Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Pas de hasard, tout est destin

Publié par Baladislam sur 3 Décembre 2011, 15:55pm

Catégories : #La foi en Islam

fond islam (124)

 

 

Le mot « Si » en général fait partie du regret, c’est l’amertume, comme « j’aurai du … », et autre terme dans ce sens, signe d’échec ou de non satisfaction.

 

Il reste à se poser une question : est ce que cela change quelques chose dans le passé, et est ce qu’elle améliore notre présent ou futur. Notre prophète (pbsl) nous a enseigné «Ne dit pas : Si j’avais fais telle chose, il serait autre chose, car le si ouvre la porte du diable ». Citation très significative, très profonde et surtout elle permettra à ceux dotés d’intelligence d’évaluer le passé pour mieux construire le futur.

 

Ainsi je me permets avec le peu du savoir que j’ai, de vouloir partager avec ceux qui me lisent, une modeste réflexion sur le « si » et sa relation avec « la porte du diable ».

 

Ainsi je me permets avec le peu du savoir que j’ai, de vouloir partager avec ceux qui me lisent, une modeste réflexion sur le « si » et sa relation avec « la porte du diable ».

 

1- « Croire dans le destin de Dieu, bien que mal » fait parti des 6 principes sur lesquels la foi musulmane est fondée « Dogme de foi ». Y croire veut dire que tout ce qui ce passe dans ce monde ne peut être un hasard, un coup de chance ou comme disent certaines personnes, la volonté des astres ou toute autre création quelle soit...Croire dans le destin c’est avoir la conviction que cet univers et tout les créations qu’y vivent sont encadrés et sous la volonté de Dieu. Toute chose dans cet univers subit le destin de Dieu, et son synchronisme n’est qu’une facette parmi une infinité de facette décrétée par cet Immense créateur. Cet univers n’est pas à l’abondant, il est supervisé surveillé et surtout structuré.

 

2- Croire dans le destin ne signifie pas la fatalité, mais plutôt une vaillance divine, organisation et structure qui doivent permettre à cet être humain de mieux vivre selon ces règles décrétées. Pour comprendre mieux, prenons exemples faisant parti de notre vie, regardons l’organisation du transport en commun, les heures de départ-arrivées des vols, des trains, la durée d’une grossesse, les quatre saisons et leur relation avec le soleil et la lune, le mouvement des planètes, le levé du soleil et son couché, etc….

 

3- On est tous d’accord que c’est une nécessité, imaginons que rien de tous cela n’y ai, qu’elle sera ce monde et comment sera notre vie, croyez moi on ne peut pas imaginer l’existence d’une vie paisible ou plutôt possible sur cette terre, mais plutôt une anarchie, un désordre, disons la jungle. De même, Dieu qui a décidé de notre création et de notre vitalité, il a décrété par sa sagesse que cet univers doit répondre à nos besoins vitaux, oxygène alimentation jour nuit chaud froid mais d’une manière intangible…c’est cela le destin.

 

4- Croire dans la destinée c’est comprendre ce monde et oeuvrer selon ses règles, d’ailleurs cela s’est fait depuis l’existence de l’homme sur terre.

 

L’homme a établi diffèrent calendrier, après connaissance et maitrise des domaines concernés, suite à l’observation et l’expérimentation. Des calendriers pour avoir une bonne exploitation et un bon résultat ; exemple le calendrier de l’agriculture, permettons de connaitre les moments convenables des différentes phases allant du labour jusqu’à l’après récolte, selon le type de plantation et produits désirés et suivant les 4 saisons ; aussi le calendrier des festivités et événements culturel, cultuel, sportive et politique…l’homme a tracé sa destiné avec ce monde terrestre mais tout en respectant d’autre facteur agissant sur notre planète. On peut dire de même pour le reste de ses activités. Disons que les calendriers c’est prendre sa destinée en main d’où notre responsabilité.

 

5- Bref reconnaitre le destin ou le nier, l’appelé destin ou autre chose, ne changera en rien à sa réalité et à son déroulement. Chaque chose de ce qui nous entoure à un destin et fait parti du notre. S’adapter avec son environnement, c’est s’adapter avec son destin, changer son environnement c’est changer son destin dans le cadre du destin, car tout est destin et l’hasard ne fait pas parti de notre monde, comme on dit le hasard n’a pas de mémoire…

 

6- Le deuxième gouverneur Omar fils d’Alkhattab, durant un voyage vers la Syrie, a été informé que la peste y est, alors il a décidé de rebrousser chemin, car c’est une recommandation du prophète: « Si la peste touche une cité, pendant que vous y êtes ne la quitté pas, et si vous n’y êtes pas n’y rentré pas ». Un des compagnons dit à Omar : « tu fuis le destin de Dieu », alors Omar lui a répondu « Oui je m’enfuis d’un destin de Dieu pour un autre destin de Dieu ».

 

7- Ici je me concentre sur le destin dont on possède tous les moyens pour comprendre et s’adapter avec, cependant il y a un type de destin dans sa globalité on ne peut que le subir. Un, comme celui de la vie et la mort, notre naissance ne dépend pas de nous ni notre mort, l’âme est une affaire divine, son insufflé et son retrait... Deux les événements appelés « catastrophe naturelle », maladies, la misère des humains... Le premier c’est des lois régissons notre existence et celle de notre univers, ainsi on pourra les distinguer du destin… Cependant le deuxième type n’est qu’une conséquence de notre agressivité envers ces lois d’univers. La règle veut que toute loi non respecté des poursuites seront engagées, et je crois que c’est le cas pour nous aussi.

 

8- Même avec ce destin qui nous dépasse, Dieu a établi des liens qui responsabilisent l’être humain directement ou indirectement ; tout dépend en premier lieu du degré de sa foi, et de deux du respect des règles qui gèrent ce monde. Aujourd’hui l’être humain encoure à sa perdition en tournant son dos à la foi et en transgressant les lois Divine régissant notre relation avec cet univers.

 

9- Comment peut-on admettre que toute organisation aussi simple qu’elle soit, doit être structurée et ordonnée, et que tout échec ou réussite a des causes et des explications. Et comment peut-on nier l’existence du destin, l’ignorer ou le dénigrer tout en témoignant à cet univers complexité et perfectionnement.

 

10- Prenez ce que vous voulez comme sujet dont l’homme souffre aujourd’hui, si ce n’est que l’environnement par exemple, qui est responsable du réchauffement climatique ? les maladies qui ravagent l’espèce humaine, animal ? Et ce marasme environnemental? certes c’est l’Homme avide, perfide, assoiffé du pouvoir politique et financier qui veut tout dominer et à n’importe quel prix même ci ce dernier sera sa souffrance ici et dans le delà. Comparons le monde aujourd’hui dont l’homme a atteint un niveau de matérialisation sans précédant, à celui d’hier où la simplicité de la vie l’emporter sur la dominance matériel, lequel était plus sein et plus propre ?

 

11- La science sans conscience a corrompu l’Homme dans sa foi et dans ses lois ; l’Homme avec ses découvertes se croit à l’abri de toute faiblesse, il est devenu ingrat envers son créateur, inhumain envers son frère, et agressif envers son univers, d’une façon plus simple il est devenu mécréant et c’est cela la porte du diable.

 

L’homme dans son exploitation de cet univers a voulu établir ses propres règles et loin des règles déjà préétabli par le créateur, il a transgressé les lignes rouges. Il s’est retrouvé en conséquence dans la perdition. Aujourd’hui il cherche à trouver des solutions à son malheur mais derrière le « Si ». Ce « Si » qui lui fait croire que la sortie est possible, mais plutôt c’est la continuité de la tourmente et de la souffrance, d’où la réjouissance du diable qui domine aujourd’hui la pensée humaine. Notre bonheur se réalisera le moment où on aura le courage de reconnaitre qu’on a fait fausse route et qu’il est temps de retrouver le vrai chemin; l’être humain loin des enseignements de Dieu n’est que perdition, et persister dans l’erreur ne fera qu’ajouter à son malheur. Le «Si » n’est qu’entêtement dans le sentier du diable. Le soleil ne pourra se lever que de l’Est et le jour ou elle se lèvera de l’Ouest c’est l’apocalypse. On ne pourra pas changer la réalité des choses déjà préétabli par Dieu, et persister c’est la destruction de l’Homme par l’Homme, c’est le K.O.

 

Le destin c’est une protection et non une fatalité, c’est une explication et non une ambigüité. Il nous permet d’avoir une tranquillité d’esprit, c’est positivé, il nous incite à œuvrer travailler chercher progresser selon nos moyens surtout intellectuels, et tout en sachant qu’il y a des lois au dessus de nous, si on les respecte on ira loin sans besoin du « Si » et à l’abri des ruses et portes du diable.

 

Derrière toute démarche posons-nous les questions suivantes :

a) Le pourquoi ? Est-ce un besoin vital, une nécessité, ou un superflu ?

b) Le comment ? pour répondre à se besoin.

c) Mesurer les conséquences et l’impacte sur l’Homme, la faune et la flore.

d) Respecter l’harmonie du besoin humain avec l’équilibre et l’harmonie de l’univers.

e) Savoir que notre destin est une action calculée selon nos données, et que la réussite c’est la proportionnalité entre nos calcules et la réalité du destin que Dieu a préétabli, c'est-à-dire plus on s’approche de cette réalité plus on s’approche de la réussite. Notre prophète a dit « Pour toute maladie Dieu a fait descendre un remède, certains le savent et d’autres l’ignorent », la maladie est un destin, la guérison en est un et la connaissance est aussi un autre destin…

f) Surtout, quand on ne sait pas quoi faire, il est préférable de ne rien faire pour éviter le regret ou minimiser les dégâts.

 

Reste une petite réflexion, tout rejet du destin conduit à une rébellion chez l’être humain, d’où un nombre trop élevé de maladie psychique, de suicide et de déséquilibre dans la société humaine aujourd’hui.

 

Il y a un seul « Si » qui nous reste favorable : « Et Si on retrouve le chemin de Dieu ! », celle là c’est la porte de Dieu le tout Miséricordieux à condition de la faire avec sincérité.

 

Imam Khattabi, le 24 novembre 2010

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents