Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Les moyens de se rapprocher d'Allah mal interprétés: L'appel de la bénédiction

Publié par Baladislam sur 7 Mai 2012, 22:02pm

Catégories : #La foi en Islam

 Fond coran et paysages (39)

 

A l'instar de l'appel de l'intercession, la signification de l'appel de la bénédiction fut également mal appréhendé. Cette ignorance donna lieu à de graves erreurs affectant la foi islamique, voire la vie des musulmans.

 

L'appel de la bénédiction fut utilisé comme prétexte pour adorer les arbres et les pierres, violer les choses sacrées, délaisser les obligations et abandonner les devoirs.

 

De même, l'appel de l'intercession fut l'excuse avancée pour immoler à un autre qu'Allah et pour demander le secours d'un autre que Lui.

 

En général, toutes les formes de polythéisme, apparues au sein de cette nation alors qu'elle était en totale ignorance du Livre de son Seigneur et de la Tradition de son Prophète, se faisaient par l'intermédiaire de l'imploration, l'appel de l'intercession et de la bénédiction. C'est la raison pour laquelle nous avons trouvé opportun de détailler ces trois aspects dans le but de mettre le musulman au courant de choses vraies.

 

Le premier et le deuxième aspects ont été déjà détaillés dans les chapitres précédents et .nous étudierons ci-après le troisième aspect.

 

L'appel de la bénédiction.

 

L'appel de la bénédiction désigne l'imploration du bien en abondance.

 

Du point de vue religieux, la bénédiction désigne le bien qu'Allah Tout Puissant renferme dans la chose qu'il bénit.

 

Seigneur cite qu'il a béni la terre du Chan

 

Nous l'avons sauvé, ainsi que Loth, en les conduisant dans le pays que nous avons béni pour les mondes

Coran XXI, 71

 

et a légalement béni Son Livre

 

Voici un Livre béni: nous l'avons fait descendre sur toi

Coran XXXVIII, 29.

 

Il a donc renfermé en leur sein un bien permanent.

 

On rapporta à Jésus, le salut soit sur lui, que le. Seigneur Tout Puissant l'avait rendu béni en tout lieu.

 

II m'a béni, où que je sois. Il m'a recommandé la prière et l'aumône-tant que je vivrai- et la bonté envers ma mère. Il ne m'a fait ni violent, ni malheureux

Coran XIX, 31-32

 

«Bénis ce que tu m'as accordé» fait partie des invocations connues.

Aussi l'imploration de la bénédiction est-elle louable du point de vue légal car elle désigne l'appel et la requête du bien. Ya-t-il un homme sur terre qui ne désire pas le bien et peut se passer de la bénédiction divine?.

Mais d'où peut-on obtenir la bénédiction?.

La bénédiction est obtenue par toute chose connue pour être bénie et par la permission du Seigneur.

 

On peut la solliciter par exemple de la Maison sacrée et de l'eau de Zamzam décrite par le Prophète, qu'Allah le bénisse et le salue, comme suit: «L'eau de Zamzam est une eau délicieuse qui guérit les maux» .(Rapporté par Moslim qui ajoute: «Elle est bénie et délicieuse»).

 

Citons également les trois mosquées bénies ainsi que toutes les mosquées construites au nom d'Allah et devenues lieu de culte et de prière, les terres sacrées du Hijaz et du Châm, les assemblées d'invocation, la récitation du Coran, la compagnie de personnes pieuses, en les accompagnant dans leurs voyages et sollicitant leurs prières.

 

Comment la bénédiction se fait-elle?

 

En ce qui concerne la Maison sacrée, la bénédiction est sollicitée par sa visite en pèlerinage, aussi bien le grand (Hajj) que le petit (Omra), par les tournées processionnelles autour de cette Maison en prenant comme point de départ la Pierre Noire où on commence à formuler les invocations et de s'asseoir tout près d'elle.

 

La bénédiction est également sollicitée lorsqu'on boit l'eau de Zamzam en invoquant le Seigneur.

 

Quant aux trois mosquées, on implore la bénédiction en y priant et y faisant une retraite.

 

Dans les autres mosquées, la bénédiction peut être sollicitée en y priant, y célébrant différentes formes de culte telles que les invocations, les glorifications, la lecture du Coran, et la quête d'un savoir.

 

Il est également possible d'obtenir la bénédiction dans les terres sacrées en y séjournant et faisant preuve de bonne conduite et moralité allant même jusqu'à y passer toute la vie, y mourir et y être enterré.

 

La compagnie des personnes vertueuses, des hommes de savoir et de foi peut nous apporter la bénédiction si nous en puisons du savoir, écoutons leurs conseils, prenons en considération leur enseignement et faisons en sorte de gagner leurs prières.

 

Il conviendrait de compléter notre étude en citant des faits importants et pertinents:

 

1- L'appel de la bénédiction n'avait été que recommandé sans plus.

 

2- Si l'imploration de la bénédiction risque d'aboutir à un acte répugné ou à commettre un acte illicite, il faudrait le délaisser car l'abandon des œuvres détestables annonce l'avènement des bienfaits.

 

Citons pour preuve l'oeuvre exécutée par "Omar, qu'Allah l'agrée, un de Califes qu'il est recommandé de suivre les sunan. Lorsque Omar vit que, sur le chemin vers la Mecque, les hommes désiraient s'arrêter à Houdaibia auprès de l'arbre où fut prêté le serment d'allégeance du Radwane, en vue d'en puiser une bénédiction, il donna l'ordre de la couper, mettant ainsi un terme à un aspect d'égarement.

 

En effet, si cet arbre était encore à sa place, il aurait été adoré, à l'instar des autres arbres, en tout temps et lieu.

 

3- Les musulmans ignorants effectuent, au nom de l'appel de la bénédiction, des visites à la tombe de telle ou telle personne ou au sépulcre d'un homme pieux, y organisent des cérémonies et y passent une retraite d'une ou de deux nuits. Mais tous ces actes sont illicites et interdits. Ce sont les résultats de l'égarement des innovations aboutissant au polythéisme.

 

Nombreux sont ceux qui demandent secours aux habitants de ces tombes, les implorent, y immolent des troupeaux des vaches et de moutons pour obtenir leur bénédiction et médiation.

 

Mais il vaut mieux n'avoir ni bénédiction ni intercession si leur appel donne lieu à des formes de polythéisme et d'incrédulité.

 

4- Nous avons déjà cité qu'il est permis de solliciter la bénédiction de l'esclave vertueux en le visitant dans le but de profiter de ses conseils et directives, et par conséquent de ses invocations.

Mais il est absolument nécessaire que cet esclave vertueux fasse partie des gens du savoir et de la foi.

 

5- Si un homme prétend être un «Wali» et exhorte les gens à le reconnaître comme tel mais utilise ce pouvoir pour ses intérêts personnels qui lui apporteront des bénéfices matériels ou autre, sachez que cet homme est un imposteur qui ne peut apporter aucune bénédiction, ni aucun bien. Ne sont licites ni sa visite, ni sa compagnie, ni lui devoir du respect. Rien ne sert de lui demander de bénir autrui, compte tenu de l'absence des conditions de la bénédiction, qui sont: le savoir, la foi et la piété.

 

La Foi du Croyant

Par Abou Bakr Jaber Al Jazaeri

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents