Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Les étapes de la création de l’être humain

Publié par Baladislam sur 23 Juin 2011, 22:05pm

Catégories : #La Création du monde

fond islam (152)

 

L’homme est la création la plus parfaite d’Allah. Il dit à cet effet :

 

Nous avons certes créé l’homme dans la forme la plus parfaite 95 At-Tîn, 4.

 

Il l’a ensuite modelé et constitué harmonieusement, selon Ses propres termes :

 

Ô homme ! Qu’est-ce qui t’a trompé au sujet de ton Seigneur, le Noble, qui t’a créé, puis modelé et constitué harmonieusement ? Il t’a façonné dans la forme qu’Il a voulue 82 Al-Infitâr, 6-8.

 

Puis Il a parfait son image et comblé sa forme. Nous lisons dans le Qur’an :

 

C’est Allah qui vous a assigné la terre comme demeure stable et le ciel comme toit et vous a donné votre forme, - et quelle belle forme Il vous a donnée ! - et Il vous a nourris de bonnes choses. Tel est Allah, votre Seigneur; gloire à Allah, Seigneur de l’univers ! 40 Gâfir, 64.

 

Il l’a préféré et honoré plus que toutes Ses autres créatures :

 

Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures 17 Al Isrâ, 70.

 

Il lui a assujetti tout ce qui se trouve dans cet univers :

 

Et Il vous a assujetti tout ce qui est dans les cieux et sur la terre 45 Al Jâtsiya, 13.

 

L’être humain est une créature à part entière et ne résulte pas de l’évolution d’une autre espèce. Allah dit :

 

qui a bien fait tout ce qu’Il a créé. Et Il a commencé la création de l’homme à partir de l’argile

32 As-Sajdah, 7.

 

Y a-t-il commune mesure entre ces propos qui indiquent la grandeur et la place de l’homme dans l’islam, et les théories qui relèguent l’homme au niveau de bête sauvage ? Le Qur’an n’a qualifié l’homme de bête que lorsqu’il lâche la bride à sa passion sans aucune norme et n'utilise pas les bienfaits de la raison, de l'ouïe et de la vue qu'Allah lui a accordés pour méditer sur la royauté des cieux et la terre. Allah dit :

 

Nous avons destiné beaucoup de djinns et d’hommes pour l’Enfer. Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n’entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels sont les insouciants 7 Al A’râf, 179.

 

En effet, une utilisation correcte de ces organes pour réfléchir conduit les gens raisonnables vers la guidance, la connaissance d’Allah et la foi, tout ceci par la grâce d’Allah.

 

Ibn Al Qayyim –qu'Allah lui accorde la miséricorde- a dit : « Sache qu’Allah a distingué l’espèce humaine parmi Ses créatures, et ce en l’honorant, en lui accordant sa préférence, en l’anoblissant : Il l’a créée pour Lui-même, et créé toutes les autres choses pour elle. Il a accordé à l’homme le privilège de Le connaître, de L'aimer, de se rapprocher de Lui, privilège qu’Il n’a accordé à aucune autre créature. Il lui a assujetti ce qui est dans les cieux, la terre et entre les deux, y compris les Anges -.qui sont proches du Seigneur- Il les a utilisés au service de l’homme et a fait d’eux ses gardiens, à l’état de veille et pendant son sommeil, lorsqu’il se déplace ou est sur place. Vers lui et sur lui sont descendus les Livres, et c’est vers lui qu’Il a envoyé Ses messagers, Il s’est adressé à lui et lui a parlé à travers ces derniers. Parmi les hommes Il a choisi un ami intime (khalil), il en a élu un autre à qui Il a directement parlé, mais Il a aussi des élus, des confidents, des doctes et a fait d’eux les réceptacles de Ses secrets, de Sa sagesse et de Son amour. Le Paradis et l’Enfer ont été créés pour les hommes. Ainsi la création, le commandement, la récompense et le châtiment concernent l’espèce humaine. L’homme est la quintessence de la création ; c'est à lui que s’adressent les ordres et les interdictions, et c’est lui qui reçoit les récompenses et les châtiments » Madârijous Sâlikin vol. 1, p. 232.

 

Tiré du livre Le début et la fin du monde

de Abdou Rahman ibn Abdoul Karim

Traduit de l’arabe par Mounchili Nsangou Adam

Editions ASSIA

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents