Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Les prières surérogatoires

Publié par Baladislam sur 7 Juin 2011, 22:03pm

Catégories : #La Salat

fond islam (129)

 

Aboul Abbâs a dit: le Volontariat complètera le jour de la résurrection, les prières obligatoires qui n'ont pas été parfaitement exécutées sur terre, (pour cela il ne faut pas que le fidèle délaisse les actes obligatoires, tels que la prière, le jeune ou autres. Celui qui les néglige peut tomber dans l'erreur du fait qu'il ne se conforme pas à la 'Sunna' et plus d'un savant a estimé qui celui qui ne pratique pas le 'witr' pendant une longue durée est un imposteur). conformément à un Hadith du Prophète Cité par Ahmad dans le 'Mousnad.

 

Il en est de même pour la Zakât et les autres pratiques, cependant l'acte volontaire le plus rétribué demeure le Jihâd (la lutte dans le sentier d'Allah), puis les exigences de cette lutte, telles que son financement, puis le fait de puiser dans les sciences, et leur transmission à autrui par le biais de l'enseignement.

 

Abou-Dardâ a dit: le savant et l'étudiant dans la récompense sont égaux, les autres ne sont que d'inutiles ignorants. Et selon Ahmed: La quête de la connaissance est la meilleure des actions, tant que le mobile est bien intentionné. Il dit aussi: l 'étude pendant une partie de la nuit vaut mieux pour moi, que l'adoration d'Allah toute une nuit; et également dans le même contexte: L'homme doit chercher dans le savoir, ce qui est de nature à enrichir et renforcer sa religion. On lui demanda de citer un exemple, et il répondit: « Ce dont l'ignorance ne l'empêche pas d'accomplir l'office de la prière, et le jeûne ».

 

Ensuite c'est l'office de la prière, conformément au Hadith: « Soyez dans le droit chemin, les bienfaits d'Allah sont innombrables et sachez que la meilleure de vos actions est la prière » ensuite ce dont l'utilité se transmet à autrui, tel la visite d'un malade, ou le service rendu à un musulman, la réconciliation entre les gens, comme l'indique le Hadith du Prophète (P. et b. d'Allah sur lui) « Aimerez-vous que je vous indique les actions les meilleures, et dont le mérite est encore supérieur à celui du jeûne et de la prière volontaires? La réconciliation entre les gens car la dispute est destructrice. » Hadith attesté par At-Tirmidhi.

 

Et Ahmed a dit: « La marche derrière un convoi funèbre est préférable à la prière volontaire ». Les actions dont l'utilité se transmet à autrui sont de degrés différent; la charité faite à un parent dans le besoin vaut mieux que l'affranchissement d'un exclave, qui lui même vaut plus que l'aumône faite à un étranger, sauf en cas de famine, ensuite vient le Hajj (Pèlerinage).

 

Anas rapporte ce Hadith de source sûre. « Celui qui part en quête du savoir est en lutte dans le sentier d'Allah jusqu'à ce qu'il revienne ». At-Tirmidhy a dit: Hadith étrangement bon.

 

El-Cheïkh a dit: « L'étude et l'enseignement du savoir font partie de la lutte dans le sentier d'Allah, ils en sont une des composantes » il a dit aussi: « Consacrer les dix premiers jours du mois de Dhil-Hijja à l'adoration jour et nuit vaut mieux qu'une lutte dans le sentier d'Allah à laquelle on n'aura pas sacrifié sa vie et sa fortune ».

 

Et selon Ahmad: « Rien ne vaut le Hajj (le pèlerinage), à cause de la fatigue encourue en l'accomplissant et du mérite de la visite des lieux saints, en outre, il permet de vivre une scène sans pareille en Islam. Celle du rassemblement l'après-midi du jour de 'Arafah', et il y a dépense d'énergie physique et matérielle. »

 

Abi-Omama rapporte qu'un homme a demandé au Prophète (P. et b. d'Allah sur lui): « Quelles sont les actions les plus méritoires? » Il répondit: « Je te recommande le jeûne,car il est incomparable » cité par Ahmed et les autre de bonne référence. Et Al-Cheikh a dit: « Chacune de ces actions peut être la plus méritoire selon les cas et les situations, car le Prophète (P. et b. d'Allah sur lui) et les califes après lui s'exprimaient parfois selon les besoins et les intérêts du moment.

 

Ahmad a dit dans le même ordre d'idées: « Détermine ce qui est le mieux pour ton cas et pour ton coeur, puis agis en conséquence. » Et Ahmad estime que la vertu de la pensée est plus méritoire que la prière volontaire et l'aumône. Il en découle que l'action du cœur est plus méritoire que celle des sens. Alors que les Ashâb (Compagnons), estiment que l'action des sens est préférable à celle du cœur; la preuve pour ce qu'a dit Ahmed est donnée par le Hadith: « Les action les meilleures pour Allah consistent à s'aimer pour Allah et à haïr pour Allah » et le Hadith: « La foi inébranlable consiste à aimer pour Allah et à haïr pour Allah ». Le volontariat le plus urgent est la prière du ''Koussoûf '' (éclipse du soleil) puis la prière du Witr, puis la prière surérogatoire du Fajr, puis celle accomplie au Maghrib et enfin le reste des prières rituelles.

 

Le moment de la prière du 'Witr' est après celled u Ichâe tj usqu'àI 'apparitiond eI 'aube,l e mieux est à la fin de la nuit si on est sûr de se reveiller pour le prier, sinon on prie (le witr) avantd e dormir; le minimumd e rakaâsp ourl e 'Witr'estu ne( 1)e t le maximum onze. Il est dit dans 'Al-Ikna': qui est l'origine du présent livre: le volontariat le plus urgent est la prière du Kousour puis de l'Istika puis du Tarawih puid du Witr. Il y a de même les indication dans 'Az-Zad' et les autres livres. Il est donc possible que cet ajout concernant Al-Istiska et Attarawih ait été retiré des livres et copies imprimés.

 

Il est préférable de saluer après les deux rakaâs précédentes puis de prier le 'Witr' en une rakaâ, et si on agit autrement ce sera bon, s'il s'avère conforme à la tradition du Prophète, (P. et b. d'Allah sur lui); Le minimum de la perfection pour le Witr est de trois avec deux saluts de préférence, et il est permis de saluer en une seule fois comme il est possible de l'accomplir à la prière du 'Maghrib'.

 

On compte dix sunnas rituelles à accomplir chez soi de préférence, à savoir: Deux rakaâs avant l'office du 'Dhohr', deux rakaâs après, deux rakaâs après le Maghrib, deux rakaâs après le 'Icha' et les deux rakaâs du Fajr avant celles du matin.

 

On allège les deux rakaâs du Fajr et on y récite les deux sourates de l'Unicité (les mécréants puis la pureté) ou à la première on récite le verset 136 de la sourate 'La vache':

 

Dites, nous croyons en Dieu et en ce qu'on nous a fait descendre, etc...

 

et à la seconde

 

Dis, O gens du livre, venez-en à un dire qui soit commun entre nous et vous: que nous n'adorons qu'Allah, sans rien lui associer...

 

Il est possible de les accomplir sur une monture. Il n'y a pas de prière qui relève de la Sunna avant la prière du Vendredi,mais après l'office on peut faire deux rakaâs ou quatre. La prière surérogatoire peut remplacer la prière de salutation de la mosquée. Il est de tradition de marquer une séparation par geste ou parole entre la prière obligatoire et la prière surérogatoire, comme l'exprime le Hadith de Mouawiya; celui qui manque une des prières rituelles, il lui est préférable de la rattraper. Comme il est préférable d'accomplir la prière surérogatoire dans l'intervalle qui sépare l'appel à la prière et l'Iquâmah (commencement effectif de l'office). Le Tarawih est une tradition institué par le Prophète (P. et b. d'Allah sur lui) et son accomplissement en assemblée est plus méritoire et l'Imam à voix haute suivant par là l'exemple de toutes les générations qui l'ont précédé, et il saluera après chaque couple de rakaâs.

 

Conformément au Hadith' la prière pendant la nuit se fait deux à deux, et le moment indiqué est après celle du Icha, et il est de tradition de la terminer avant le 'Witr' et jusqu'à l'aube, quitte à prier le 'Witr' après conformément au Hadith du Prophète (P. et b. d'Allah sur lui): « Que votre dernière prière la nuit, soit celle du Witr. »

 

Celui qui désire faire la prière nocturne derrière un Imam et l'achever par le Witr se relève après que l'Imam ait salué, pour accomplir une rakaâ, comme l'a dit le Prophète (P. et b d'Allah sur lui): « Celui qui prie de nuit derrière l'Imam jusqu'à la fin, aura le mérite de toute une nuit de prière », Hadith rapporté par At-Tirmidhi.

 

Il est louable d'apprendre le coran, de l'avis de tous les Ulemas (savants), cela est plus méritoire que toute les autres formes de rappel d'Allah et il est obligatoire d'en savoir ce qui servira pour l'office de la prière. Généralement il s'agit du Coran et de la 'Fatiha' ou sinon 'Al-Fatiha' et une sourate.

 

Le tuteur devra commencer l'apprentissage du Coran à l'enfant avant toute autre connaissance, sauf en cas de difficulté. Il est de tradition d'en terminer la récitation chaque semaine, et parfois en un temps plus court. Il est proscrit d'ajourner sa lecture si l'on craint l'oubli.

 

On doit prononcer la formule du 'Ta'aoudh. : Aoudhôu billahi minach-chaitânir-rajîm

 

avant toute lecture( ou récitation) du Coran, on doit veiller à la pureté et à rejeter tout ce qui lui est contraire.

 

L'achèvement de la lecture se fera au début du soir, en hiver et au début du jour, en été. Talhatou ibn Mauçarrif a dit: « J'ai vécu avec les les gens de bonne foi de cette communauté qui manifestaient leur préférence à cela en disant: s'il termine la lecture du Coran en début du jour , les anges prient pour lui iusqu'au soir ,et s'il termine en début de la nuit, les anges prient pour lui jusqu'au matin » rapporté par Ad-Dârimy d'après 'Saâd Ibn Abi Ouaquâs', de bonne source.

 

On doit embellir sa voix en lisant le coran, avec psalmodie, et lire avec tristesse et compréhension, et au verset de 'Ar-Rahma'( Miséricorde), demander le pardon d'Allah et prononcer 'A'oudhou billahi' au verset du supplice et du châtiment. Si on est parmi des fidèles qui prient ou en présence de gens endormis ou lisant le Coran à haute voix, on n'élève pas la voix pour ne pas les gêner.

 

Il est possible de lire dans toute position (debout, assis, couché, à bord de quelque monture, ou bien en marchant) et il n'est pas blâmable d'en lire dans la rue, ou en cas qu'on n'a pas fait ses ablutions; par contre il est blâmable de le faire dans les endroits impurs. Il est préférable de se regrouper pour écouter le lecteur du Coran, et on ne doit pas parler cependant de choses futiles. Ahmad n'aime pas la lecture rapide et la lecture chantée, et il n'est pas interdit de se répéter, mais celui qui interprète le Coran à sa façon et à son seul avis, sans être en connaissance de cause,sa place au feu lui sera réservée, et il sera en faute même s'il a raison.

 

Il n'est pas permis à celui qui est en état d'impureté cultuelle de toucher le livre du Coran mais il peut le manipuler dans un filet propre ou un sac parmi d'autre choses qui soient pures ou avec sa manche et il peut le feuilleter à l'aide d'un crayon (ou même un bout de bois), mais il peut toucher le 'Tafsir' (Coran expliqué), ou d'autres ouvrages contenant des versets du Coran, il lui est permis d'écrire des versets du Coran sans toucher le livre Saint, et il peut recevoir un salaire pour sa copie.

 

On peut également l'envelopper de soie. Il n'est pas permis de tourner le dos au livre Saint ou d'allonger la jambe en sa direction, ou de faire quelque acte de nature à lui manquer de respect. Il est abhorré de l'embellir à l'aide d'or ou d'argent et d'écrire le signe des 'dixièmes', les noms des sourates et le numéro des versets et autres fignolages inexistants à l'époque des compagnons du Prophète.

 

Il est interdit d'écrire des versets du Coran ou autre chose comportant un rappel d'Allah sur (et avec) un objet impur, et si cela arrive, il est recommandé de le laver. Quand le livre saint est usé complètement ou qu'il devienne illisible, il faut l'enterrer, car Othmân (Qu'Allah soit satisfait de lui) a enterré le scopies usées du livre saint entre le tombeau du Prophète et sa chaire.

 

Les prière surérogatoires peuvent être accomplies à tout moment sauf pendant les moments d'interdiction. Elles sont instamment requises pendant la nuit et plus méritoires que dans la journée. Elles sont encore plus méritoires après le sommeil, car la prière nocturne ne se fait qu'après le sommeil.

 

Quand le fidèle s'éveille, il se rappelle d'Allah le Tout-Haut, et récite quelques invocations telles que:

 

''La ilâha illallah wahdaho lâ charikalaho, lahol molkou wa lahol hamdou wahouwa' ala kolli chaïin quâdir,''

"il n'y a d'autre divinité qu'Allah Lui même, l'Unique, sans associé à Lui, à Lui la Royauté, à Lui la Louange et c'est Lui qui est capable de toute chose.

 

''Alhamdou lillâhi wa sobhanallâhi wa lâ Ilaha Illallâhou wallâhou Akbarou walâ kouata illa billah''

Louange à Allah, Gloire à Allah, il n'y a a d'autre divinité qu'Allah, Allah est le plus Grand, il n'y a de Puissance ni de Force que par Allah.

 

Ensuite s'il dit: O Seigneur, pardonne moi, et s'il L'invoque, il est sûr d'être exaucé, et puis s'il fait ses ablutions et prie; sa prière sera approuvée; puis il dit:

 

"Al-hamdou Lillâh alladhi ahyâni baâda ma amâtani wa ilayi annouchôur. La Ilaha illa anta wahdaka lâ Charika laka, Soubhânaka astaghfirouka lidhanbi, we asalouka rahmataka, allâhoumma zidni 'ilman, wa la touzigh kalbi baâda idh hadaytani, wa habli min ladounka rahmah innaka antal wahâb. Alhamdou lilâhi alladhî radda alaya roûhi, wa âafâni fi jassadi wa adhina li bidhikrihi".

Louange à Allah qui m'a ressucité a près m'avoir fait mourir (de la mort du sommeil) et c'est à Lui qu'est la Résurrection. Il n'y a d'autre divinité que Toi, Gloire à Toi, je Te demande d'absoudre mon péché, et je sollicite Ta miséricorde. Seigneur, renforce ma connaissance et n'égare pas mon cœur après m'avoir guidé, et fais moi don de Ta Miséricorde, Tu es le seul donateur: Louange a Allah qui m'a rendu mon âme, m'a sauvé mon corps, et m'a permis de son rappel.

 

Puis il se brosse les dents, de préférence avec 'al-arak' (de la fibre de noisetier). Lorsqu'il se lève pour l'office de la prière, il peut prononcer l'Istiftah (formule de début de prière) de la même façon que pour la prière obligatoire, ou bien avec d'autres formules telles que:

 

''Allahoumma lakal hamdou anta nourous samâwati wal ardhi wa manfihinna, wa lakal hamdou, anta kayoumous samawati wal ardhi wa man fihinna, wa lakal hamdou, antal hakkou, wa waadoukal hakkou wa kaouloukal hakkou, wa likaouka hakkoun wal jannatou hakkoun wan nârou hakkoun wan nabyouna hakkoun wa'satou hakkoun. Allahoumma laka aslamtou wa bika âamantou wa alayka awakkaltou wa ilayka anabtou wa bika khaçamtou wa ilayka hâkamtou faghfir li mâ kaddamrou wa mâ akkhartou wa ma asrartou wa ma a'lantou wa ma anta a'lamou bihi minni, antal moukaddimou wa antal mouakhirou.la ilaha illa anta wa la kouwata illa bika".

"O Seigneur, à Toi la Louange, Tu es la Lumière des Cieux et de la terre, et de Ceux qui s'y trouvent. Louanges à Toi, Tu es l'Absolu dans les Cieux et la Terre et ce qui existe Louange à Toi, Maitre des Cieux et de la Terre et de ce qui y existe. Louange à Toi, Tu es la Vérité, Ta promesse est la Vérité, Ta parole est la Vérité, Ta rencontre est Vérité, Le Paradis est Vérité, l'Enfer est Vérité, les prophètes sont Vérité. L'Heure est Vérité. O Seigneur je me soumets à Toi, je crois en Toi, je me confie à Toi, je me repens auprès de Toi. Je lutte avec Ton appui et je me soumets à Ton Jugement. Pardonne-moi tout ce que j'ai avancé, et ce que j'ai retardé, et ce que je garde secret et ce que je déclare ouvertement, et tout ce dont Tu es plus Savant Tu es celui qui fait avancer et celui qui retarde. Il n'y a d'autre divinité que Toi, il n'y a de Puissance que par Toi".

 

Il peut dire aussi:

 

''Allahoumma rabba Jibril wa Mikayil wa lsrâfil fâtira ssamâwâti wal ardh, aâlimal ghaybi wach chahâdati. Anta tahkoumou bayna ibadika fimâ kânou fihi yakùtalifouna. Ihdini Limakhtoulifa fihi minal hakki biidhnika, innaka tahdi man tachâou ilâ sirâtin moustaquïm''

Seigneur, Dieu de Jibril. De MikaîI, de Isrâfil, Créateur des Cieux et de la terre,Connaisseur se l'invisible tout comme du visible. Tu rends justice parmi Tes esclaves dans tous leurs différends, guide moi vers la Vérité avec Ta permission, car Tu guides qui Tu veux au droit chemin.

 

Il est préférable, selon la Sunna, de commencer son 'Tahajjoud' prière nocturne avec deux rakaâs légères, et qu'il s'habitue à une forme de volontariat à laquelle il persévère, et qu'il rembourse au cas où il arrive de manquer.

 

Il est Préférable de dire au matin et au soir ce qui précède, et au moment de se coucher,d e se lever, d'entrer à la maison et d'en sortir. Ainsi que pour toute autre action. La prière surérogatoire est plus méritoire à la maison, et aussi de sa discrétion, si cela relève du solitaire, et dont l'assemblée n'est pas requise.

 

Il est préférable de faire les prières surérogatoires en groupe,à condition de ne pas en faire une coutume. Il est préférable de solliciter beaucoup de fois le pardon de Dieu à l'aurore (à l'aube). Celui qui manque son Tahajjoud (sa prière nocturne), la remboursera avant la prière du Dhohr (midi). Le volontariat n'est pas valable si on accomplit la prière en position couchée.

 

Il est de tradition d'accomplir une prière au Dhoha (la matinée), à partir de la fin du moment d'interdiction jusqu'à peu avant la mi journée. Elle est plus méritoire si accomplie au moment ou la chaleur du jour augmente, elle comprend deux rakkaâs et tout ajout est bien approuvé.

 

Il est de tradition de faire la prière "Istikhara"( consultation d'Allah) Lorsqu'on projette de faire quelque chose, on fait deux rakaâ à part la prière obligatoire, puis on dit:

 

''Allahoumma inni astakhirouka bi'ilmika wa astakdirouka bikoudratika wa as alouka min fadhlika adhîm, fa innaka takdirou wa la akdirou. wa taâlamou wa la a'alamou wa anta allâmou ghouyoub. Allahoumma in kountataalamou anna hadhal amra khayroun li fi dini wa dounyaya wa maâchi wa 'akibati amri ('ajilihi wa â jilihi) fakdourhou li wa yassirhou li thoumma barik li fihi, wa in kounta taalamou anna hadhal amra Charroun li fi dini wa dounyaya trya maâchi wa aâkibati amri fasriftrou anni wasrifni anhou wakdir li alkhayra haythou kâna thoumma raddhini bihi''.

O Seigneur, je sollicite Ta bienfaisance par Ta Sagesse je sollicite Ta Prévoyance par Ta Puissance je sollicite Ta très Grande Générosité. Tu peux tout et je suis sans puissance,Tu sais tout et je ne sais pas et Tu es connaisseur de l'Invisible. O Seigneur, de ce projet (et il l'indique) est bénéfique pour ma foi et ma vie, la conséquence de mon entreprise et ma subsistance (immédiate et ultérieure) alors décrète-le pour moi, facilite-le pour moi, puis fais en sorte qu'il me soit béni et si ce projet est maléfique pour ma foi, ma vie, ma subsistance et pour la conséquence de mon entreprise,alors éloigne-le de moi, et éloigne-moi de lui et décrète-moi le bien là où il existe, et fais en sorte que j'en sois convaincu.

 

Puis il fait confiance à Dieu, et il ne doit pas, au moment de I'Istikhara, avoir pris de décision au préalable.

 

Il est recommandé par la Sunna de faire la Salutation de la Mosquée (prière) et la Sunna des ablutions, la prière de l'entre deux Ichas (entre le crépuscul et la nuit); la prosternation de la récitation est une sunna absolue, et elle n'est pas obligatoire, conformément au dit d'Omar: « Celui qui se prosterne, il a agi en bien, et celui qui ne se prosterne pas est sans péché » rapporté dans 'El mouatta'.

 

Celui qui écoute la récitation du Coran, se prosterne (selon la Sunna) et celui qui se trouve sur une monture doit en faire le signe de se prosterner dans la direction où il se trouve, quant à celui qui est en train de marcher il se prosterne à terre en direction de la 'Kibla'.

 

Les compagnons du Prophète rapportent que celui qui écoute le Coran en marchant n'est pas astreint à cette prosternation.'Ibn-Massaoud' a dit à un lecteur, alors adolescent « Prosterne-toi car tu es notre Imam ».

 

La prosternation de remerciement d'Allah est conseillée lorsqu'on constate une faveur générale ou personnelle par la grâce d'Allah, et lorsqu'on remarque quelque malheureux atteint( physiquement ou moralement), il est conseillé de dire: « Louange à Allah qui m'a accordé la bonne santé et m'a préservé de cette atteinte, et qui m'a favorisé parmi ses nombreuses créatures ».

 

Les moments interdits pour la prières ont:

 

- Après la prière du Fajr jusqu'à ce que le soleil se lève.

- Après le lever du soleil jusqu'à ce qu'il atteint la hauteur d'une lance.

- Au moment où le soleil se situe en plein milieu du ciel et jusqu'au moment où il commence à s'incliner.

- Après la prière du 'Asr jusqu'à l'approche du coucher du soleil.

- Après cela jusqu'au coucher du soleil.

 

Il est permis de rembourser les prières obligatoires dans les moments d'interdiction,et d'accomplir les différents vœux (prière promises) et les deux rakaâs du 'Taouâf' et de refaire sa prière en assemblée lorsqu'elle est établie alors qu'il se trouve à la mosquée. L'office funéraire se fait dans les deux temps longs.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents