Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


L'exception à l'obligation du hijab: La nécessité

Publié par Baladislam sur 7 Septembre 2011, 22:02pm

Catégories : #La femme en Islam

fond article femme (34)

 

En cas de nécessite, l'Islam permet à la femme de découvrir ce que normalement elle devait cacher par le hijab.

 

Avant tout, il faut définir ce que l'on entend, en Islam, par "nécessité" (tlad-darourah") : il s'agit d'une règle juridique qui permet, en cas de nécessité absolue, d'outrepasser l'interdiction légale. Par exemple, Dieu dit dans le Saint Coran:

 

" ... Pour celui qui se trouve dans la nécessité, sans être un rebelle ni un transgresseur, pas de péché ! Qui, Dieu est Absoluteur, Miséricordieux, vraiment !'' (Coran, Sourate 2 "La Vache'' , Verset 173)

 

Ce verset parle particulièrement de celui qui se trouve dans la nécessité de consommer une sorte de viande que Dieu a interdite (charogne, sang, viande de porc ou viande d'une bête qui aurait été immolée pour une idole). En cas de famine, les gens peuvent consommer des viandes interdites,

 

Toute interdiction Divine a pour but d'éviter des maux à l'humanité. Pour qu'il soit justifié d'outrepasser cette interdiction Divine, il faut une raison supérieure. Les jurisconsultes Musulmans ont formulé cette règle en disant que la valeur de la nécessité doit être supérieure à celle de l'interdiction. Par exemple, la sauvegarde de la vie d'un individu est considérée comme de valeur supérieure à l'interdiction de manger une viande en principe interdite.

 

Les jurisconsultes Musulmans assortissent cette règle d'une seconde, qui exigent que l'on n'outrepasse l'interdiction Divine (en cas de nécessité), que pour le strict nécessaire. Ainsi, l'interdiction de manger de Il viande interdite ne peut être outrepassée que durant la famine. Lorsque cesse la famine, il redevient absolument interdit de consommer de la viande interdite.

 

Appliquées aux règles Divines concernant le hijab de la femme, les savants de l'Islam disent que, lorsque sa vie est en jeu, lorsqu'une femme doit consulter un médecin (homme) et qu'elle doit lui montrer autre chose que Il visage ou les mains, cela lui est permis, dans la mesure ou cette auscultation est nécessaire pour sauvegarder la vie de la femme. La sauvegarde de la vie est considérée comme d'une valeur supérieure au respect des limites du hijab, dans ce cas précis. Mais si la femme découvre devant le médecin plus que ce qui est nécessaire à l'examen médical, elle est en état de péché. Il faut bien rappeler que avant d'avoir recours à un médecin homme, par esprit de révolte contre la Loi de Dieu, mais pour sauvegarder leur vie. C'est Dieu Lui-même Qui leur en a donne la permission.

 

La femme Musulmane doit essayer de se faire examiner par une doctoresse femme ; elle ne peut dépasser cette règle que dans le cas ou elle se trouve dans l'impossibilité d'agir autrement. Et attention! Lorsqu'elle est examinée par une doctoresse femme, cela ne veut pas dire qu'elle n'est plus tenue de respecter les limites du hijab telles que nous les avons exposés. La Loi de Dieu est de règle partout !

 

Remarque

 

Soulevons ici le cas d'un homme qui veut voir la femme qu'il désire épouser, ou vice-versa. L'Islam permet aux deux personnes qui envisagent de se marier de se voir, dans le cadre familial, et sans dépasser les limites du hijab à garder devant les étrangers (les non-mahram). Ainsi, ma majorité des savants ("joumhour") permettent de bien regarder le visage et les mains de la femme que I 'on envisage d'épouser. Si l'homme veut s'assurer que la femme n'a pas de handicap physique caché, il peut demander à une femme de sa famille de s'en assurer et de le rassurer, sans toutefois donner des détails précis sur ce qu'un homme non-mahram ne peut voir. De même, une femme peut demander le même service au sujet de l'homme qu'elle envisage d'épouser.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents