Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Règles et signification du jeûne

Publié par Baladislam sur 14 Août 2011, 22:01pm

Catégories : #Le Jeûne et Ramadan

fond islam (188)

 

Chers savants, que la paix soit sur vous. Le mois béni de Ramadân approchant, pourriez-vous nous éclairer sur la signification, le but et les règles de base concernant le jeûne ? Que Dieu vous récompense.

 

Réponse du Docteur Muzammil Siddîqî

(ancien Président de la Société Islamique d’Amérique du Nord.)

 

1. Qu’est-ce que le jeûne ?

Le jeûne est appelé sawm dans le Coran. Le mot sawm signifie littéralement le fait de s’abstenir. Dans la sourate 18 intitulée Marie, Dieu nous raconte que Marie, la mère de Jésus, dit :

 

« "Assurément, j’ai voué un jeûne (sawm) au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain". » Sourate 18, Marie, Maryam, verset 26.

 

Le sens de ce verset est : « J’ai voué de m’abstenir de parler aujourd’hui à n’importe qui ». Au sens de la Loi islamique, le mot sawm signifie le fait de s’abstenir de toutes les choses interdites pendant le jeûne entre l’apparition de l’aube et le coucher du soleil, avec l’intention effective de jeûner.

 

2. Le but du jeûne

Le Coran dit :

 

« Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux qui vous ont précédé ; ainsi atteindrez-vous la piété » Sourate 2, la Vache, Al-Baqarah, verset 185.

 

La piété (taqwâ) est un terme spirituel et éthique primordial dans le Coran. Il rassemble l’intégralité de la spiritualité et de l’éthique musulmanes. C’est une qualité du croyant à travers laquelle celui-ci garde toujours Dieu à l’esprit. Une personne pieuse aime faire le bien et évite le mal, pour l’amour de Dieu. La taqwâ est une piété, une rectitude et une conscience vivante vis-à-vis de Dieu. La taqwâ requiert de la patience et de la persévérance. Le jeûne enseigne justement la patience, et c’est avec cette patience que l’on peut se hisser jusqu’au stade de la piété.

 

Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - dit que le jeûne est un bouclier. Il protège en effet la personne du péché et des désirs libidineux. Lorsque les Apôtres interrogèrent Jésus sur la manière de repousser les esprits maléfiques, celui-ci leur aurait répondu : « Mais cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne. » Évangile de Matthieu, chapitre 17, verset 21.

 

Selon l’Imâm Al-Ghazalî (mort en 1111), le jeûne produit chez l’être humain quelque chose qui a trait à la qualité divine de la samadiyyah, en ce sens que le jeûne le libère de la dépendance. L’Imâm Ibn Al-Qayyim (mort en 1350) considérait le jeûne comme un moyen de délivrance de l’esprit humain des griffes du désir, permettant ainsi à la modération de dominer l’aspect charnel de l’homme. L’Imâm Shâh Waliyullâh Ad-Dahlawî (mort en 1762) considérait le jeûne comme un moyen d’affaiblir l’élément animal de l’homme et de renforcer son élément angélique. Mawlânâ Al-Mawdûdî (mort en 1979) soutenait que le jeûne pendant un mois entier chaque année entraîne l’individu musulman et la Communauté musulmane dans son ensemble dans le chemin de la piété et de la maîtrise de soi.

 

3. Le jeûne est obligatoire

Durant la deuxième année de l’Hégire, les Musulmans reçurent l’ordre de jeûner chaque année le mois de Ramadân. Le Coran dit :

 

« Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux qui vous ont précédé ; ainsi atteindrez-vous la piété » Sourate 2, la Vache, Al-Baqarah, verset 183.

 

Dieu ajoute ensuite :

 

« Le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été révélé comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il le jeûne ! »

 

En outre, le Prophète Muhammad - paix et bénédictions sur lui - expliqua cela dans un certain nombre de récits rapportés dans les ouvrages de Hadith. L’Imâm Al-Bukhârî et l’Imâm Muslim rapportent ainsi d’après Ibn `Umar que le Messager de Dieu dit : « L’Islam est fondé sur cinq piliers : l’attestation qu’il n’y a de dieu que Dieu et que Muhammad est le Messager de Dieu, l’accomplissement de la prière, l’acquitation de l’aumône légale, l’accomplissement du pèlerinage au Sanctuaire Sacré et le jeûne du mois de Ramadân ».

 

La Communauté musulmane considère ainsi unanimement que le jeûne du mois de Ramadân est obligatoire pour toute personne apte à l’observer.

 

4. Règles du jeûne

 

A. Qui doit jeûner ?

 

Le jeûne du mois de Ramadân est obligatoire pour tout Musulman, homme ou femme, adulte (c’est-à-dire ayant atteint l’âge de la puberté), sain d’esprit, et n’étant ni malade ni en voyage.

 

Si la maladie est temporaire, de sorte que la personne espère s’en rétablir rapidement, alors elle est autorisée à ne pas jeûner durant sa maladie, mais doit jeûner ultérieurement après le Ramadân pour compenser les jours manqués. Les personnes atteintes de maladies incurables et qui n’espèrent pas de rétablissement sont également autorisées à ne pas jeûner, mais elles doivent payer une compensation, c’est-à-dire qu’elles doivent offrir, pour chaque jour manqué, les repas d’une journée à une personne indigente. Il est aussi permis de verser la valeur monétaire de ces repas à la personne indigente. Les femmes en période de menstrues ou en période de couches ne sont pas autorisées à jeûner, mais elles doivent rattraper les jours manqués après le Ramadân. Les femmes enceintes ou qui allaitent peuvent reporter leur jeûne, après le Ramadân, si elles éprouvent de la difficulté à jeûner.

 

Selon la Loi islamique, un voyage est un déplacement hors de la ville de résidence d’une distance minimale de 80 kilomètres. C’est également à partir de cette distance qu’il est permis de raccourcir les prières. Le voyage doit avoir des motifs valables. Il est en effet interdit de voyager pendant le Ramadân uniquement pour ne pas avoir à jeûner. Le Musulman devrait essayer de modifier son agenda durant le Ramadân, afin de pouvoir jeûner et de ne voyager que si cela est nécessaire. Le voyageur qui manque des jours du Ramadân doit les rattraper ultérieurement après le Ramadân aussitôt que possible.

B. Jeûner conformément à la Sunnah

 

1. Prendre le suhûr, qui est un repas avant l’aube. Il est recommandé de prendre ce repas, en raison de la grande récompense et de la bénédiction qu’il apporte. L’heure idéale pour le suhûr est la dernière demi-heure avant l’aube et la prière de l’aube.

 

2. Prendre le iftâr, qui est le repas de rupture du jeûne, immédiatement après le coucher du soleil, sans tarder. Pour la Loi islamique, le soleil se couche lorsque le disque solaire disparaît complètement à l’horizon.

 

3. S’abstenir durant le jeûne de toutes les paroles et les actions mauvaises : ne pas se quereller, ne pas se disputer, ne pas dire de gros mots, bref ne rien faire qui soit interdit. Il faut essayer d’observer une discipline morale et éthique, à côté de l’entraînement et de la discipline physique imposée par le jeûne. Il ne faut pas non plus montrer qu’on jeûne en n’arrêtant pas d’en parler, ou en attirant l’attention sur les lèvres sèches et sur l’estomac vide, ou encore en arborant une mauvaise mine. La personne qui jeûne doit être une personne agréable, de bon esprit et de bonne humeur.

 

4. Durant le jeûne, il convient de faire des actes de charité et de bonté pour les autres, tout comme il est souhaitable d’augmenter ses œuvres de culte et de lire davantage le Coran. Chaque Musulman devrait s’efforcer de compléter au moins une fois la lecture de tout le Coran pendant le mois de Ramadân.

 

C. Les choses qui invalident le jeûne

 

Il faut éviter de faire toute chose susceptible d’invalider le jeûne. Les choses qui invalident le jeûne et qui requièrent le qadâ’, c’est-à-dire que l’on refasse les jours invalidés, sont les suivantes :

 

1. Manger, boire ou fumer délibérément, ce qui inclut la prise de substances non-nourrissantes aussi bien par la bouche, par le nez que par l’anus (les suppositoires par exemple).

2. Vomir délibérément.

 

3. Le début de la période des règles ou de la période des couches, même si elles ont lieu au dernier moment, juste avant le coucher du soleil.

4. L’éjaculation conséquente à une excitation sexuelle due à un baiser ou à une étreinte, etc.

5. Manger, boire, fumer ou avoir des relations sexuelles après l’aube, en croyant que l’heure de l’aube n’est pas encore arrivée. Pareillement, s’engager dans ces actes avant le coucher du Soleil, en croyant que l’heure du coucher du Soleil est déjà arrivée.

Les rapports sexuels pendant le jeûne sont interdits et constituent un grand péché. Ceux qui s’y adonnent pendant le jeûne doivent refaire le jeûne des jours qui auront été invalidés et expier leur faute en jeûnant soixante jours supplémentaires après le Ramadân, ou en nourrissant soixante indigents pour chaque jour qu’ils auront invalidé. Selon l’Imâm Abû Hanîfah, manger et/ou boire délibérement durant le jeûne entraînent le même rattrapage et le même rachat.

 

D. Les choses qui n’invalident pas le jeûne

 

Pendant le jeûne, les choses suivantes sont permises :

 

1. Prendre un bain ou une douche. Si de l’eau est avalée involontairement, elle n’invalide pas le jeûne. Pour la plupart des juristes, il est également permis de pratiquer la natation durant le jeûne, mais il faut éviter en revanche la plongée, car il y a là des risques que de l’eau pénètre dans l’estomac par la bouche ou par le nez.

2. Utiliser du parfum, porter des lentilles de contact ou utiliser des gouttes pour les yeux.

3. Prendre des injections ou faire des tests sanguins.

 

4. Utiliser le miswâk ou la brosse à dents (même avec du dentifrice) et se rincer la bouche ou les narines avec de l’eau, pourvu que cela soit fait modérément, pour éviter d’avaler de l’eau.

5. Manger, boire ou fumer involontairement, c’est-à-dire que la personne oublie qu’elle est en train de jeûner. Mais elle doit s’arrêter sitôt qu’elle se rappelle, puis reprendre normalement son jeûne.

6. Si une personne dort pendant la journée et qu’elle a des « rêves mouillés » On entend par « rêve mouillé » tout rêve érotique accompagné d’une pollution, son jeûne n’est pas rompu. De plus, si une personne a un rapport sexuel pendant la nuit et qu’elle n’a pas pu prendre son bain rituel avant l’aube, elle peut quand même jeûner et prendre son bain plus tard. Les femmes dont les règles s’arrêtent durant la nuit peuvent jeûner le lendemain même si elles n’ont pas encore pris le bain rituel. Dans tous ces cas, le bain est nécessaire, mais le jeûne reste valide même si le bain n’a pas encore été pris.

7. S’embrasser entre mari et femme est autorisé pendant le jeûne, mais il vaut mieux éviter afin de ne pas se laisser entraîner plus loin et commettre ce qui est interdit pendant le jeûne.

 

E. Choses requises pour la validité du jeûne

 

Le jeûne doit essentiellement vérifier deux conditions pour être valide :

 

1. L’intention de jeûner. Il faut avoir l’intention sincère de jeûner pour Dieu, chaque jour, avant l’aube. L’intention n’a pas besoin d’être formulée expressément par des mots, mais elle doit être acquise sincèrement dans le cœur et dans l’esprit. Certains juristes sont d’avis que l’intention peut être faite une seule fois pour tout le mois, et n’a pas besoin d’être refaite chaque jour. Il est néanmoins préférable de réaffirmer son intention chaque jour afin de profiter pleinement du jeûne.

2. S’abstenir de l’aube jusqu’au coucher du soleil de tout ce qui invalide le jeûne. Ce point a été détaillé précédemment.

source islamophile.org

Traduit de l’anglais du site Islamonline.net.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents