî lillahi rabil 'âlamîn, lâ charîka lah, wa bidhâlika oumirtou wa ana awwalou 'lmouslimîn. Allahoumma anta-l Malik lâ ilâha illa anta, anta Rabbî wa ana 'abdouk, dhalamtou nafsi wa i’taraftou bidhanbî, faghfirli dhounoubi jami'an, innahou la yaghfirou 'dhounouba illa anta wa-hdini li-ahsani-l-akhlâq la yahdi ilayha illa anta wa srif 'anni sayyi-aha la yasrifou 'anha illa anta, labayka wa sa'adayka wa lkhayrou koullouhou biyadayka wa-l-charrou layssa ilayka ana bika wa ilayka tabârakta wa ta'alayta, astaghfirouka wa atoubou ilayka. »

« J’ai orienté mon visage vers celui qui a créé les cieux et la terre en étant monothéiste et je ne suis pas des polythéistes. Certes ma prière, mes adorations, ma vie et ma mort sont pour Allah, Seigneur des mondes, nul associé à Lui et c'est ce dont j’ai été ordonné et je suis le premier des soumis. Ô mon Seigneur ! Tu es le Roi, il n'y a d'autre divinité digne d'adoration que Toi, Tu es mon Seigneur et je suis Ton esclave, je me suis fait du tort et ai reconnu mon péché, pardonne-moi donc tous mes péchés, car personne ne pardonne les péchés en dehors de Toi. Guide-moi vers les meilleurs comportements nul n'y guide autre que Toi, et écarte-moi des mauvais comportements, nul n'en écarte autre que Toi, labbayka (je réponds à ton appel) et sa'dayk (je suis tes ordres en implorant ton aide), le bien est entre Tes mains et le mal ne vient pas de Toi, je me remets à Toi et à Toi je reviens, Tu es Le Bénisseur et élevé par excellence, je Te demande pardon et me repens à Toi).

 

Puis parmi les dernières de ses paroles entre le tachahoud et le taslim :

 

« Allahoumma Ighfirli ma qaddamtou wa ma akhartou wa ma asrartou wa ma a'lantou wa ma asraftou wa ma anta a'lamou bihi minni anta 'lmouqaddimou wa anta 'lmouakhirou lâ ilâha illa anta. »

« Ô mon Seigneur ! Pardonne-moi ce que j'ai fait comme péché et ce que j'ai retardé et ce que j'ai caché et ce que j'ai exposé, mes excès et ce dont tu es plus savant que moi, Tu es Celui qui fait avancer et Celui qui fait retarder nulle autre divinité mérite l'adoration si ce n'est Toi. » Rapporté par Mouslim avec charh en-Nawawi (6/72).

 

On trouve dans une version du hadith de Mouslim : « et lorsqu'il salua (dans la prière) il dit : « Allahoumma Ighfirli ma qaddamtou… » jusqu'à la fin du hadith, et il ne précisa pas si cela est dit entre le tachahoud et le taslim. »

 

3. De même, le prophète disait dans son inclinaison (roukou') :

 

« Soubhânaka Allahoumma wa bihamdika Allahoumma ghfirli. »

« Pureté à Toi Ô Allah ! À toi la louange, Ô Allah pardonne moi ! » Rapporté par el Boukhârî (2/281 ;el Fath) et Mouslim (4/201-en-Nawawi) d'après le hadith de Aïcha

 

4. Parmi les endroits de prédilection pour la demande de pardon, pendant la prosternation (soujoud).

 

Il a été, en effet, rapporté de manière authentique que le prophète a dit : « La personne est plus proche de son Seigneur en étant prosternée ; multipliez-y donc les invocations. » Rapporté par Mouslim (4/200 ; en-Nawawi) d'après le hadith de Abi Horaïra.

 

Le prophète disait dans sa prosternation :

 

« Rabbi Ighfirli dhanbi koullahou diqahou wa jillahou wa awwalahou wa âkhirahou wa 'alâniatahou wa sirrahou. »

« Ô Seigneur ! Pardonne-moi mon péché tout entier, petit ou grand, le premier et le dernier, l'apparent et le caché ! » Rapporté par Mouslim (4/201 ; en-Nawawi) d'après le hadith de Abou Horaïra.

 

5. Entre les deux prosternations :

 

Le Prophète y disait :

 

« Rabbi Ighfirli ! Rabbi Ighfirli. »

« Ô mon Seigneur, pardonne-moi ! » (2 fois). Rapporté par en-Nassaï (2/232) et Ahmed (5/398) et ibnou Majah (897) d'après le hadith de Houdhaïfa

 

6. Après le tachahhoud :

 

Abou Bakr dit au prophète : « Apprends-moi une invocation que je puisse dire dans ma prière », il répondit :« dis :

 

« Allahoumma inni dhalamtou nafsi dhoulman kathiran wa la yaghfirou dhounouba illa anta, faghfirli maghfiratan min 'indik wa'rhamni innaka anta l'ghafourou-rrahim. »

« Ô mon Seigneur ! je me suis fait du tort à moi-même et nul, si ce n'est Toi, ne pardonne les péchés, pardonne-moi d'un pardon provenant de Toi et fais-moi miséricorde, Tu es certes le Grand Pardonneur et Miséricordieux. » Rapporté par el Boukhârî (2/317 ;el Fath), Mouslim (17/28 ; en-Nawawi) d'après le hadith d'Abdillah ibni 'Amr.

 

Certains savants en ont déduit que cette invocation se dit après la fin du tachahhoud.

 

7. Après la prière :

 

Dans le recueil authentique de Mouslim, d'après le hadith de Thawbân, celui-ci dit que le messager d'Allah , après avoir terminé sa prière, demandait pardon trois fois et disait :

 

« Allahoumma anta-ssalam wa minka–ssalam tabarakta (ya) dha-l-jalâli wa-likrâm. »

« Ô mon Seigneur ! Tu es la paix et de toi vient la paix. Tu es l'exalté par excellence ! Ô détenteur de l'immensité et de la grande générosité ! » Rapporté par Mouslim (5/89; en-Nawawi)

 

El Walîd Ibnou Mouslim le transmetteur de ce hadith dit : « je demandai à el Awzâ'i : comment effectues-tu la demande de pardon (à la fin de la prière) ? » Il répondit : « Tu dis :

« astaghfiroullah, astaghfiroullah. » »

 

Le musulman remarque bien à travers cela que la demande de pardon accompagne le prieur tout au long de sa prière, du premier takbir (Allahou Akbar) jusqu'à la fin de sa prière et même après son achèvement.

 

8. La demande de pardon est également légiférée après l’achèvement de toute bonne action. Elle est la clôture de toute action.

 

Les assises sont donc achevées par la demande de pardon ; dans le hadith mentionné par Abou Daoud et rapporté par Abou Barzata el Aslami :« Le messager d'Allah disait lorsqu'il voulait clôturer une assise :

 

« Soubhânaka Allahoumma wa bihamdik, ach-hadou allâ ilâha illa anta, astaghfiroûka wa atoûbou ilayk. »

« Pureté à Toi Ô Allah et louange ! Je témoigne qu'il n'y a d'autre divinité que Toi méritant l’adoration, je Te demande pardon et me repens vers Toi. »

 

Un homme dit alors : « Tu as dit une parole que tu n'avais jamais dite auparavant ? Il dit alors :« Cette invocation est l'absolution de ce qui se produit comme fautes lors d’une assise. » Rapporté par Ahmed (6/155) d'après le hadith de la mère des croyants Aïcha. Sa chaîne de transmission est bonne et l’érudit Ibnou hajar dit dans son livre Fath el Bari : « sa chaine de transmission est solide. »

 

9. Après avoir fait ses besoins :

 

Le prophète disait, lorsqu'il sortait du lieu des besoins naturels :

 

« ghoufrânak ! »

« Je demande ton pardon (Ô Seigneur !) »

 

Pour revenir au fait que la demande de pardon est la clôture de toute action, on a déjà mentionné à ce sujet que la prière se conclue par la demande de pardon que ce soit avant le taslim (salut final de la prière ; cf. hadith d’Abou Bakr) et les savants penchaient pour dire que cela était après le tachahhoud. Quant à ce qui est dit après le taslim, nous avons précédemment cité le hadith de thawbân.

 

10. Pendant le Hajj (le pèlerinage)

 

« Puis déferlez depuis là où ont déferlé les gens et demandez pardon à Allah, certes Allah est Grand Pardonneur et Très-Miséricordieux. » (Sourate el Baqarah : 199).

 

11. Le prophète disait à la fin de sa vie dans son inclinaison et sa prosternation après la révélation de la sourate en-Nasr :

 

« Soubhânaka Allahoumma Rabbana wa bihamdika Allahoumma Ighfirli. »

« Pureté à Toi Allah notre Seigneur et à Toi la louange, ô mon Seigneur pardonne-moi ! »

 

Dans les deux recueils authentiques, et la version est celle de Al-Boukhârî (4697) d'après le hadith de Aïcha qui dit : « Le prophète n'a jamais prié sans qu'il ne dise :« soubhânaka rabbana wa bihamdika Allahoumma Ighfirli »(el Boukhârî (4967); et dans une version : le messager d'Allah multipliait dans ses inclinaisons et prosternations :« soubhânaka rabbana wa bihamdika Allahoumma Ighfirli », il interprétait en cela le Coran (Al-Boukhârî (4968), et Mouslim (4/201 ; en-Nawawi).

 

12. Au moment de l’agonie de mort :

 

Le prophète disait au moment de son agonie :

 

« Allahoumma Ighfirli wa Irhamni wa alhiqni bil-rafiq el A'la. »

« Ô Allah pardonne-moi, fais-moi miséricorde et fais-moi accéder à la compagnie la plus élevée. »

 

Rapporté par Mouslim (2444) d'après le hadith de la mère des croyants Aïcha qui a entendu le messager dire avant sa mort, alors qu'il se reposait contre sa poitrine et qu'elle tendait son oreille pour l'entendre dire « Ô Allah pardonne-moi, fais-moi miséricorde et fais-moi accéder à la meilleure compagnie » La compagnie (rafîq) comme l'a interprétée la version de Mouslim mentionnée après cette version d'après Aïcha qui dit : « j'ai entendu que nul prophète ne meure sans qu'il ne lui soit accordé le choix entre le bas-monde et l'au-delà, et j'ai entendu le prophète dire lors de la maladie à la suite de laquelle il mourut d'une voix rauque : « (je choisis d’être) avec ceux qu'Allah a privilégié parmi les prophètes, les véridiques, les martyres et les saints et quelle bonne compagnie que la-leur. » Elle dit : « je pense que le choix lui a été donné à ce moment. »

 

Allah a cité l'histoire de Nouh. À la fin de la sourate, après qu'Allah est mentionné l'anéantissement de son peuple par la noyade, il mentionna la parole de Nouh

 

« Mon Seigneur pardonne-moi ainsi qu'à mes parents et ceux qui sont rentrés chez moi croyants ainsi qu'à tous les croyants et croyantes et n'augmente les injustes qu'en perte. » (Sourate Nouh : 28)

 

13. Il est également recommandé et même obligatoire de demander le pardon a la suite du péché.

 

Le Très-Haut dit :

 

« Et quiconque commet un mal ou se fait du tort à lui-même puis demande pardon à Allah trouvera Allah Grand Pardonneur, Miséricordieux. » (Sourate en-Nissa : 110).

 

Il dit également :

 

« Et accomplis la prière aux extrémités du jour et à la venue de la nuit, certes les bonnes actions effacent les mauvaises, ceci est un rappel pour ceux qui se rappellent. » (Sourate Houd : 114)

 

On trouve dans les deux recueils authentiques (Al-Boukhârî et Mouslim) d'après le hadith d’ibn Mass'oud qu’un homme avait embrassé une femme puis vint trouver le prophète  et lui raconta la chose ; c’est alors que ce verset fut révélé :

 

« Et accomplis la prière aux extrémités du jour et à la venue de la nuit, certes les bonnes actions effacent les mauvaises. » (Sourate Houd : 114)

 

L'homme en question dit alors : « Est-ce que ce verset me concerne moi seulement, ô messager d'Allah ? » Il rétorqua :« Il te concerne et tous ceux de ma communauté qui sont tombés dans le péché. »

 

De même, voici l'exemple de Younous (Jonas)

 

« Et rappelle, ô Mohammed le récit de Dhoul-Noun lorsqu'il partit courroucé et pensait que nous ne pouvions avoir d'emprise sur lui et appela alors dans les ténèbres qu'il n'y a d'autres divinités dignes d'adoration que Toi, pureté à toi (Subhânak), certes j'ai été du nombre des injustes. »

 

Dhoul-Noun : traduction littérale : « le compagnon de la baleine ». Ceci, pour avoir été englouti par la baleine. Le prophète Younous  demeura dans son estomac (les ténèbres), alors qu'elle traversait les océans de la planète, jusqu'à ce qu'il invoqua son Seigneur par cette parole (cf tafsir ibnou Kathîr (sourate Al-Anbiyâh-88 (les prophètes) 5/366-Dar Tayibah (1999).

 

De plus, lorsqu'Allah ordonna aux croyants et croyantes de baisser le regard, Il fit suivre l'ordre de cette parole

 

« Et repentez-vous tous à Allah, ô vous les croyants afin que vous réussissiez. » (Sourate en-Nour : 31)

 

Il convient donc à tout serviteur qui a commis un péché de s'empresser de demander le pardon pour ce péché en particulier et pour tous les autres péchés et désobéissances de façon générale, afin qu'il rencontre son Seigneur purifié, léger de tous péchés et de désobéissances, et que ses bonnes actions l'emportent sur ses mauvaises.

 

14. La demande de pardon est également légiférée lors de l'éclipse solaire et lunaire, car ceux-ci sont deux signes parmi les signes d'Allah à travers lesquels Il effraie ses serviteurs.

 

Le prophète a dit : « Si vous voyez l’éclipse réfugiez-vous dans le rappel d'Allah, son invocation et la demande de pardon. » Al Boukhâri (2/445-el Fath) et Mouslim (6/214) d'après le hadith d’Abou Moussa Al Ach'ârî.

 

 

15. La demande de pardon est légiférée et recommandée lors du changement de position, la nuit dans le lit.

 

Ceci, d'après ce qui a été rapporté dans recueil authentique de Boukhâri par Oubâdatou Ibnou que le prophète a dit :« Celui qui se réveille la nuit puis dit : « Lâ ilâha illa-llah wahdahou lâ charika lah, lahou-l-moulk wa lahou al-hamdou wa houwa 'ala koulli chayïn qadir, el hamdou lillâh wa soubhân Allah wa Lâ ilâha illa-Allah wa Allahou Akbar, wa la hawla wa la qouwwata illa billâh » puis dit : « Allahoumma Ighfirli » - ou invoque – son invocation sera exaucée, et s'il fait ses ablutions et prie, sa prière sera acceptée. » El Boukhâri (3/39-el Fath).

 

16. La demande de pardon est également légiférée lors de la prière de la nuit au dernier tiers de la nuit.

 

On trouve dans les deux recueils authentiques (Al-Boukhâri et Mouslim) d'après le hadith d’ibn Abbas qui dit que le prophète lorsqu'il se levait la nuit pour prier disait : « Allahoumma laka l'hamd anta qayyimou s-samâwâti wa l'ard wa man fihinna, wa laka l'hamd anta nourou-s-Samâwâti wa l'ard wa man fihinna, wa laka l' hamd anta l'haqq, wa wa'douka l'haqq, wa liqâ-ouka haqq, wa qawlouka haqq, wa l’jannatou haqq, wa en-narou haqq, wa s-sâ'atou haqq, wan-nabiyouna haqq, wa Mouhamadoun haqq, Allahoumma laka aslmatou wa bika âmantou, wa 'alayka tawakaltou wa ilayka anabtou, wa bika khâssamtou, wa ilayka hâkamtou, faghfirli ma qaddamto wa ma akhartou wa ma asrartou wa ma a'lantou, anta l’mouqqaddimou wa anta l' mouakhirou, lâ ilâha Illa anta » (dans une autre version lâ ilâha ghayrouk) » El Boukhâri (3/3- el Fath) et Mouslim (6/54- en Nawawi).

 

 

17. La demande de pardon est bonne à tout moment où l'invocation est recommandée. En effet, la demande de pardon est une des catégories de l’invocation, car c’est une requête adressée à Allah pour qu’il nous pardonne.

 

Malgré tout, le repentir, comme cité précédemment, est possible à tout moment et à chaque instant aux repentants, conformément à la parole du prophète : « Certes Allah étend sa Main la nuit pour que se repente le fautif du jour et étend sa Main le jour pour que se repente le fautif de la nuit jusqu'à ce que le soleil se lève à l'ouest. » Mouslim (17/76 - en Nawawi) d'après le hadith de Abou Moussa qui remonte jusqu’au Prophète. Par ailleurs, comme il est connu, Allah a favorisé certains moments par rapport à d'autres, certaines heures à d'autres, certains jours à d'autres et certains mois à d'autres

 

Et conformément à la parole suivante du prophète au bédouin arabe qui lui demanda quelque chose à laquelle il pouvait se consacrer, et le prophète de lui répondre : « que ta langue soit toujours imbibée du rappel d’Allah. » At-Tirmidhî (5/458), et Ibnou Mâjah (2/1246) d'après le hadith de Abdoullah ibnou Boussr.

 

''La préservation finale''

Dr Faysal Ibn Michaal Ibn Saoud Ibn Adel-Aziz Ali Saoud

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents