Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Les Prières (Salah) partie 3

Publié par Baladislam sur 7 Novembre 2011, 23:00pm

Catégories : #L'Islam

fond islam (164)

 

Annulation des Prières

 

Toute prière est nulle et non avenue par suite des actes suivantes:

 

1. Anticiper l'Imame dans quelque acte ou mouvement de la prière.

 

2. Manger ou boire durant la prière.

 

3. Parler ou prononcer ce qui n'est pas inclu dans les formules de la prière.

 

4. Se dévier de la direction de la Mecque

 

5. Faire un geste ou mouvement qui n'est pas inclus dans les actes de la prière

 

6. Faire quelque chose qui annule l'ablution, par exemple émission d'urine, de fasces, de gaz, de sang etc.

 

7. Manquer une des actes ou postures essentielles de la prière, tels que se mettre debout, réciter le Coran, Roukou, Soudjoude etc.

 

8. Découvrir le corps entre le nombril et les genoux durant la prière dans le cas des hommes, ou n'importe quelle partie du corps, sauf les mains, la figure et les pieds dans le cas des femmes.

 

Une prière annulée doit être refaite convenablement.

 

Les Prières Funéraires (Salatou-l-Djanazah)

 

1. Prier Dieu pour le Musulman défunt est un devoir collectif (fard Kifayah). Cela signifie que quelques Musulmans doivent faire cette prière, il suffit que certains des Musulmans présents la fassent et les autres Musulmans sont alors exemptés de la responsabilité.

 

2. Quand un Musulman est mort il faut laver le cadavre entier, en commençant par les parties exposées (Woudhou), plusieurs fois avec du savon ou quelque autre détergent ou desinfectant, et le nettoyer de toutes impuretés visibles. Quand le cadavre a été entièrement lavé, il est complètement enveloppé dans une ou plusieurs pièces de toile blanche.

 

3. Le cadavre est ensuite place sur une civière ou dans un cercueil et porté à un lieu ou l'on peut prier, mosquée ou endroit propre. La dépouille mortelle est placée la face dans la direction de la Mecque.

 

4. Tous ceux qui participent à l'office funéraire doivent faire l'ablution à moins qu'ils l'ont. L'Imame se tient auprès de la dépouille, faisant face au Qibla à la Mecque et les fidèles derrière lui.

 

5. L'Imame lève ses mains jusqu'aux oreilles, de clare à voix basse, l'intention de prier Dieu pour le défunt particulier et dit Allahou Akbar (Dieu est le Plus Grand). Les Orants suivent l'Imame et, après lui, placent leurs mains droites sur leurs mains gauches au-dessus du nombril comme dans les autres offices.

 

6. L'Imame récite ensuite à voix basse ce que l'on recite généralement dans les autres offices, c'est à dire, «Thana» et le Fatiha seulement.

 

7. Ensuite il dit Allahou Akbar sans lever les mains et récite la deuxième partie du Tachahhoude (De «Allahoumma sali 'ala. Sayyidina Mohammad» jusqu'à la fin)

 

8. Puis il fait le troisième Takbir en disant Allahou Akbar sans lever les mains et fait ses supplications (Dou'a) en n'importe quels termes convenables qu'il sait, préférablement ceux-ci:

 

«Allahoumma-ghfir li hayyina wa mayyitina, wa chahidina wa gha'ibina wa saghirina wa kabirina wa dhakarina wa ounthana. Allahoumma man ahyaytahou minna fa ahyihi ala-I-lslam. Wa man tawaffaitahou fatawaffahou ala-lIslam. Allahoummaa la tahrimna adjrah, wa la taftinna ba'dah.»

«0 Dieu! à quiconque Tu accordes la vie, parmi nous, aide-le à vivre en Islam, et à quiconque de nous Tu fais mourir, aide-le à mourir dans la Foi. 0 Dieu! ne nous prive pas de la récompense de la patience dans sa perte, et ne nous éprouve pas après lui.»

 

9. Puis c'est la quatrième Takbir (Allahou Akbar) qui est dit sans lever les mains et l'office prend fin avec les salutations à droite et à gauche comme dans les autres offices.

 

10. Après l'office, le corps est mis à terre, la face vers la Mecque. En faisant descendre le cadavre on prononce ces mots:

 

«Bismi-I-Iahi wa bil-I-Iahi wa 'ala Millati Rassouli-I-Iahi Sallah-I-Iahou. 'Alaihiwa sallam»

«Au nom de Dieu et avec Dieu, et selon la Sounnah (Traditions) du Messager de Dieu sur qui soient les bénédictions et la paix de Dieu.»

 

En sus de ces mots, on peut faire des prières appropriées.

 

Si le défunt est un enfant au-dessous de l'âge de puberté, la prière est la même sauf qu'après le troisième Takbir à la place de la longue supplication les orants récitent ces mots:

 

«Allahoumma - djalhou lana faratan wa djalhou lana dukhra, wa djalhou lana chafian wa mouchaffa'a»

«0 Dieu! fait de lui (ou elle) notre avantcourreur, et de lui pour nous une récompense et un trésor, fait de lui un plaideur pour nous, et accepte sa plaidoirie.»

 

L'Office funéraire est accompli debout. Quand passe un cortège funéraire, que ce soit d'un Musulman ou non, chaque Musulman doit se mettre debout par respect pour le défunt.

 

C'est un homme qui lave le cadavre d'un homme et une femme celui d'une femme. Une femme peut laver le cadavre de son mari, et un homme ou une femme peut laver ceux de petits enfants. Pendant la toilette, le laveur doit porter gants et les parties cachées du défunt doivent être lavées sans être vues.

 

La tombe doit être construite et marquée avec simplicité. Le cadavre doit être enveloppé de toile blanche de qualité moyenne. Toute extravagance en matière de tombe ou de linceul est non-islamique.

 

C'est de la fausse vanité et du gaspillage des biens qui peuvent être employés de maintes façons utiles.

 

La coutume qu'ont certains Musulmans d'offrir un banquet coûteux après les funérailles est aussi non islamique et un gaspillage irresponsable d'argent et d'effort qui peuvent être utilisés ailleurs de façon infiniment profitable.

 

Remarques Générales sur les Prières

 

Comme il a déjà été fait ressortir, l'esprit du Musulman doit être toujours occupé par la pensée de Dieu et sa langue doit constamment prononcer son éloge et le glorifier. En sus· des prières susmentionnées, il y a beaucoup d'autres occasions ou le Prophète Mouhammad a recommandé la prière. De telles occasions sont:

 

1. En temps de pluie excessive

 

2. En temps de sécheresse et de pluie insuffisante

 

3. Lors de l'éclipse du soleil

 

En de tels temps il est conseillé au Musulman de faire autant de Rakah et d'aussi longs qu'Hie veut. Il y a d'autres occasions ou il prononce certaines formules sans avoir recours aux formes prescrites pour les offices ordinaires. Dans de telles formules il exprime sa gratitude envers Dieu et son appréciation de

 

Ses faveurs, son espoir en Lui et sa confiance en Son aide, sa pensée pour Lui et prière pour Sa grâce. Parmi ces occasions il y a:

 

1. La naissance d'un enfant

2. Le mariage

3. Au coucher et au réveil

4. En quittant la maison et en y retournant

5. En entrant au cabinet et en sortant

6. Au début d'un voyage ou en entant dans une ville

7. Au moment de monter à cheval ou à bicyclette ou en voiture

8. En entrant dans un bateau

9. En temps de détresse

10. En regardant dans un miroir

Il. Après un bain ou une ablution

12. A la réception des premiers fruits de la récolte

13. Lors d'une visite au cimetière

 

A chacune de ces occasions il est conseillé au Musulman de penser à Dieu par des formules appropriées qui expriment ses sentiments et sa prévenance.

 

Il y a des prières prescrites pour ces occasions, mais on peut utiliser les formules que l'on sait du moment qu'elles expriment l'éloge et la pensée de Dieu.

 

Voici quelques exemples à être utilisés comme modèles:

 

1. Avant de manger ou de boire on dit:

 

«Bismi·I·Lahi wa'ala barakati·llah»

«Au nom de Dieu et avec les bénédictions de Dieu»

 

Il est aussi bon de réciter le Fatiha avant les

repas.

 

2. Après le repas on dit:

 

«AI-Hamdou lil-Lahi-I-Ladhi A'tana wasaqana, wa Dja'alana Mouslimine»

«Louange à Dieu qui nous a donné à manger et à boire, et qui a fait de nous Musulmans»

 

3. Lors d'une visite à un malade on dit:

 

«Adhhibi-l-baca Rabba-n-nas, wa-chfi Antal chafi la chifa a'illa chiffa'uk chifa'an la yaghadirou saqqama.»

«Enlève la maladie, 0 Seigneur de tout le monde! et redonne la santé. Tu es le Guérisseur; il n'y a de guérison que celle Tu donnes, accorde le récouvrement qui ne laisse aucun mal.»

 

Il est maintenant temps de traiter du Fatiha, du Tachahhoud et de quelques courts passages du Coran.

 

Le Fatiha (L'Ouverture ou AI-Hamd)

 

Bismi-l-lahir Rahmani-r-Rahim

AI-Hamdouli-I-Iahi Rabbi-l-alamin;

ar-Rahmani - r-Rahim

Maliki yaoumi-d-Din

Iyyaka na'boudou wa Iyyaka nasta'in

Ihdina-s-Sirata - I-Moustaqim;

Sirata-I-Iadhina an'amta

'alaihim, ghairi-I-maghdoubi'alaihim wa la-d-dalline (amin)

 

L'interprétation est la suivante:

 

Au nom de Allah, le très Clément, le très Miséricordieux.

Gloire à Allah, Seigneur des mondes; le

Clément le Miséricordieux, le Maître du Jour du Jugement.

C'est Toi que nous adorons, c'est Toi dont nous

implorons secours. Dirige-nous dans le chemin droit:

le chemin de ceux que tu as comblés de Tes bienfaits;

non pas de ceux-qui encourent Ta colère ni celui des égarés. (Amin)

 

Le Tachahoud

 

(a) Première Partie

 

At-tahiyate-li -lah wa-s-salawato wa-t-tayyibat As-salamou alaika ayyouha-nnabiy wa rahmatou-I-Iahi wa barakatouh. Asslamou 'alaina wa'ala ibadi-I-Iahi – s-salihin Ashadou an la ilaha illa-I-Iah wah-dahou la charika lah wa achhadou anna Mouhammadan 'Abdouhou wa rasouloh.

 

Interprétation:

 

Toute révérence, toute adoration, toute sainteté sont dues à Allah. Paix soit sur toi, 0 Prophète, et la miséricorde de Allah et Ses bénédictions. Paix soit sur nous tous et sur les serviteurs vertueux de Dieu. Je témoigne qu'il n'y a pas de Dieu à part Allah, et je témoigne que Mouhammad est Son serviteur et Son Messager.

 

(Cette partie est récitée après le deuxième Rakah dans chaque office comprenant trois ou quatre Rakah, et ensuite l'Orant se lève pour le troisième Rakah).

 

(b) La deuxième partie

 

Allahoumma salli 'ala sayyidina Mouhammad wa 'ala ali sayyidina Mouhammad, Kama sallaita 'ala sayyidina Ibrahim wa 'ala ali sayyidina Ibrahim. Wa barik 'ala sayyidina Mouhammad wa'ala ali Sayyidina Mouhammad, Kama barakta 'ala Sayyidina Ibrahim wa,ala alisayyidina Iqrahim, fil 'alamina innaka hamidoun madjeed.

 

Interpretation:

 

o Dieu! Élève au rang notre maître Mouhammad et les gens de notre maître Mouhammad, comme Tu avais élevé notre maître Abraham et les gens de notre maître Abraham.

Et bénis notre maître Mouhammad et les gens de notre maître Mouhammad comme tu avais béni notre maître Abraham et les gens de notre maître Abraham, certainement Tu es digne d'éloge, et glorieux.

 

(Les deux parties du Tachahhoud sont recitées dans le dernier Rakah qui termine l'office, avec la fin de la deuxième partie suivie des salutations de paix, l'office est complète. La deuxième partie seulement est récité dans l'office funéraire après le troisième Takbir).

 

De Courts Passages du Coran

 

Bismil-I-lahir - Rahmani-r-Rahim

Qoul howa-I-Iahou Ahad

Allahu-s-Samad

Lam yalid wa lam youlad

Wa lam yakoun lahou

Koufouwan ahad

 

Interprétation:

 

Au nom de Dieu, le très Clément, le très Clément, le très Miséricordieux

Dis: «Lui, Allah est Un!

Allah! ...

L'impénétrable!

Il n' engendre pas;

il n'est pas engendré

nul n'est égal à lui (Coran 113)

 

Bismillahir Rahmanir Rahim

Wa-L'asr

Inn-I-insana lafi Khusr

Illal-Ladhina amounou

Wa'amilou MS' salihat

wa tawasow bil haq

wa tawa saw bisMsabr

 

Interprétation:

 

Par l'Instant!

Oui, l'homme est en perdition

à l'exception de ceux qui croient;

de ceux qui accomplissent des oeuvres bonnes;

de ceux qui s'encouragent mutuellement à la patience. (Coran 103)

 

Un court passage de ce type est récité après le Fatiha dans chacun de deux premiers Rakah. Dans le troisième et le quatrième Rakah aucune récitation n'est nécessaire, à part le Fatiha.

 

Il y a beaucoup de passages courts et faciles dans le Coran. Chaque Musulman doit s'efforcer d'apprendre autant de passages qu'il peut. Il doit aussi lire et étudier les instructions du Coran. La lecture du Coran est elle-même une forme importante d'adoration et une session profitable de dévotion.

 

''La préservation finale''

Dr Faysal Ibn Michaal Ibn Saoud Ibn Adel-Aziz Ali Saoud

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents