Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Témoignages sur l'Importance du Sentiment de Foi

Publié par Baladislam sur 10 Octobre 2011, 22:02pm

Catégories : #La foi en Islam

fond islam (19)

 

Certains contemporains ont souligné l'importance du sentiment fort de foi et son influence sur la personnalité du musulman, citons, ci-après les paroles de quelques-uns d'entre eux :

 

1- Abou al-Hassane an-Nadawil , qu'Allah l'accueille dans Sa miséricorde, dit :

 

« L'être humain n'est ni un esprit abstrait, ni une créature inerte qui se soumet à la loi ou à une volonté imposée, ni un appareil fonctionnant selon une règle connue, sur une voie bien tracée. L'être humain est esprit et coeur, croyance et sentiment, obéissance et soumission, passion et ardeur, amour et tendresse, et c'est en cela que réside le secret de sa grandeur, de son honneur et de sa dignité. En réalité, le secret de la force de l'être humain, de son génie, de sa créativité et de son dévouement, ne réside que dans ces caractéristiques hétérogènes de la nature humaine. C'est ce qui lui donne la force de surmonter les problèmes et les difficultés, et l'amène à faire des merveilles. En somme, ce sont ces caractéristiques qui confèrent à l'être humain l'aptitude de supporter la charge du dépôt d'Allah, que les cieux, la terre et les montagnes, se sont désistés à supporter. Cette aptitude a promu l'être humain à un rang jamais égalé ni par les anges et ni par les animaux, et idem pour les autres corps solides. »

 

Plus que des liens juridico administrative, qui consistent à observer des recommandations et s'acquitter de certains devoirs, les liens entre l'être humain et son Créateur, sont des liens de tendresse et d'amour intense.

 

Il est dit dans le Coran :

 

Or les croyants sont les plus ardents en l'amour d'Allah (AI-Baqara: 165)

 

Et aussi:

 

Dis: ''Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu'Allah, Son messager et la lutte dans le sentier d'Allah, alors attendez qu'Allah fasse venir Son ordre. Et Allah ne guide pas les gens pervers" (At-Tawba : 24)

 

Allah, qu'Il soit Exalté, mentionne Ses Prophètes et Messagers et souligne leur amour, leur tendresse et leur dévouement. Il dit du Prophète YahYa, paix sur lui :

 

Nous lui donnâmes la sagesse alors qu'il était enfant, ainsi que la tendresse de Notre part et la pureté. Il était pieux (Mariyam: 12-13)

 

La conduite du Prophète Ibrahim face à l'injonction divine d'immoler son fils reste un cas d'école en matière d'amour et de préférence d'Allah par rapport à tout autre chose. N'eut été l'intervention d'Allah, Exalté soit-Il, Abraham aurait immoler son fils qu'il aimait tant, pour se conformer à la recommandation faite auparavant par Allah.

 

Il est dit dans le Coran :

 

''O Ibrâhîm ! Tu as confirmé la vision. C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants'': C'était là certes, l'épreuve manifeste. (As sâffât : 104-106)

 

Ibrahîm est décrit comme suit :

 

Îbrâhîm était, certes, longanime, très implorant et repentant (Houd: 75) »

 

«Ô héritier de l'unicité islamique! Ton discours n'a plus rien d'attrayant et tes œuvres n'inspirent plus le respect aux autres. Et pourtant, auparavant, ton simple regard désapprobateur donnait des frissons et inspirait une peur bleue. Mais hélas, de nos jours, ayant perdu ton âme et ton attrait, tu es devenu complètement insignifiant. Certes, les musulmans ne sont plus qu'un corps sans vie et leurs rangs sont loin d'être serrés et leurs coeurs sont devenus désunis et perturbés. Leurs prosternations sans goût est la preuve tangible de leur manque de bienveillance.»

 

Il dit aussi, pour montrer l'importance du sentiment fort de foi:

 

«Il faut que l'esprit, la science et le coeur soient couvés et dirigées par l'amour, et il faut qu'ils aident la religion et l'abreuvent en sentiment fort de foi, et en amour émanant des tendres coeurs des croyants. Si la religion est dénuée de ces sentiments et d'amour, elle se réduira à un ensemble de rites, de positions et de prescriptions sans vie et sans esprit, sans enthousiasme ni force ... »

 

Il dit aussi :

 

«Quoique le savant religieux qui· ne se fait aucun souci, pourrait jouir d'un esprit perspicace, il va de soi qu'il est un être insensible. Raison pour laquelle, je renonce à sa compagnie car il a une science sans soucis et il est une terre sacrée sans Zamzam. »

 

Cheikh Abou al-Hassane an-Nadawî explique cette parole en ces termes :

 

« Mohammad Iqbâl a assimilé le savant à la terre d'al-Hijâz dans laquelle se trouve la Mecque, car il a un grand esprit et beaucoup de sciences, mais malheureusement ce n'est qu'un désert, et des montagnes arides, qui, sans le puits Zamzam et la valeur de la Mecque, ne valent rien. Ô combien est pauvre le savant religieux qui a beaucoup de sciences, une langue éloquente, un esprit éveillé mais pas de larmes dans ses yeux, pas de passion dans son coeur. De la terre sacrée, il prend les caractéristiques d'aridité et de dureté, mais il omet de faire siennes, les caractéristiques de la rosée et de l'humidité qui sont indissociables de la terre sacrée. »

 

3- Sa'îd Hawwi , qu'Allah accueille dans Sa miséricorde, dit:

 

« Nous vivons à une époque matérialiste, nous devons l'affronter par une pensée équivalente et une haute vivacité spirituelle. Nous vivons à une époque de passions, nous devons l'affronter par un désir spirituel select »

 

Il dit par ailleurs :

 

«Notre époque est une époque de passion, de lubies et de matérialisme. Nous avons pour devoir de lutter contre ces aspects néfastes par des moyens adéquats et efficaces. Nous ne saurions nous contenter de discours face aux problèmes crucial des passions démesurées. Créer un environnement sain et inculquer une bonne éducation, sont les seuls moyens de freiner ces passions démesurées qui envahissent nos sociétés.

 

De même, nous commettrions une faute grave, si nous nous bornons à lancer des discours pour lutter contre le matérialisme. Pour arriver à bout du matérialisme galopant, il faut développer les sentiments et les sensations de foi, usant pour cela de tous les moyens de communication disponibles.

 

Enfin, l'on ne saurait lutter contre l'indiscipline et l'insoumission dans nos sociétés qu'en exhortant les gens à la crainte d'Allah et à l'observation des bonnes moeurs. »

 

4- Cheikh al-GhazâIf, qu'Allah l'accueille dans Sa miséricorde, dit :

 

«Bien que l'Islam soit une religion basée sur l'esprit, acceptant largement la bonne pensée et appelant les gens à se lier matériellement et moralement avec l'univers par l'action et la méditation, il est aussi une religion qui a des relations très fortes avec le coeur éveillé et les sentiments, il fait de la croyance un sentiment fort d'amour, de bienfaisance, et une vue perspicace et adroite.

 

L'Islam en réalité, n'est pas une théorie scientifique ou économique, ni une pensée qui ignore le Transcendant. C'est plutôt une religion qui préconise un coeur largement ouvert, illuminé par son amour et son attachement au Créateur de l'univers, dont il observe constamment les enseignements. Ce coeur devra toujours aimer le bien et détester le mal, autrement dit, il devra soutenir tout ce qui est bon et lutter contre tout ce qui est mauvais...

 

Sachant ce à quoi l'Islam exhorte, l'on devrait trouver aisément la réponse aux deux questions ci-après : Comment faire de la connaissance d'Allah une sensation délicieuse qui adouci les âmes et purifie les coeurs ? Que peut-on faire pour accroître le désire des individus d'être auprès de leur Seigneur? Ce désire qui amènerait ces individus à obéir de plein gré à leur Seigneur qu'ils chercheraient à satisfaire pour obtenir son approbation. »

 

Cheikh al-Ghazâlî, qu'Allah l'accueille dans Sa miséricorde, dit d'autre part : « La religion n'est pas que prescription sèche et ordres sans vie, c'est plutôt une chose qui fait mouvoir les coeurs par l'ardeur et l'envie, poussant le musulman à obéir à Allah en disant:

 

Et je me suis hâté vers Toi, Seigneur, afin que Tu sois satisfait. (Tâhâ: 84)

 

Pourrait-on trouver une autre explication à la sensation de facilité que les croyants éprouvent dans leur observation des recommandations divines? » Al-Djânib al- 'Âtifi Mina al-Islâm, p6.

 

L'imam al-Ghazâlî explicita ces dires en mentionnant deux types de personnes en ces termes :

 

«Un type de personnes dont les coeurs sont remplis d'un sentiment chaleureux, un amour profond d'Allah, et un amour bien évident du Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur lui). Mais hélas, parallèlement à ce sentiment, ces personnes font montre d'une carence criarde de connaissance des prescriptions du Coran et de la sunna. Ces personnes compensent leur carence en manifestant un excès de fanatisme et de zèle dans la défense du peu qu'elles ont pu apprendre. Pour eux la vérité se trouve exclusivement dans ce qu'ils avancent.

 

Nous trouvons un autre type de personnes qui font montre d'intelligence, de savoir et d'éloquence. Ils voient juste dans la majorité des prescriptions légales, ils accomplissent les rites de façon acceptable, mais leurs sentiments sont froids et leurs coeurs sont durs. Ils espèrent toujours voir autrui commettre des fautes. J'ai pu contempler .ces deux types de personnes de très près et je fus très irrité par l'ignorance de ceux du premier type qui avaient le bon sentiment de foi, par leur attachement aux mythes, leur incapacité à assimiler les prescriptions divines dont les arguments sont bien clairs, et leur résignation à un amour passif et insouciant.

 

Quant à ceux du deuxième type, j'étais irrité de les voir s'enorgueillir de leurs connaissances sans accorder la moindre importance aux fléaux qui rongent leurs coeurs. Leurs actes dénotent d'une carence criarde d'attachement à Allah et ils ne font guère preuve de compassion envers le créatures d'Allah.

 

Ibn al-Qayyim eut à se plaindre de certains de ces enseignants, muftis et juges qui avaient un tempérament sec, un coeur dur bien que leur habileté théorique dans le domaine de la science soit impeccable»

 

Cheikh al-Ghazâlî (qu'Allah accueille dans Sa miséricorde) dit aussi :

 

« Nous avons reçu le Fiqh de la prière, nous avons appris quelques dizaines de ses règles (Farâ 'if!.), plus d'une cinquantaine de ses règles complémentaires (Sonanes) durant une longue période, malgré cela, nous n'avons rien perçu de l'essence de la prière, de l'humilité face à Allah, nous n'avons rien appris sur la grandeur éblouissante qui devait submerger nos coeurs. Nous avons étudié la forme avec précision et nous avons assimilé beaucoup de défmitions et de règlements mais l'essence de la prière ne fut traité que brièvement par quelques rares enseignants pieux, et ce n'est pas cela l'essence de la religion d'Allah »

 

C'était-là quelques dires montrant l'influence du fort sentiment de foi et son importance dans la vie des croyants...

 

Je les ai cités en détails car ils sont beaux et forts sans oublier que ce sujet du sentiment de foi exige des paroles sentimentales et non une démonstration dialectique.

 

Tiré du livre Le Sentiment de foi

Dr Mohammad Moussa Ach Charif

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents