Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Prêches et Sermons Extraits du Pèlerinage de l’Adieu : Des recommandations en tout genre

Publié par Baladislam sur 23 Juin 2012, 22:00pm

Catégories : #Exhortations et rappels

Fond coran et paysages (82)

 

Par ailleurs, il y a certains sujets que le Prophète a traités à l’occasion de ses sermons et de ses prêches au cours du Pèlerinage de l’Adieu, dont les hommes ont infiniment besoin pour améliorer leur relation avec leur Seigneur, avec eux-mêmes, et leur entourage. Or, si nous ne pouvons les développer ici faute de place, il est toujours possible de faire allusion à certains d’entre eux de façon abrégée.

 

Notamment, il a rappelé en cette occasion l’impérieuse nécessité de se conformer à sa Tradition, d’emprunter sa voie, et de suivre son chemin. En parallèle, il a mis en garde contre les innovations, les mauvaises pulsions, le fait de s’avancer en son nom sans aucun savoir, de mentir délibérément sur sa personne, et de se détacher de son droit chemin.

 

D’après le musnad de l’imam Ahmad, selon ‘Amr ibn Murra, j’ai entendu Morra dire : un homme parmi les compagnons du Prophète m’a raconté :

« Le Messager d’Allah s’est tenu au milieu de nous sur une chamelle brune et croisée (ou aux oreilles coupées). Il s’est exclamé : savez-vous quel jour sommes-nous ?

- Le jour du sacrifice, avons-nous répondu…

 

Il a ensuite cité le hadith. Il y est dit entre autre : « Vous savez, je vous ai devancés pour vous attendre au Hawd (le bassin). J’aurai grâce à vous, la plus grande communauté, alors ne me décevez pas. Sachez que vous m’avez vu et avez entendu parlé de moi. Vous serez donc interrogés à mon sujet. Quiconque ment à mon sujet, qu’il prenne sa place en Enfer. Vous savez, je vais vouloir sauver des hommes ou des gens, d’autres me demanderont de le faire pour eux. Je dirais alors : Seigneur ! Mes compagnons ! Il me sera dit : tu ne sais pas ce qu’ils ont fait après toi. » Mousned Ahmed (412/5) ; l’auteur de sa recension a précisé : sa chaîne narrative est authentique. Il est également dans Sounan ibn Madja (3057), selon ‘Abd Allah ibn Mes’oud - qu’Allah l’agrée - ; el Albani - Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans Sahih Sounan ibn Madja (2499).

 

Voici une mise en garde des plus éloquentes à l’encontre de l’innovation, des mauvaises pulsions, et de l’invention dans la religion. Elle concerne également le fait de mentir à son sujet , et de s’avancer en son nom sans aucun savoir, ce qui est un grand péché, et l’une des fautes les plus gravissimes faisant encourir les flammes de l’Enfer à son auteur.

 

Il a notamment encouragé au cours du Pèlerinage de l’Adieu à obéir aux Parents et à entretenir les liens de sang, comme il a averti de ne pas léser les droits d’autrui ou de souiller leur honneur en médisant sur leur dos.

 

D’après Tabaranî dans al Mu’jâm al Kabîr, selon Usama ibn Charik (radiya Allahou `anhou): j’ai entendu le Messager d’Allah au cours du Pèlerinage de l’Adieu dire: « Ta mère et ton père, puis ton frère et ta soeur, et ensuite les plus proches. »

Un groupe de gens est venu pour lui demander :

- Cher Messager d’Allah ! Banu Yarbu’ nous a fait la guerre !

- Personne ne doit s’attaquer à personne.

Puis, un homme ayant oublié le jet de pierres l’a interrogé à ce sujet : « Tu peux les jeter sans rien craindre. » Un autre s’est présenté pour lui demander :

- Cher Messager d’Allah ! J’ai oublié de faire le Tawaf ?

- Fais le Tawaf sans crainte.

Un troisième s’étant rasé la tête avant de faire le sacrifice, se soucia de sa situation : « Tu peux sacrifier sans crainte. » Ce fameux jour, rien ne lui était demandé sans qu’il ne réponde : « Il n’y a rien à craindre ! Il n’y a pas de mal ! » Ensuite, il a déclaré : « Allah (Soubhanahou wa ta`ala) a ôté la difficulté sauf pour un individu ayant médit sur un musulman. Pour celui-là, il est à craindre la perdition. » Il a dit notamment : « Allah (Soubhanahou wa ta`ala) n’a pas descendu de mal sans descendre avec lui de remède, excepté pour la vieillesse. » El Mou’jam el Kabir (484) ; el Albani -Allah lui fasse miséricorde - l’a jugé bon dans Sahih el Jami’ (1400).

 

Il a, également, averti de ne pas attenter à la vie d’autrui. En le faisant, la personne ne se fait du mal qu’à elle-même car passible du péché et de la condamnation corporelle. Il a mis en garde contre Satan et ses ruses, qui – lorsqu’il a constaté la force de l’unicité et de la foi – a déploré l’absence de l’association chez les fidèles.

 

Cette déception de sa part ne signifie nullement que l’association sera inexistante. Il a prédit qu’il aura des adeptes pour suivre son prêche et a enfin prévenu contre l’usure et l’injustice.

 

D’après ibn Mâjah, selon ‘Amr ibn al Ahwas (radiya Allahou `anhou), j’ai entendu le Messager d’Allah dire au cours du Pèlerinage d’Adieu : « O gens ! Savez-vous quel jour est le plus sacré ? A trois reprises.

- Le jour du grand Pèlerinage.

-Votre sang, vos biens, et votre honneur sont sacrés comme sont sacrés ce jour-ci, sur votre terre-là et au cours de ce mois-ci. Sachez que tout criminel ne fait du tort qu’à lui-même. Le père ne doit pas tuer son fils, et l’enfant ne doit pas tuer son père. Vous savez, Satan a désespéré pour toujours de se voir adorer sur vos terres. Il sera obéi cependant dans certaines actions que vous dédaignez et en sera satisfait. Vous savez, le sang de l’ère païenne est abrogé. Le premier sang par lequel je commence, c’est le sang d’ibn Rabi’a ibn al Harîth. Il a été adopté par la tribu Banu Sa’ad, et Hudhayl l’ont tué. Vous savez, l’usure (de l’ère païenne) est abrogée, mais votre part initiale vous revient : vous ne portez préjudice ni n’en subissez. O ma communauté ! Ne vous ai-je pas transmis le message ? Répéta-t-il à trois reprises.

- Oui ! répondirent-ils

- O Allah ! Sois-en Témoin, il le répéta trois fois. » Rapporté par ibn Madja (3055) ; el Albani -Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans Sahih Sounan ibn Madja (2497).

 

Il a exposé qu’Allah a réparti l’héritage dans Son Livre, en octroyant sa part à chaque individu. Il a informé aussi que l’enfant est apparenté au lit, autrement dit à son père aux regards de la Loi, et qu’il fallait interdire au débauché (le père naturel) de jouir des biens de cette progéniture. Il a, enfin, défendu de s’affilier à un autre qu’à son père de sang.

 

D’après le Musnad, selon ‘Amr ibn Kharija, le Messager d’Allah nous a fait un sermon à Mina au cours du Pèlerinage de l’Adieu, monté sur sa chamelle dont la bave coulait entre mes épaules en ruminant gracieusement. Il a déclaré : « Allah a réparti la part d’héritage à chacun. Ainsi, il est défendu de léguer quoi que ce soit à un héritier par testament. L’enfant s’apparente au lit, mais le débauché est privé de jouir des biens de ce dernier. Vous savez, l’individu qui s’apparente à un autre que son père ou l’esclave qui s’affilie à d’autres propriétaires dans l’intention de les renier, encoure la malédiction d’Allah, des anges, et de tous les hommes. Allah n’acceptera de lui ni change ni compensation (ou aucun acte bénévole ni obligatoire). » Mousned Ahmed (186/4), Sounan ibn Madja (2712).; el Albani - Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans Sahih el Jami’ (1794).

 

En outre, il a expliqué que la vie était éphémère, et qu’elle passait vite. Il a donc averti de ne pas se laisser abuser, au moment de sa déclaration à la foule peu avant le coucher du soleil, alors qu’il se tenait encore à ‘Arafat : « O gens ! Il ne reste de la durée de cette vie d‘ici-bas que comme la durée qu’il reste aujourd’hui avant la nuit. » Mousned Ahmed (133/2), selon ‘Abd Allah ibn ‘Omar - qu’Allah l’agrée -; l’auteur de sa recension a précisé : sa chaîne narrative est authentique en étant soutenue par d’autres.

 

Il a préconisé aux gens de rester calmes. En faisant preuve de bienveillance, ils ne devaient pas se bousculer. En partant de ‘Arafat, en effet, il a dit : « O gens ! Restez calmes et sereins ! » Sounan E-Nassaï (3018), selon Ousama ibn Zaïd - qu’Allah l’agrée - ; el Albani - Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans Sahih Sounan e-Nasaï (2/346).

 

Lorsque la foule s’est attroupée aux colonnes de lapidation, il a exhorté : « O gens ! Ne vous entretuez pas. Lorsque vous jetez, faites-le avec de petits cailloux. »Mousned Ahmed (276/6), Sounan Abou Dawoud (1966), selon Oum Joundoub el Azdiya - qu’Allah l’agrée - ; el Albani - Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans Sahih el Jami’ (1794).

 

Il a aussi mis en garde la communauté contre l’épreuve de l’antéchrist, sans oublier de faire sa description. Dans les deux recueils authentiques, selon ‘Abd Allah ibn ‘Omar (radiya Allahou `anhou) : « Nous parlions du Pèlerinage de l’Adieu alors que le Prophète était parmi nous, sans vraiment savoir ce qu’est le Pèlerinage de l’Adieu, au moment où il prit la parole pour louer le Seigneur et Lui faire les éloges. Il parla alors longuement de l’Antéchrist. Il mentionna : Allah n’a pas envoyé de Prophète sans que ce dernier ne mette son peuple en garde contre lui. Noé a mis en garde contre lui et les prophètes après lui. Il va sortir parmi vous. Tous ce que vous pouviez ignorer de lui, vous est dévoilé. Votre Seigneur n’est pas borgne tandis que l’Antéchrist est borgne de l’oeil droit qui ressemble à un raisin flétri… » L’Authentique d’el Boukhari (4402) l’énoncé lui revenant, et L’Authentique de Mouslim (169).

 

Il a donné bien d’autres immenses recommandations, des morales éloquentes, et des orientations pertinentes servant de conseil à sa communauté et pour expliquer la religion.

 

Qu’Allah le récompense au nom de sa communauté de la meilleure et de la plus belle des façons ! Qu’Allah, Ses anges, et les vertueux parmi Ses créatures prient sur lui et le saluent amplement .

 

Prêches et Sermons Extraits du Pèlerinage de l’Adieu

Ecrit par : ‘Abd er-Razzâq ibn ‘Abd el Muhsin el Badr

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents