Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Les preuves claires de l’interdiction de la mixité entre les hommes et les femmes selon le Qor’an et la Sounna

Publié par Baladislam sur 24 Juin 2012, 22:01pm

Catégories : #Rappels sur les pêchés

fond article femme (38)

 

La louange appartient à Allah et que la prière et le salut d’Allah soient sur son Prophète, ainsi que sur ses compagnons et tous ceux qui lui seront alliés.

 

Depuis quelques temps, des personnes ont commencé à dire que la mixité entre les hommes et les femmes est permise et ils ont donc créé une bid‘a nouvelle : « la mixité islamique ». Nous allons donc exposer, inch’Allah, pour vous les preuves et les arguments des savants de l’Islam qui suivent le Qor’an et la Sounna.

 

Le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a laissé les Sahaba sur la religion de façon à ce que tout soit clair. Ils n’ont fait que suivre les commandements d’Allah et du Messager par la suite, sans rajouter ni enlever quoi que ce soit à la religion complète et parfaite d’Allah. Ni les Sahaba, ni les Tabi‘in et ni ceux qui les ont suivit dans le bien par la suite n’ont eu besoin d’écrire des livres sur le véritable hijab (le niqab) ou sur la mixité ou sur d’autres sujets de ce genre ; car ils pratiquaient ces principes de l’Islam sans problème et ne remettaient jamais en question les ordres d’Allah et de son Messager (salla Allahou ‘alayhi wa salam). C’est uniquement lorsque des égarés et des ignorants (et ils sont très nombreux de nos jours) se mettent à nier ce qui est clair et à appeler les gens à se détourner de la guidance que les savants prenaient leur plume pour écrire des réfutations et des explications sur ces différentes questions dans le but de protéger la Oumma de l’égarement et de la déviation de ces gens égarés. C’est donc sur les preuves du Qor’an et de la Sounna ainsi que les explications des savants phares de la Oumma parmi les salafs, que nous avons bâtit les arguments qui vont suivre. Puisse Allah nous apporter le succès car le succès ne vient que d’Allah.

 

1) Le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a séparé les hommes des femmes dans le meilleur endroit : La mosquée.

 

Pour commencer, il est important de comprendre que la Chari‘a a établi les règles, a interdit la mixité et a séparé les hommes des femmes dans la mosquée et dans la société en général. Cela dans le but de limiter la tentation, les pêchés, l’adultère, la fornication, de protéger l’honneur des familles et des individus et d’éloigner les musulmans de toute forme de mal. Ce principe est clairement expliqué pour tous les lieux publics et en particulier dans l’endroit qui est le meilleur endroit sur terre aux yeux d’Allah, c'est-à-dire la mosquée. Le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) l’a dit très clairement dans le hadith authentique rapporté par l’Imam at-Tabarani dans son livre "al-Kabir", ainsi que par l’Imam al-Hakim dans son livre "al-Moustadrak, selon ibn ‘Omar le Messager d’Allah a dit : « Les meilleurs endroits sont les mosquées, tandis que les pires endroits sont les marchés » (Hadith # 3271, Sahih al-Jami‘ as-Saghir)

 

Ce hadith nous montre que la mosquée est le meilleur endroit sur terre, et cela n’est pas surprenant car c’est l’endroit où les croyants se réunissent uniquement dans le but de se rappeler d’Allah, de Le glorifier et d’étudier Sa religion. Il est clair que c’est un endroit où les gens sont plus près d’Allah et d’où les diables s’éloignent, et où les tentations sont moindres qu’ailleurs. Malgré cela, on constate que le Prophète (salla Allahou ‘alayhia wa salam) a incité les femmes à prier dans leur maison plutôt qu’à la mosquée, et il a dit que la prière de la femme dans sa maison a plus de valeur que sa prière dans la mosquée. Cela est clairement expliqué dans un hadith authentique rapporté par l’Imam Ahmad, l’Imam at-Tabarani dans "al-Kabir" et l’Imam al-Bayhaqi dans son Sounan, selon Houmayd, le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a dit en s’adressant aux femmes : « Votre prière à la maison est meilleure que votre prière à la mosquée » (Hadith # 3844 Sahih al-Jami‘ as-Saghir)

 

Donc même si la femme a le droit de prier dans la mosquée avec la permission de son mari, comme cela est prouvé dans un autre hadith authentique, le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a fait savoir aux femmes que leurs prières à l’intérieur de leur maison est préférable pour elle que leur prière dans les mosquées.

 

L’Imam al-Boukhari a rapporté dans son livre que la mère des croyants, ‘Aïsha, une parmi les plus grande savante de l’Islam a dit : « Si le prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) avait vu ce que les femmes ont changé (après lui), il leur aurait interdit de sortir pour prier à la mosquée, tout comme les femmes des enfants d’Israël ont été interdites de le faire » (Hadith #869)

 

L’Imam Ibn Rajab al-Hanbali écrit dans son commentaire de Sahih al-Boukhari –Fath al-Bari– au sujet de cette de parole de ‘Aïsha : « ‘Aïsha veut faire allusion au fait que le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) donnait certaine permission dans certain cas, en partant du principe que les désordres et la corruption n’étaient pas répandus. Puis le désordre est apparu après lui. S’il avait vu ce qui est apparu après, il n’aurait pas continué à donner cette permission ; il l’aurait en fait interdit, car il n’ordonne que ce qui amène le bien et interdit la corruption. »

 

C’est pour cela aussi que la prière en commun le vendredi (salatoul-Joumou‘a) n’est pas obligatoire pour les femmes, mais uniquement pour les hommes.

 

De plus, le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) avait destiné une porte uniquement pour les femmes dans sa mosquée, pour éviter que les hommes et les femmes se mélangent en entrant et en sortant. L’Imam Abû Dawoud a nommé un des sous chapitre de son Sounan par le titre suivant : (17-chapitre : écarter les femmes des hommes dans les mosquées), puis il mentionne le hadith ou le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) désigne une porte uniquement pour les femmes : Ibn ‘Omar a dit : « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Si nous laissions cette porte aux femmes ? » Nafi dit : « Ibn ‘Omar n’est pas passé par ladite porte jusqu’à sa mort ».(Hadith #462).

 

Le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a également déclaré dans un hadith authentique rapporté par l’Imam Mouslim et d’autres, selon Abû Houraïra qu’il a dit : Le Messager d’Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Les meilleurs rangs pour les hommes (dans la prière) sont les premiers rangs, et les pires sont les derniers ; et les meilleurs rangs pour les femmes (dans la prière) sont les derniers rangs et les pires sont les premiers. » (Hadith #440)

 

Cela encore une fois dans le but d’éloigner le plus possible les hommes des femmes dans les mosquées.

 

Le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) restait assis un moment après la prière avec les autres hommes dans le but de laisser le temps aux femmes de sortir pour éviter que les hommes et les femmes se mélangent sur la route. Cela est rapporté par l’Imam al-Boukhari selon Umm Salama : « Le Prophète d’Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam) après la fin de la prière, laissait se lever les femmes et restait à sa place durant un moment avant de se lever. » Ibn Shibab a dit : « on voyait -Allah sait mieux- que c’était pour laisser le temps aux femmes de s’en aller, avant que ne les rattrape ceux qui sortaient par la suite parmi les hommes. » (Hadith #849)

 

Même à la mosquée al-Haram de Makkah, le meilleur endroit sur terre, les femmes et les hommes ne doivent pas se mélanger. L’Imam al-Boukhari rapporte qu’Ibn Jouraij a dit : « ‘Ata m’a raconté que lorsqu’Ibn Hisham (un des Emirs de Makka) interdit aux femmes d’accomplir le Tawaf avec les hommes, il lui dit : "Comment voudrais-tu leur interdire cela, alors que les femmes du Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) faisaient le Tawaf avec les hommes ?" "Etait-ce avant la révélation du verset du Hijab (sourate al-Ahzab, verset 59), lui demandai-je, ou après ?" Il dit : "Certes, par ma vie, j’ai vu cela après la révélation de ce verset !" Je dis : "Comment pouvaient-elles être mêlées aux hommes ?" Il dit : "Elles ne se mêlaient pas aux hommes. ‘Aïsha faisait le Tawaf à l’écart des hommes, elle ne se mélangeait pas à eux." »

 

On peut donc voir toutes les précautions que le messager d’Allah (salla Allhou ‘alayhi wa salam) avait prises dans le but d’éliminer toute mixité dans le meilleur des endroits ; la mosquée.

 

2) L’interdiction de la mixité ailleurs que dans le meilleur endroit : Les lieux publics en général.

 

Maintenant que nous avons vu à quel point l’Islam a interdit de façon très stricte pour les hommes et les femmes de se mélanger entre eux dans les mosquées d’Allah, il est maintenant très facile de démontrer que la mixité partout ailleurs est interdite de façon plus sérieuse encore. Les lieux de travail et tous les autres lieux publics, sont des lieux où les hommes et les femmes sont en général loin du rappel d’Allah et de la piété en comparaison avec les mosquées, ce qui démontre que la mixité dans ces lieux est plus propice à inciter les gens aux pêchés et à la perversité dans la société. C’est pourquoi le Prophète Mohammad (salla Allahou ‘alayhi wa salam) insistait pour interdire la mixité dans les rues en dehors de la mosquée.

 

L’Imam Abû Dawoud a rapporté dans son Sounan selon Hamza ibn Abi Asyad al-Ansari, selon son père qu’il a entendu le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) dire aux femmes alors qu’il sortait de la mosquée et que les hommes s’étaient mélangés avec les femmes sur le chemin : « Ecartez-vous, car il ne convient pas de vous approprier le milieu du chemin. Prenez plutôt les bords du chemin ». Depuis ce jour, les femmes marchaient en se collant aux murs et leurs vêtements s’accrochaient aux murs tellement elles s’y collaient. » (Hadith #5272)

 

Voilà comment les femmes musulmanes à l’époque de nos salafs appliquaient à la lettre les ordres du Messager d’Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam) sans aucune objection à cause de leur foi totale en Allah et en Sa révélation. Sobhana Allah ! Elles se collaient aux murs tandis que les femmes d’aujourd’hui marchent en plein centre des trottoirs ou des couloirs sans aucune gêne et se frottent aux hommes !

 

De plus Allah dit dans le Qor’an :

 

« Restez dans vos foyers » (Sourate al-Ahzab 33, verset 33)

 

Ibn Kathir dit : « « restez dans vos foyers » signifie : demeurez dans vos maisons et ne sortez pas sans nécessité. » (Tafsir 3/491)

 

Ce verset est clair et nous montre que les femmes doivent rester dans leur maison et ne doivent pas prendre l’habitude de rester dehors, car cela mène à beaucoup de mal. La femme peut toutefois sortir de sa maison pour une nécessité.

 

Et Allah dit :

 

« Et si vous leur demandez (aux femmes du prophète) un objet quelconque, demandez le leur derrière un rideau (hijab) : c’est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs… »

(Sourate al-Ahzab 33, verset 53)

 

L’Imam al-Qourtoubi a dit sur ce verset :

 

« Dans ce verset, Il y a la preuve qu’Allah a permis de leur demander (aux femmes du Prophète) derrière un rideau (hijab) pour une nécessité quelconque qui se présente ou pour poser une question dans la religion. Et toutes les femmes sont comprises par cela, selon ce qu’implique les base de la chari‘a, du fait que tout de la femme est ‘Awra »(Al-Jami‘ al-Ahkam al-Qor’an 14/227)

 

Il y a dans ce verset une réfutation de l’argument des gens qui se pensent purs de cœur et qui veulent faire croire qu’ils sont en total contrôle de leurs impulsions et de leurs désirs et qu’ils sont infaillibles de succomber à une forme quelconque de tentation. On voit ces gens se réclamant de l’Islam, qui ne craignent pas Allah, s’asseoir face à face et discuter de tout et de rien, comme le font les kouffar et qui disent : « On est suffisamment adulte pour pouvoir s’asseoir ensemble et discuter sans avoir d’arrières pensées » Sobhana Allah !

 

Voilà comment Shaytan égare les gens qui suivent leurs passions, le Diable leur a embellit leurs actions alors ils se sont perdus. Car si la séparation des hommes et des femmes était plus pur pour les cœurs des Sahaba et des femmes du Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam), alors il est clair que c’est plus pur pour les cœurs de ceux qui viennent après les Sahaba, qui sont plus loin qu’eux dans la pureté du cœur et dans la piété. Surtout lorsqu’on sait qu’Allah a dit au sujet de l’âme :

 

« Car l’âme est très incitatrice au mal, à moins que mon seigneur, par miséricorde, [ne la préserve du pêché]. »

(Sourate Youssouf 12, verset 53)

 

L’Imam at-Tirmidhi a rapporté dans "Jami‘" un hadith authentique selon ‘Abd Allah ibn Mas‘oud que le Prophète (salla Allahou ’alayhi wa salam) a dit : « La femme est une ‘awra, quand elle sort de chez elle, Shaytan (qu’Allah le maudisse) l’exploite (pour entrainer les gens au pêché). » (Hadith #1173)

 

Des savants ont expliqué ce hadith en disant que le Shaytan souffle dans le cœur de la femme lorsqu’elle sort : « Tu es belle. » « Tous les hommes te regardent. » « Aucun d’entre eux ne peut te résister. » Des paroles de ce genre pour inciter la femme à montrer son corps et ses atours aux hommes.

 

L’Imam ibn al-Qayyim al-Jawzya a expliqué ce qui concerne les femmes qui sortent de leur maison et qui ne respectent pas les règles de modestie de l’Islam, il dit : « Il est obligatoire au dirigeant d’interdire la mixité entre l’homme et la femme dans les marchés, dans les rues et dans les lieux publics où les hommes se réunissent. » L’Imam Malik ibn Anas a dit : « Je suis d’avis que le dirigeant doit interdire de laisser les jeunes filles s’asseoir auprès des artisans. En ce qui concerne la femme âgée, celle qui n’est pas blâmée de s’asseoir auprès d’eux, je ne vois rien de mal à cela. » Le dirigeant est donc responsable de cela et la tentation de la femme est grande. Le prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Je n’ai laissé, après moi, aucune fitna (tentation ou épreuve) plus dure pour l’homme, que la femme. » (Hadith authentique rapporté par al-Boukhari et Mouslim) Et dans un autre hadith il dit aux femmes : « A vous les bords de la route » Il (le dirigeant) doit interdire aux femmes de sortir enjolivées et embellies et il doit leur interdire de porter des vêtements qui les font paraître nues alors qu’elles sont habillées, comme les vêtements amples et légers. Il doit interdire aux femmes de parler aux hommes dans la rue et il doit interdire aux hommes de leur adresser la parole également. Et si le dirigeant voit qu’il est nécessaire de gâcher le vêtement de la femme avec de l’encre ou autre lorsqu’elle sort de sa maison et qu’elle se fait belle et jolie, certains savants ont dit que de faire cela est permis et ils ont eu raison à ce sujet. Et c’est le moindre des châtiments matériels qu’on peut administrer à ces femmes. Et il peut également emprisonner la femme quand elle sort trop souvent de sa maison, surtout si elle sort en se faisant belle. En fait, laisser les femmes (sortir ainsi) signifie qu’on les aides dans le pêché et dans la désobéissance, et Allah demandera compte au dirigeant pour cela. Et le chef des croyants, ‘Omar ibn al-Khattab a interdit aux femmes de marcher sur le chemin des hommes et de se mélanger à eux sur le chemin, et le dirigeant doit suivre son exemple en cela. Al-khallal a même dit dans son jami‘ : Mohammad ibn Yahya al-Kahhal m’a informé qu’il a dit a Abû ‘Abd Allah (c'est-à-dire l’Imam Ahmad ibn Hanbal) : « si Je vois un homme mauvais avec une femme (que dois je faire) ? » il répondit : « Crie sur lui. (…) » Et il n’y a pas de doute que permettre aux femmes de se mélanger aux hommes est la base de tous les malheurs et de tout mal. C’est une des plus grandes causes pour la descente des châtiments généralisés. De même que c’est parmi les causes de la corruption sur le plan public et privé. Et la mixité entre les hommes et les femmes est une cause de l’augmentation de la fornication et des pêchés et également une cause des grandes calamités et des épidémies généralisées. » [At-Tourouq al-Hikmiya fi as-Siyasat ach-Char‘iya. p.217-218]

 

Cette citation de l’Imam ibn al-Qayyim vient de détruire l’idée des gens ignorants qui croient que les hommes et les femmes sont libres de vivre selon leurs passions et que se mélanger entre hommes et femmes est Halal et que les femmes qui ne se voilent pas ont le droit de ne pas le faire et qu’elles ne sont pas punies quand elles ne se couvrent pas selon les règles de la chari‘a.

 

3) Les règles de la Chari‘a qui aident a séparer les hommes des femmes.

 

On compte parmi les meilleurs moyens de stopper la mixité dans la société : le hijab selon les règles de la chari‘a. Et nous spécifions selon les règles de la chari‘a, car actuellement, les femmes ont dévié du sens réel du hijab. Ce n’est pas non plus un hasard de voir que les femmes qui acceptent la mixité entre les hommes et les femmes sont parmi les plus légères au sujet du hijab et qui sont les plus éloignés des conditions établies par Allah et Son Messager dans ce sujet. Comment des femmes qui portent des pantalons et des vêtements moulants, et des petits foulards serrés sur la tête peuvent-elles penser une seule seconde que ce genre de vêtement pervers et impudique puisse être décrit comme étant un hijab islamique ? Ce genre de pantalon est haram même pour les hommes, car il décrit les formes de la ‘awra, alors que dire de ces vêtements pour les femmes ! C’est une des grande bid‘a de ce siècle que l’on doit aux gens de bid‘a parmi la secte des "Ikhwan al-Mouslimin". Les femmes qui portent ce genre de vêtement n’ont aucune récompense pour le foulard qu’elles portent car une action ne sera acceptée que si cette action remplie deux conditions :

 

-1) l’action doit être faite avec sincérité, uniquement pour recevoir l’agrément d’Allah.

-2) l’action doit être en accord avec toute règle de la chari‘a ou en accord avec le Qor’an et la Sounna.

 

Si une de ces conditions n’est pas respectée, l’action n’a aucune valeur pour Allah. Il est triste que beaucoup de personnes se réclamant de l’Islam ignorent ce point fondamental.

 

Voici donc les conditions du hijab islamique selon les règles de la chari‘a :

- Le hijab doit couvrir tout le corps, y compris le visage et les mains.

- Le hijab ne doit pas être transparent ou trop mince, de manière à ce que la peau ou les membres ne soient pas visible.

- Le hijab doit être ample et non serré ou collé sur le corps

- Le hijab ne doit pas être coloré ou de couleur qui attire le regard.

- Le hijab ne doit pas être parfumé.

- Le hijab ne doit pas ressembler aux vêtements des hommes.

- Le hijab ne doit pas ressembler aux vêtements des mécréants et mécréantes.

 

Le hijab comme nous l’avons décrit, en respectant les règles de la chari‘a est un très bon moyen pour bloquer la mixité entre les hommes et les femmes dans la société.

 

Nous n’allons pas ici nous attarder davantage sur les conditions du hijab afin de ne pas s’éloigner du sujet. Cependant nous invitons les lecteurs à se référer aux versets 53 de la sourate 33 et à l’explication de ce verset donné par l’Imam al-Qourtoubi, que nous avons cité plus haut.

 

Ce verset est une preuve suffisante qui démontre Qu’Allah a prescrit de placer un rideau (hijab) pour séparer les hommes des femmes et éviter la mixité.

 

4) Tout ce qui mène à une chose haram devient haram.

 

L’Islam, contrairement aux systèmes des mécréants, n’enseigne pas le principe qui dit : « le but justifie les moyens. » Pour un musulman, il faut non seulement que le but soit bon mais aussi que le moyen employé pour atteindre ce but soit bon et en accord avec les principes de la chari‘a. Mais si le but est mauvais, tous les moyens qui mènent à ce but deviennent interdits, même si ce moyen est permis à la base.

 

Les interdictions sont de deux catégories en Islam :

 

- 1) Il y a les choses qui sont elles même interdites par un texte explicite du Qor’an ou de la sounna ;

- 2) Et il y a les choses qui ne sont pas interdites elles même, mais qui mènent à une chose interdite.

 

Ceci est exprimé par un des grands principes de la chari‘a que les savants désignent par le terme : Sadd adh-Dhara’i‘, ce qui signifie de bloquer toutes les voies qui mène au pêché. L’Imam Ibn al-Qayyim, dans son livre "I‘lam al-Mouwaqi‘in" a énuméré au moins (99) preuves de la chari‘a qui supporte ce principe. L’interdiction de la mixité est donc un des meilleurs moyens pour fermer une grande porte de la fornication. Car le fait que les hommes et les femmes se fréquentent et se mélangent est une des choses qui facilite et qui encourage la propagation de la fornication dans la société. Il y a une grande quantité de texte du Qor’an et de la sounna qui viennent supporter l’interdiction de tout ce qui mène à la fornication ou à l’adultère, voici quelques uns de ces textes :

 

Allah le très haut a dit :

 

« Et n’approchez point la fornication. En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin »

(Sourate al-Isra 17, verset 32)

 

L’Imam al-Qourtoubi dit au sujet de ce verset dans son Tafsir : « Les savants ont dit : la parole d’Allah : « Et n’approchez point la fornication », est beaucoup plus large, dans son sens, que de simplement dire : ne faites pas la fornication ou l’adultère. Car sa signification est : ne vous approchez même pas de la fornication ou de l’adultère. »

 

L’Imam al-Boukhari (et Mouslim) a rapporté dans un hadith authentique selon Abû Houraïra que le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Allah a déterminé pour chaque fils d’Adam sa portion d’adultère, il ne peut s’en échapper. L’adultère de l’œil est le regard. L’adultère de la langue est la parole. L’âme souhaite et désire, et les parties génitales confirment cela ou le démentent. » (Hadith #6243)

 

L’Imam Ibn Hajar al-‘Asqalani dit dans son Fath al-Bari au sujet de ce verset : « Ibn al-Battal a dit : Le regard et la parole ont été appelés fornication (Zina) parce qu’ils appellent à commettre la réelle fornication. C’est pourquoi il a dit par la suite que les parties génitales confirment ou démentent. »

 

Et c’est pour cette raison qu’Allah a ordonné aux femmes de porter le Hijab et qu’il a ordonné aux hommes et aux femmes de baisser le regard. Et le prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a interdit à une personne de suivre le premier regard par un deuxième et qu’il a interdit à un homme de rester seule avec une femme dans une pièce à moins qu’elle soit avec un mahram et qu’il a dit que si un homme reste seul avec une femme, le troisième sera Shaytan. Puis, l’Islam a encouragé le mariage et l’a facilité. L’Islam a même permis à l’homme qui a un désir plus grand d’épouser deux, trois ou quatre parmi les femmes de son goût. Il n’y a donc aucune excuse après cela pour celui qui transgresse les limites d’Allah et qui tombent dans le pêché ; ce qui explique la sévérité des châtiments de la chari‘a dans ce domaine.

 

Allah a même interdit à la femme d’enjoliver sa voix lorsqu’elle parle aux hommes étrangers en disant :

 

« Ne soyez pas trop complaisante dans votre langage, afin que celui dont le cœur est malade [l’hypocrite] ne vous convoite pas. Et tenez un langage décent. »

(Sourate al-Ahzab 33 ; verset 32)

 

L’Imam ibn Kathir a dit : « L’Imam as-Soudi et d’autres ont dit : Allah veut dire par cela le fait d’adoucir sa voix lorsqu’elles parlent avec les hommes. C’est pour cela qu’Allah dit :« afin que celui dont le cœur est malade [l’hypocrite] ne vous convoite pas. »c’est-à-dire : une corruption dans le cœur. « Et tenez un langage décent » : Ibn Zaïd a dit : En disant une bonne et belle parole de bien et cela signifie que la femme doit parler aux hommes étrangers sans mettre de douceur dans sa voix ; c'est-à-dire qu’elle ne doit pas parler aux hommes étrangers comme elle parle avec son mari. »

 

Et c’est en se basant sur ce principe –Sadd adh-Dhara’i‘- que les savants de l’Islam ont interdit les études dans un établissement où il y a de la mixité entre les hommes et les femmes. Car même si l’étude est un but qui est noble et bon en lui-même, il devient interdit s’il implique qu’une personne doit commettre un pêché pour l’atteindre.

 

Comment peut-on jeter un homme au milieu de grandes vagues, puis lui demander de ne pas mouiller ses vêtements ? Comment peut-on jeter un homme au milieu de flammes flamboyantes, puis lui demander de protéger son corps des brûlures ?

 

Louange à Allah qui a établi des règles de sécurité et des moyens de sauvegarde pour la protection de la famille musulmane et de ses descendances, ainsi que pour la purification des cœurs des hommes et des femmes de la tentation et de la débauche.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents