Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Les piliers fondamentaux de l’islam

Publié par Baladislam sur 5 Juillet 2011, 22:03pm

Catégories : #L'Islam

fond islam (115)

 

1- La double attestation de foi

 

C’est l’attestation qu’il n’y a point de divinité digne d’être adoré en dehors d’Allah, et l’attestation que Muhammad est le serviteur et messager d'Allah. C’est la clé pour entrer dans l’islam et c’est sur elle que s’appuient les autres piliers.

 

« Il n’y a point de divinité en dehors d’Allah » signifie :

 

- Il n’y a point de créateur pour cet univers en dehors d’Allah 

- Il n’y a point de propriétaire et gérant dans cet univers en dehors d’Allah.

- Il n’y a point de divinité digne d’être adoré en dehors d’Allah

 

L’attestation que « Muhammad est le messager d'Allah » signifie :

 

la conviction qu’il est le serviteur d’Allah et Son messager, qu’Allah a fait descendre sur lui la révélation et lui a ordonné de la transmettre à tous les hommes, que par lui Allah a clôturé l’envoi des messagers. Il n’y aura dont point de messager et point de prophète après lui. Ceci implique de lui obéir en ce qu’il ordonne, d’ajouter foi à tout ce qu’il a annoncé, d’éviter ce qu’il a interdit et ce contre quoi il a mis en garde, et de n’adorer Allah qu’avec ce qu’il a légiféré

 

2- La prière rituelle (Salat)

 

Allah dit :

 

et accomplis la Salat. En vérité la Salat préserve de la turpitude et du blâmable 29 Al Ankabut, 45.

 

C’est le lien entre l’individu et son Seigneur, la prière le maintient permanemment en contact avec son Créateur. Il y a cinq prières quotidiennes qu’exécutent les musulmans en groupe dans les mosquées sauf celui qui a une excuse. Ils s’entre-connaissent, renforcent leurs liens d’amour et de cordialité et ils s’enquièrent des nouvelles des autres. Elle détruit toutes les discriminations sociales, étant donné que les musulmans se mettent tous en rang, côte à côte : grand comme petit, riche comme pauvre, noble comme roturier, tous au même niveau dans la crainte d’Allah, eux tous étant devant Lui. Ils sont tous orientés vers une seule Qibla, au même moment.

 

3- L’aumône légale (zakat)

 

Allah dit :

 

Prélève de leurs biens une Sadaqat par laquelle tu les purifies et les bénis, et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. Et Allah est Audient et Omniscient 9 At-Tawbah, 103.

 

C’est une très petite proportion de la richesse que le musulman riche doit donner à ses frères pauvres et besogneux dans le but de subvenir à leurs besoins, et leur épargner l’humiliation de la mendicité, ceci selon des conditions bien précises. En prescrivant la zakat, l’objectif de l’islam est d’éradiquer la pauvreté dans la société et d’apporter un remède aux dangers qu’elle suscite, comme le vol, les assassinats, les attentats contre l’honneur et d’animer l’esprit de solidarité sociale entre les musulmans. Allah a définit ces bénéficiaires dans le verset qui suit :

 

Les Sadaqats ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l’Islam), l’affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d’Allah, et pour le voyageur (en détresse). C’est un décret d’Allah ! Et Allah est Omniscient et Sage 9 At-Tawbah, 60.

 

Elle purifie le cœur du riche de l’avarice, la parcimonie, l’amour de la vie et l’enlisement dans ses passions ; de même qu’elle purifie les cœurs des pauvres contre les haines et les rancunes, envers les riches lorsqu’ils voient ces derniers retirer ce qu’Allah leur a imposé de leurs richesses, et prendre soin d’eux en leur faisant du bien, en dépensant sur eux en assurant leur entretien.

 

4- Le jeûne du mois de ramadan

 

Allah dit :

 

Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété 2 Al Baqara, 183.

 

C’est un mois par an ; les musulmans jeûnent au cours de ce mois en s’abstenant de la nourriture, la boisson et des rapports sexuels dès l’apparition de l’aube jusqu’au coucher du soleil. Le jeûne n’est pas nouveau avec l’islam mais il fut également prescrit aux communautés antérieures. Allah dit :

 

Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété 2 Al Baqara, 183.

 

 

Le jeûne ne se limite pas seulement à s’abstenir des choses matérielles comme la nourriture et la boisson, mais il faut absolument que cela soit accompagné de l’abstinence des choses abstraites qui rompent le jeûne, comme le mensonge, le commérage, la calomnie, la fraude, le babillage, et bien d’autres actes blâmables. Il est à noter que l’abandon de ces choses répréhensibles est une obligation pour le musulman en dehors du ramadan et cela devient encore plus accentué pendant le ramadan d’après cette parole du messager d’Allah (r) : « Celui qui ne renonce ni à dire des mensonges, ni à pratiquer des faussetés, Allah n’a nul besoin qu’il se prive de boire ou de manger » Al Bukhari, volume 2, page 673, n° 1804.

 

À travers le jeûne, le musulman prend conscience des besoins de ses frères démunis parmi les pauvres et les besogneux qui ne trouvent pas assez de nourriture qui puisse les satisfaire, ni assez d’habits pour se vêtir, ni de logements pour s’abriter, ce qui le pousse à leur donner leur dû, et à s’enquérir de leur situation et de leur besoin.

 

5- Le pèlerinage (hadj)

 

Il consiste à se rendre à la maison sacrée d’Allah afin d’accomplir des actes précis en des lieux précis et à des périodes précises. Ce pilier est une obligation incombant à tout musulman, jouissant de sa raison, majeur, homme comme femme, une fois dans la vie, à condition d’être capable du point de vue santé et finance. Allah dit :

 

Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Allah se passe largement des mondes 3 Âl Imrân, 97.

 

Le pèlerinage est considéré comme le plus grand rassemblement qui regroupe les musulmans en un lieu précis, un moment précis, priant un seigneur unique, habillé d’un même habit, effectuant un même rite, pas de différance entre le pauvre et le riche, le noble et l’ignoble, le blanc et le noir, l’arabe et le non arabe, tous égaux devant Allah, pas de différance entre eux sauf que par la crainte. Et cela n’est rien d’autre que la concrétisation de la fraternité entre les musulmans et l’unité de leur sens et leur espoir.

 

Tiré du livre Le début et la fin du monde

de Abdou Rahman ibn Abdoul Karim

Traduit de l’arabe par Mounchili Nsangou Adam

Editions ASSIA

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents