Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Les Prières (Salah) partie 2

Publié par Baladislam sur 7 Novembre 2011, 23:02pm

Catégories : #L'Islam

fond islam (161)

 

L'accomplissement de la Prière

 

Après que l'orant à fait son ablution et que l'Adhane et l'Iqamah sont prononcés, la prière commence ainsi:

 

1. La Prière du Matin (salat-oul-Fadjr)

 

Dans cette prière on fait deux Rakahs facultatifs (Sounnah) suivis de deux Rakahs obligatoires (Fard).

 

Les deux, Sounnah et Fard sont accomplis de la même manière, sauf en formulant l'intention il faut préciser lequel on va faire. Voici une description de la performance:

 

Acte 1

 

On se tient debout avec respect et humilité, on exauce intérieurement l'intention de prier , face au Qiblah. On lève les mains jusqu'aux oreilles et on dit:

 

Allahou Akbar.

Dieu est le plus grand.

 

Puis il baisse les bras et place la main droite sur la main gauche, au dessous du nombril.

 

Acte 2

 

Il récite ensuite ceci à voix basse:

 

«Soubhaka-I-Iahoumma wa bihamidik, wa tabaraka-smuk, wa ta'la Jadduk, wa la Ilaha ghairouk. Aoudhou bi-I-Iahi mina-ch-chaitani – rradjime. Bismil-I-Iahi - r-rah-mani - r-raheem»

«Gloire à Toi, O Dieu, et l'éloge T'appartient, et Ton nom est Sacré, et Ta Majesté est exaltée, et il n'y a de dieu sauf Toi. Je cherche la protection de Dieu et contre satan, le maudit. Je commence au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.»

 

Acte 3

 

Puis il récite, à voix basse mai x audible, le Premier Chapitre du Coran (al-Fatihah), suivi de n'importe quel passage du Livre Sacré. (Le Premier Chapitre et des exemples de courts chapitres et des versets se trouvent plus loin dans cette section).

 

Acte 4

 

Puis il dit:

 

«Allahou Akbar»

Dieu est plus grand que tout,

 

baisse la tête à angle droit, place les paumes des mains sur les genoux et récite à voix basse:

 

«Soubhana Rabbiya-I-Azime»

Gloire à mon Seigneur le Plus Grand de tout (répété trois fois).

 

Cela s'apelle le «Roukou». Ensuite, on se remet debout en prononçant ces mots:

 

«Samiallahou Limane Hamidah; Rabbana Laka-I-Hamd».

Dieu accepte tout celui qui Lui est reconnaissant, Notre Seigneur, que Tu sois loué.

 

En ce disant il place ses mains le long de ses côtés.

 

Acte 5

 

L'orant dit ensuite «Allahou Akbar» en se prosternant, les orteils de deux pieds, les deux genoux, les deux mains et le front touchant le sol. C'est la position de Soudjoude et elle est accompagnée de ces mots:

 

«Soubhana Rabbiya-l-Ala»

Gloire à mon Seigneur le Très haut, (répété trois fois).

 

Acte 6

 

Puis on prononce Allahou Akbar et vient la position de Djoulouce, une courte pause dans la position assise: la partie extérieure du pied gauche et les orteils du pied gauche, qui sont dans une position levée, touchant le sol et les deux mains placés sur les genoux.

 

Après cela on se prosterne une deuxième fois de la même façon et en prononçant la même formule que lors de la première soudjoude. Cela complète un Rakah de la prière.

 

Acte 7

 

Après le premier Rakah, l'orant se lève, disant Allahou Akbar pour résumer la position debout en vue du deuxième Rakah et récite l'ouverture (le Fatihah) suivie d'un passage du Coran comme dans le premier Rakah.

 

Acte 8

 

Quand il a accompli la deuxième courbette et les deux prosternations de la même façon que les premières il s'assied comme dans le djoulouce et récite le Tachahhoude en deux parties. (Voir plus loin dans cette section).

 

Acte 9

 

Finalement il tourne la tête à droite en disant

 

Assalamou Alaikoume wa rahmatoullah.

Paix soit sur vous et la miséricorde de Dieu.

 

Puis il tourne la tête à gauche en prononçant les mêmes salutations. C'est de cette façon que l'on accomplit une prière de deux Rakahs; facultative ou obligatoire. Si l'on sait comment accomplir cette prière de la bonne façon, toutes les autres prières deviennent faciles. Il est à remarquer que dans la prière islamique chaque geste ou chaque mot à une grande importance et symbolise une signification très profonde.

 

2. La Prière de la Mi-Journée (Salatou-z-Zouhr)

 

Cette prière comprend quatre Rakah de Sounnah, suivis de quatre Rakah de Fard et puis de deux autres de Sounnah. Le Fard de cette prière est accompli comme suit:

 

(a) Les deux premières Rakahs sont accomplies de la même façon que pour la prière du matin. Le Fatihah et un passage du Coran sont récités à voix basse. On se courbe et l'on se prosterne de la même façon.

 

(b) On récite la première partie seulement de Tachahhoude après la deuxième Rakah et l'on se remet debout.

 

(c) On récite ensuite le Fatihab seulement sans aucun autre passage du Coran.

 

(d) Après la troisième Rakab on se remet debout pour la quatrième Rakab et l'on récite le Fatihab seulement comme pour la troisième Rakah.

 

(e) Après la courbette et la prosternation, on s'assied et l'on récite les deux parties du Tachahhoude.

 

(f) Puis on fait les salutations à droite et à gauche.

 

(g) Les deux Rakahs de Sounnahs son accomplies

comme dans la prière du matin, mais à vois basse.

 

3. La Prière du Milieu de l'Après-Midi (Salatou-IAsr)

 

Cette prière comprend quatre Rakahs de Sounnah suivies de quatre Rakahs de Fard. Elles sont accomplies de la même façon que celles de la mijournée et à voix basse.

 

4. La Prière du Coucher du Soleil (Salatou-IMaghribe)

 

Cette prière comprend trois Rakah de Fard et deux Rakah de Sounnah. On prie d'une voix audible dans les deux premières Rakah et d'une voix basse dans la troisième. Elle est accomplie de la même façon que celles de la mi-journée et du milieu de la journée, sauf que la quatrième Rakah est exclue et la position assise finale ici est après la Fatihah, la courbette et les prosternations de la troisième Rakah de qui prend fin avec les salutations. Les deux Rakah de Sounnah sont accomplies comme pour celles de la Prière du Matin.

 

5. La Prière du Soir (Salatou-I-Icha)

 

Elle comprend quatre Rakah de Fard, deux de Sounnah et trois de Witre (supérieure à la Sounnah mais inférieure à la Fard). On prie d'une voix audible dans les premières rakah de Fard. Pour le reste c'est de la même façon comme pour les prières de la misjournée et du milieu de l'après-midi. Les deux Rakah de Sounnah sont accomplies comme celles du matin.

 

Quand au Witre, c'est accompli comme le Fard de la prière du coucher du soleil, avec deux exceptions:

 

(a) dans la troisième Rakah, le Fatihah est suivi d'un passage du Coran et

 

(b) debout, après la courbette et avant la prostenation, l'orant récité ceci:

 

«Allahoumma inna nasta-inouka,wa nastahdik, wa nastagfirouk, wa natoubou ilaik, wa nouminoubik, wa natawakkalou alaik, wa nouthni alaika-I-Khaira koullah. La nashrouk, wa la nafrouk, wanakhlaou wa natroukou man yafdjourouk.

Allahoumma iyyaka naboude, wa laka noussalli wanasjoude, wa ilaika nas-a wa nahfid. Nardjou rahmatak, wa nakhcha adhabaki inna adhabaka bi-l-Kouffarimoulhaq wa sali-l-la humma ala sayyidina Mouhammad wa a la alihi wa sahbibi wa sallim.»

 

Cela s'appelle Qounoute et peut être traduit comme suit:

 

«0 Dieu; Nous T'implorons de nous aider et nous guider, et cherchons Ta protection et croyons on Toi et nous fions à Toi, et faisons Ton éloge et Te sommes reconnaissants et ne sommes pas ingrats envers Toi, et nous nous dissocions de et abandonnons ceux qui Te désobéissent.

«0 Dieu, c'est Toi que nous prions et devant Toi que nous nous prosternons, et nous venons vers Toi, et nous nous hâtions de T'obéir, et nous espérons en Ta grâce et nous craignons Ton châtiment, car Ton châtiment surprend les incroyants. «0 Dieu, exalte notre maître Muhammad et ses gens et ses vrais disciples.»

 

Si l'on ne peut pas apprendre le Qounoute par cœur, il suffira de réciter une prière semblable jusqu'à ce qu'on l'a appris. Toutes les prières Sounnah sont faites individuellement, c'est à dire pas en congrégation, sauf les prières des Ide et le Witre pendant le mois de Ramadan.

 

Celui qui a manqué quelque Prière Fard n'a pas à faire la Sounnah aussi. Il doit remplacer les Fard qu'il a manquées. Aussi, la Sounnah n'est pas nécessaire si l'heure de la Prière Fard correspondante est dépassée.

 

Donc, si une personne a manqué quelque prière et veut compenser pour cela, il doit accomplir la partie Fard seulement.

Si un orant ne sait pas dire toutes ses prières et veut compenser pour cela, il doit accomplir la partie Fard seulement.

 

Si un orant ne sait pas dire toutes ses prières en arabe, il peut utiliser n'importe quelle autre langue si elle peut exprimer la même chose qu'en arabe. Pour rendre la version arabe facile, nous donnons les mots en transliteration.

 

La Prière Fard est beaucoup plus préférable si elle est offerte en congrégation (Djama-ah) officiée par un Imame. La congrégation est meilleure quand elle a lieu dans une mosquée, mais elle peut être tenue dans d'autres lieux.

 

Les Prières Congrégationnelles (Djama'ah)

 

1. La congrégation est officié par un Imame choisi parmi les fidèles présents. Il doit être choisi pour ses mérites religieux et sa piété.

 

2. L'Imame de la congrégation se tient tout seul devant et les fidèles se tiennent derrière lui en lignes droites, tous faisant face au Qiblah. Une congrégation peut comprendre même deux personnes: l'imame et un fidèle.

 

3. Après avoir déclaré son intention, l'Imame récite le Fatihah et un passage du Coran complémentaire d'une voix audible dans la Prière du Matin et dans les deux premières Rakahs des Prières du soir (Maghribe et Icha). Quand l'Imame récite le Coran à haute voix, les fidèles écoutent en silence et humblement. Ils récitent ni le Fatihah, ni l'autre passage du Coran.

 

4. Quand l'Imame termine le Fatihah les fidèles disent «Amine».

 

Quand l'Imame se lève après la courbette il dit

 

«Sami-a-I-Iahu liman Hamidah»

Dieu accepte quiconque Lui est reconnaissant,

 

et les fidèles répondent en ces termes:

 

«Rabbana laka-lHamd»

Notre Seigneur, que Tu sois loué.

 

5. Les fidèles doivent suivre l'Imame dans ses gestes sans le devancer dans quelques acte. Si un fidèle devance l'Imame dans quelque mouvement, sa prière est annulée.

 

6. La prière en congrégation n'est pas valide à moins que l'Imame déclare son intention d'agir comme tel dans l'Office. Les fidèles aussi doivent déclarer leur intention de suivre cet Imame dans cet Office.

 

7. Si quelqu'un arrive après le début de l'office et se joint à la congrégation, il doit, même s'il a manqué une Rakah 'où davantage, suivre l'Imame. Quand l'Imame complète l'office en prononçant les salutations, le retardataire ne doit pas le faire mais doit se remettre debout pour remplacer les Rakahs qu'il aura manquées. Quand une personne se joint à la congrégation pendant la courbette, avant que la congrégation se lève, elle est considérée s'être jointe au début de la Rakah particulière. Mais quand elle s'y joint après la courbette (Roukou), il a manqué la Rakah et doit la remplacer individuelle tout de suite après la conclusion de l'office par l'Imame.

 

8. Chaque fois qu'il a l'occasion de prier en congrégation, le Musulman ne doit pas la manquer. La prière en congrégation est une belle démonstration de l'unité de but et d'action, de piété et de l'humilité collectives devant Dieu, de solidarité effective parmi les Musulmans, d'ordre public et de dessein mutuel.

 

La congrégation islamique est une réponse positiveaux problèmes aigus dus à la discrimination raciale, aux castes sociales, et aux préjuges des hommes. Dans l'office en congrégation de l'Islam il y a ni roi et sujet, ni riche et pauvre, ni blanc et homme de couleur, ni première et seconde classe, ni sièges arrière et avant, ni bancs réservés et publics. Tous les orants se tiennent et agissent épaule contre épaule dans la plus grande discipline, nonobstant les considérations mondaines.

 

6. La Prière du Vendredi (Salatou-I-Djoumah)

 

Jusqu'ici nous avons traité des prières quotidiennes. Nous arrivons maintenant à la convention hebdomadaire de la Congrégation du Vendredi. Cet office est obligatoire à tout Musulman qui doit accomplir les autres prières et qui n'a aucune excuse raisonnable de s'en abstenir.

 

Il a lieu le Vendredi chaque semaine et revêt une importance spéciale parce que:

 

1. C'est l'occasion que Dieu a choisi pour les Musulmans d'exprimer leur dévotion collectivement.

 

2. C'est le rendez-vous pour passer en rêvue notre état de situation spirituelle de la semaine écoulée et nous préparer pour la semaine qui vient, comme font les gens d'affaires.

 

3. C'est une convention ou les Musulmans se rassurent et confirment leurs liens religieux, et leur solidarité sociale sur des bases morales et spirituelles.

 

4. Il illustre comment les Musulmans donnent la préférence à l'appel de Dieu sur tout autre affaire.

 

Les caractéristiques particulières de la Prière du vendredi

 

Les caractéristiques suivants distinguent la prière du Vendredi:

 

1. Elle a lieu à l'heure de la prière de la mi-journée (Salatou-z-Zouhr) qu'elle remplace.

 

2. Elle doit être accomplie en congrégation officié par un Imame. On ne peut pas la faire individuellement.

 

3. Si quelqu'un la rate, il ne peut pas la remplacer. A sa place, il doit faire la prière de la mi-journée, la prière dont cet office prend la place.

 

4. Toutes les occupations normales sont permises le Vendredi, comme pour les autres jours de la semaine. Les Musulmans n'ont pas de Sabbath. Ils peuvent vaquer à ses devoirs et activités usuels pourvue qu'ils arrivent à temps pour l'Office en congrégation. Une fois l'office terminé ils peuvent reprendre leurs activités mondaines.

 

5. La prière du Vendredi doit être offerte dans une mosquée, s'il en existe. Autrement, on peut l'offrir dans un lieu de réunion, par exemple, maisons, parcs etc.

 

6. A l'heure de la prière, l'Adhane est prononcée. Puis on fait quatre Rakah de Sounnah individuellement, à voix basse comme pour la prière de la mijournée. Après cela, l'Imame se lève et, faisant face à la congrégation, délivre son sermon (Khoutbah) une partie essentielle de l'office. Tandis que l'Imame parle, personne ne doit parler ni prier, tout le monde doit être assis et doit écouter le sermon jusqu'a la fin.

 

7. Le sermon (khoutbah) comprend deux parties, chacun commençant par des éloges de Dieu et les prière de bénédiction pour le Prophète Mohammad.

 

Dans la première partie il faut réciter un passage du Coran et l'expliquer pour exhorter et admonester. A la fin de la première partie l'Imame s'assied pour un court instant, puis il se lève pour délivrer la deuxième partie de son sermon. On peut traiter des problèmes d'ordre général concernant les Musulmans dans l'une ou les deux parties du sermon. Dans la deuxième partie en particulier l'Imame prie pour le bien-être général des Musulmans.

 

8. Ensuite, l'Iqamah est prononcé et les deux Rakah obligatoires sont offertes sous la conduite de l'Imame qui récite le Fatihah et un autre passage du Coran d'une voix audible. Cela complète l'office.

 

Puis on fait deux autres Rakah Sounnah individuellement, à voix basse.

 

On peut faire les quatre Sounnah du début et les deux Sounnah de la fin à la maison. Ou on peut les remplacer par des prières obligatoires qu'on aurait manquées dans le passé et qu'on doit remplacer. Tout participant à la congrégation hebdomadaire ou des Ides doit s'efforcer d'être propre et soigneusement mis. Quoiqu'il n'y a pas de raison obligatoire pour une ablution complète, un bain est fortement recommandé car il vous rafraichit le corps et vous rend plus agréable.

 

La Signification des Prières de Ide

 

Ide signifie une joie ou festivité qui se renouvelle. La Prière de Ide est très importante pour tous les musulmans. Elle possède les mérites des prières quotidiennes, comme expliquées plus haut, les effets de la convention hebdomadaire (Djoumah) et les caractéristiques d'assemblées annuelles des Musulmans. Il y a deux Ides. Le premier est Idoul-Fitr (la fête de la fin du Jeune). Il est célébré le premier de Chawwal, le dixième mois de l'année musulmane, succédant au mois de Ramadan pendant lequel le Coran fut révélé et qui est le mois du jeune. Le second et Id-oul-Adha (la fête du Sacrifice). Il est célébré le dix de Dhou-lHidjJah, le dernier mois de l'année musulmane, après "accomplissement du Hadj (pèlerinage à la Mecque), une exercice de très grande dévotions.

 

Les Ides islamiques sont uniques à tous les points.

 

Ils n'ont de pareils dans aucune autre religion ou système socio-politique.

 

En sus de leurs caractéristiques hautement spirituelles et morales, ils sont des valeurs inégalables:

 

1. Chaque Ide est une belle célébration d'un exploit individuel remarquable au service de Dieu. Le premier Ide arrive après un mois entier de jeune «absolu» durant les jours du mois. Le second Ide marque l'accomplissement du Hadj à la Mecque, un exercice au cours duquel le Musulman démontre d'une belle manière son renoncement des affaires mondaines et n'écoute que la voix de Dieu l'Éternel.

 

2. Chaque Ide est un Jour d'Action de Grâce ou les Musulmans se réunissent dans une atmosphère de joie et de fraternité pour offrir leur gratitude à Dieu pour les avoir aidés à accomplir leurs obligations spirituelles d'avant l'Ide. Cette forme d'action de grâce ne se limite pas à la dévotion spirituelle et aux expressions verbales. Elle dépasse ces bornes pour se manifester dans un esprit social humanitaire. Les Musulmans qui ont accompli le jeune du Ramadan exprime leurs remerciements à Dieu en distribuant de l'aumone parmi les pauvres et les besogneux lors du premier Ide. De même. les Musulmans qui ont accompli l'exercice du Hadj à la Mecque, aussi bien que ceux qui sont restés dans leur pays, offre des sacrifices en abattant des bêtes pour la distribution parmi les pauvres et les besogneux.

 

La distribution d'aumones et d'ablations constituent une partie majeure des caractéristiques des Ides. Cette forme islamique d'action de grâce et une belle combinaison de dévotion spirituelle et de bonté humanitaire, une combinaison qui ne se rencontre qu'en Islam.

 

3. Chaque Ide est un Jour de Souvenir. Même dans leurs moments de plus grande joie les Musulmans commencent la journée par une prière collective à Dieu. Ils Le prient et glorifient son nom pour démontrer leur souvenir de Ses faveurs. A côté de cela ils pensent aux trépassés en priant pour leurs âmes, aux besogneux en les aidant, aux affligés en leur montrant de la sympathie et en les consolant, aux malades par des visites pour les égayer et leur présenter de bon souhaits, les absents au moyen des vœux cordiaux et des égards sincères etc. Ainsi la signification d'Action de Grâce du Jour dépasse toutes les bornes et s'étend sur de vastes dimensions de la vie humaine.

 

4. Chaque Ide est un Jour de Victoire. L'individu qui réussit à sauvegarder ses droits et sa croissance spirituels accueille l'Ide dans un esprit de victoire. L'individu qui observe fidèlement les devoirs associés à l'Ide est un individu triomphant. Il prouve qu'il commande avec force ses désirs, exerce un contrôle de soi sain et prend plaisir à la vie disciplinée.

 

Et une fois qu'une personne a acquis ses qualités il a remporté sa plus grande victoire; car la personne qui sait se contrôler et discipliner ses désirs est libre du péché et du mal, de la peur et de la lâcheté, du vice et de l'indécence, de la jalousie et de la gourmandise, de l'humiliation et de toute autre cause d'esclavage. Par conséquent, quand elle accueil l'Ide qui marque la réalisation de cette liberté, il célèbre en fait sa victoire, et l'Ide devient ainsi un Jour de Victoire.

 

5. Chaque Ide est un Jour de Récolte. Tous les bons travailleurs au service de Dieu, tous les croyants fidèles récoltent les fruits de leurs bonnes actions ce Jour-là, car Dieu accorde Sa bonté et Ses bénédictions à profusion. La société islamique collecte, d'autre part, les cotisations dues à la fraternité religieuse et à la responsabilité sociale, ou les cotisations sont payées sous forme d'amour, de sympathie et de sollicitude réciproques. Chaque membre de la société islamique récoltera quelques fruits ou collectera quelque revenu d'une façon ou d'une autre. Dieu donne sans compter, surtout à ceux qui se soucient sincèrement du bien-être général de leurs coreligionnaires. Les bénéficiaires qui ne peuvent pas donner reçoivent, à côté d'énormes dons de Dieu, les contributions de leurs bienfaiteurs.

 

Les ayant et les n'ayant pas joùissent de la providence de Dieu collectivement et le Jour est, certes, un Bon Jour de Récolte.

 

6. Chaque Ide est un Jour de Pardon. Quand les Musulmans se réunissent au congrégation ce Jour- là, tous prient du profond de leur coeur pour le pardon et la fortification de la Foi. Et Dieu a assuré de sa miséricorde et Son pardon tous ceux qui viennent vers Lui avec sincérité. Dans cette assemblée pure et congrégation hautement spirituelle, tout vrai Musulman sera honteux devant Dieu d'avoir d'hostilité ou de rancune envers ses frères. Un vrai Musulman sera profondément impressionné par cette assemblée fraternelle et spirituelle, et vaincra toute rancune qu'il aura pu héberger. Par conséquent il se verra mêlé aux autres réagissant à ce Jour pour se purifier le cœur et l'âme. Dans ce cas, il pardonnera tous ceux qui l'auront pu fait du tort, car lui-même priera Dieu pour le pardon et fera de son mieux pour l'obtenir. L'ardeur de cette assemblée pleine de dévotion lui apprendra que s'il pardonne il sera pardonné. Et quand lui, il pardonne, Dieu sera très miséricordieux et la vertu du pardon se manifestera parmi les Musulmans. Et cela donne à ce Jour le cachet de Jour de Pardon.

 

7. Chaque Ide est un Jour de Paix. Quand le Musulman établit la paix dans son coeur en obéissant à la Loi de Dieu et en menant une vie disciplinée, il a certainement conclu un traité de paix inviolable avec Dieu. Une fois qu'une personne est en paix avec Dieu, il est en paix avec lui-même, et conséquemment, avec le reste de l'univers. Donc, quand elle célèbre l'Ide de la bonne façon, elle est en train de célébrer la conclusion d'un Traité de Paix entre lui-même et Dieu, et cela donne à l'Ide le cachet de Jour de Paix.

 

C'est la vraie signification d'un Ide islamique: un Jour de Paix et d'Action de Grâce, un Jour de Pardon et de victoire morale, un Jour de Récolte Abondante et de remarquable Réalisations, un Jour de Fête et de Souvenir. Un Ide islamique est tout cela et davantage, car c'est un Jour de ISLAM, un Jour de Dieu.

 

L'Accomplissement des Prières de Ide (Salatou-al Ide)

 

1. Comme pour le Vendredi, chaque fidèle doit assister à la congrégation de Ide vêtu avec soin, propre et plein d'enthousiasme. A la mosquée ou à la place de rassemblée on récite une prière avant l'office.

 

C'est le Takbir que vous trouverez à la fin de cette section.

 

2. La Prière de Ide se dit à n'importe quelque heure entre le Lever du Soleil et midi. Il Y a ni Adhan, ni Iqamah. La prière comprend deux Rakah et l'Imame récite, dans chacun, le Fatihah et un autre passage du Coran, à haute voix.

 

3. L'Imame déclare son intention d'officier la prière lorsqu'il dit Allahou Akbar (Dieu est plus grand que tout). Puis il répète la même expression trois fois, levant ses mains jusqu'aux oreilles et les laisser tomber le long de ses côtés chaque fois. Après la troisième Takbir il place sa main droite sur sa main gauche au-dessous du nombril, comme pour les autres prières. Les fidèles suivent l'imame dans ses mouvements, faisant et répétant la même chose.

 

4. A la fin du premierRakah l'imame se lève pour le second, disant AlIahou Akbar. Puis, il répète trois fois cette expression comme dans le cas du Premier Rakah et la congrégation l'imite.

 

5. Après la prière faite en deux Rakah, l'Imame prononce le sermon en deux parties avec une courte pause entre les deux. La première partie commence par l'expression Allahou Akbar prononcée neuf fois et la seconde par la prononciation de cette même expression sept fois. Le reste du sermon consiste en exhortation et conseils comme le sermon du Vendredi.

 

6. Dans le sermon du premier Ide de l'année, l'Imame doit attirer l'attention sur la question de Sadaqua tou-I-Fitr (L'aumône de la fin du Jeune). C'est une taxe obligatoire qui veut que chaque Musulman qui a le moyen doit donner au moins un repas complet, ou sa valeur, à un pauvre. S'il a des dépendants, il doit de même pour chacun d'eux.

 

Par exemple, s'il a à sa charge trois dépendants, il doit distribuer au moins quatre repas complètes ou leur valeur parmi les besogneux. Cette aumône à beaucoup plus de valeur et est de beaucoup préférable si elle est distribuée assez tôt avant l'office afin de permettre aux pauvres d'accueillir le jour avec joie.

 

7. Dans le Sermon du Deuxième Ide, l'Imame doit attirer l'attention sur le devoir du Sacrifice. Le jour de l'Id-oul-Adha, chaque Musulman qui a les moyens doit offrir une ablation. Un cabri ou mouton suffit pour une famille. Une vache ou un taureau suffit pour sept différentes familles. C'est préférable d'immoler l'animal du Sacrifice le Jour de Ide, après l'office. Mais l'immolation faite le deuxième ou troisième jour est acceptée. Au sujet de la chair des animaux immolés, le Coran donne ces instructions: «Mangez-en et nourrissez-en le pauvre satisfait de son sort et le mendiant .... »

 

Dans le même volet, le Coran déclare que la chair et le sang des ablations n'intéressent pas Dieu, ni les reçoit-il; mais c'est la piété des fidèles qu'il reçoit et qui L'intéressent.

 

Il faut faire ressortir que l'office de Ide ne se substitut pas aux Prières obligatoires du Matin (Fajr) qui ne peuvent, elles, se subtituer aux d'autres prières.

 

Le Taqbir que l'on récite avant l'office des deux Ides et après les congrégations ordinaires durant les trois jours qui suivent le Second Ide, s'appelle Taqbirou- Tachriq, que voici:

 

Allahou Akbar(trois fois)

La Ilaha illa-I-Iah

Allahou akbar (deux fois ) wa lil-Lahi-I-hamd

Allahou akbarou Kabira

Wa-I-Hamdou li-I-Lahi Kathira

Wa Soubhana-I-Lahi boukratan wa acila

La ilaha illa-I-Iahou wahdah

Sadaqa wa adah, wa nasara abdah. Wa a'azza djoundahou wa hazamal-ahzaba wahdah.

La-ilaha-I-Lahou wa la na'bdou illa Iyyah,

mouklicina Lahud-dina wa laou Karihal-lKafiroune.

Allahoumma salli ala sayyidina Mouhammad

Wa ala ali Sayyidina Mohammad,

Wa ala As'habi Sayyidina Mouhammad.

Wa 'ala ansari Sayyidina Mouhammad.

Wa 'ala Azwadji Sayyidina Mouhammad,

wa 'ala dhurriyati Sayyidina Mouhammad,

Wa sallim tasliman Kathira.

 

Dieu est le Plus Grand (trois fois)

Il n'y a pas de Dieu à part le Vrai Allah Unique

Dieu est le Plus Grand (deux fois) et à Lui l'éloge

Certainement, Dieu est le Plus Grand

A Lui l'éloge en abondance

Gloire à Lui, jour et nuit.

Il n'y a pas de Dieu sauf Allah, le Vrai Allah Unique

Il a tenu Sa promesse, aide Son serviteur (Mouhammad), accorde à Ses soldats une victoire manifeste, et fait subir aux ennemis alliés une defaite decisive. Il n'y a pas de dieu sauf Allah, et nous n'adorons personne sauf Lui, avec sincère dévotion, quoique les incroyants puissent s'irriter.

o Dieu! Elève et benit notre maître Mouhammad

Et le& gens de notre maître Mouhammad

Et les compagnons de notre maître Mouhammad

Et les partisans de notre maître Mouhammad

Et les épouses de notre maître Mouhammad

Et les descendants de notre maître Mouhammad

Et envoie sur eux toutes salutation de paix.

 

Raccourcissement de la Prière

 

1. Quand une personne est en voyage et compte aller jusqu'à une distance de soixante dix-sept kilomètres ou davantage de chez lui, il doit réduire les prières obligatoires de quatre Rakahs, à deux Rakahs chacune. La réduction s'applique aux offices de la mi-journée (Zouhr), du milieu de l'après-midi (Asr) du soir (Icha). Les Offices du matin (Fadjr) et du coucher du solei (Maghrib) restent inchangés.

 

2. L'avantage est effectif même après l'arrivée du voyageur à sa destination, s'il n'a pas l'intention d'y séjourner quinze jours ou plus. Au cas contraire, il doit faire les prières réductibles dans leur longueur originale et complète.

 

3. Quand il voyage dans des pareilles conditions, il est exempté de toutes les prières facultatives, sauf les deux Sounnah du Matin (Fadjr) et le Witr qui vient après la prière du Soir (Icha).

 

Les Moments ou il est interdit de Prier

 

Il est interdit au Musulman d'offrir des prières obligatoires ou facultatives aux moments suivants:

 

1. Le moment où le soleil se lève

 

2. Le moment où le soleil est à son point le plus élevé

 

3. Le moment où le soleil se couche

 

4. Pendant la période de menstruation ou des couches

 

5. Quand on est impur.

 

Le Remplacement des Offices dû au retard.

 

1. En principe, tout Musulman, homme ou femme, doit célébrer l'office à temps. Ne pas le faire est un péché punissable à moins qu'il fait une raison valable pour le retard.

 

2. A l'exception des femmes menstrues ou en couches, et de quelqu'un qui n'a pas été sain d'esprit ou qui a été inconscient pendant un certain temps, chaque Musulman doit remplacer les prières obligatoires qu'il n'aura pas pu faire à temps.

 

3. Les prières obligatoires doivent être remplacées dans la forme manquée, c'est-à-dire si elle devaient être raccourcies, elles doivent être remplacées raccourcies et vice versa.

 

4. Il faut respecter l'ordre dans lequel les prières manquées sont dûes et les prières à être accompli dans l'immédiat. La prière due est accompli en premier lieu à moins qu'elles soient trop nombreuses pour qu'on puisse retenir les dates ou que le temps passe défaut pour le remplacement et l'accomplissement de la prière du moment. Dans ces cas, la prière du moment a priorité sur celle dûe. De toute façon, le Musulman doit s'assurer qu'il s'en souvient et qu'il n'y a pas de prières manquées.

 

Les Prières de Tarawih

 

Ces prières sont particulières au mois de Ramadan.

 

Elle font suite à la Prière du Soir (Icha). Elles comprennent huit à vingt Rakah réparties en groupes de deux avec une courte pause entre chaque groupe.

 

C'est de beaucoup préférable de les offrir en congrégation et avant le Witre, qui est la dernière partie

de la Prière du Soir.

 

''La préservation finale''

Dr Faysal Ibn Michaal Ibn Saoud Ibn Adel-Aziz Ali Saoud

Commenter cet article

lahy@wanadoo.fr 09/08/2013 16:03

Peut on célébré le même jour la prière de l'ide et la prière de vendredi ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents