Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baladislam

Terre d'IslamVous guide vers le chemin de la vérité


Chapitre 27 Le respect des droits sacres des musulmans

Publié par Baladislam sur 24 Mars 2011, 23:01pm

Catégories : #Hadiths

fond islam (40)

 

L'expose de leurs droits, la compassion et la miséricorde envers eux

 

Dieu le Très-Haut dit :

 

Et quiconque prend en haute considération les limites sacrées de Dieu, cela lui sera meilleur auprès de son Seigneur. Coran 22/30

 

Et quiconque exalte les injonctions sacrées de Dieu, cela émane de la piète des cœurs. Coran 22/32

 

Et sois modeste et bienveillant envers les croyants. Coran 15/88

 

Quiconque tue une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la Terre, c'est comme s'il avait tue tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie atollS les hommes. Coran 5/32

 

222. Selon Abu Musa, le Prophète (Saw) a dit : « Le croyant est pour son Frère tel un édifice dont les pierres se soutiennent les unes par rapport aux autres. » En disant cela, Il se croisa les doigts. Bukari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Ce hadith incite les croyants à la solidarité et à l'entraide, tels un édifice dont les éléments se soutiennent. Sans cette solidarité, le croyant ne saurait mener à bien sa vie ici-bas comme dans l'au-delà.

 

223. Toujours selon lui,le Prophète (Saw) a dit: Que celui qui passe dans une de nos mosquées ou traverse un de nos marchés, portant avec lui une flèche, qu'il en saisisse la pointe dans sa main de peur de blesser un musulman. Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Les convenances à adopter concernant le port d'armes.

 

224. Selon Nu'man ibn Bashir, le Prophète (Saw) a dit : L'image des croyants dans l'amour, la miséricorde et l'affection qu'ils se portent, est comparable à celle d'un même corps: lorsqu'un membre se plaint de quelque douleur, c' est l'ensemble du corps qui en pâtit par l'insomnie et la fièvre. Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Lorsque la solidarité, la miséricorde et l'amour sont les constituants d'une société, la peine comme la joie sont partagées.

 

Muslim rapporte, selon Nu'man, ces propos du Prophète : « Le croyant est comparable au corps d'un homme: lorsqu'il se plaint de son œil, c'est tout son corps qui ressent la douleur, et lorsqu'il se plaint de sa tête, c'est également tout son corps qui en pâtit. »

 

225. Abû Hurayra rapporte : Le Prophète (Saw) embrassa Hasan ibn 'Ali en présence de Aqra' ibn Habis. Aqra' dit alors: « J'ai dix enfants et je n'en ai jamais embrassé aucun. » Le Prophète (Saw) le regarda et lui dit : « Il ne sera pas fait clémence à celui qui ne se montre pas clément. » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Comment faire miséricorde à celui qui ne se montre pas miséricordieux envers les autres ? Dieu dit :

 

Y a-t'il d'autre récompense pour le bien que le bien? (Coran 55/60)

 

Cc hadith nous incite à nous montrer compatissants et dements envers les enfants.

 

226. Selon 'A'isha, un groupe de bédouins se rendit chez le Prophète, et lui demanda : « Embrassez-vous vos enfants ? » Le Prophète répondit : « Bien sur! » Ils dirent : « Par Dieu ! Nous n'embrassons jamais les notre. » Le Prophète (Saw) répliqua alors : « Que puis-je pour vous si Dieu a ôté de vos coeurs la miséricorde ? » Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La miséricorde est une qualité humaine que Dieu a placée dans le cœur de Ses serviteurs, demandons donc à Dieu d'adoucir nos cœurs par la compassion et la miséricorde!

 

227. Selon Jarir ibn 'Abdillah, le Prophète (Saw) a dit: Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n'est pas miséricordieux envers les gens. Bukhari et Muslim

 

228. Selon Abû Hurayra, le Prophète (Saw) a dit : Lorsque l'un de vous dirige la prière, qu'il l'écourte. Il y a certes parmi vous des gens faibles, des malades et des vieillards. Cependant, lorsque vous priez seuls, prolongez-la comme il vous sied. Bukhari et Muslim

 

Et dans une autre version: « [ ...] ainsi que ceux qui ont une obligation. »

 

Ce qu'il faut retenir :

 

L'allégement de la prière se fait en écourtant la récitation du coran car l'islam prône la facilité et non la gêne. Il faut ainsi prendre en compte les limites des uns et des autres, et se montrer compatissant, même dans l'accomplissement des actes d' adoration collectifs.

 

229. 'Aïsha rapporte : Le Prophète (Saw) renonçait à accomplir certaines de ses dévotions de peur que les gens ne l'imitent et qu'elles ne leur deviennent ainsi obligatoires. Bukhari et Muslim

 

230. Selon 'Aïsha, le Prophète (Saw) interdisait à ses Compagnons de pratiquer le jeûne continu. Ils lui dirent alors : « Pourtant, tu le pratiques ! » Le Prophète répondit « Je ne suis pas comme vous, mon Seigneur me nourrit la nuit et m'abreuve. » Bukhari et Muslim

 

Nawawi ajoute « Cela signifie que Dieu lui donne la force de celui qui mange et boit. »

 

Ce qu'il faut retenir :

 

II est interdit de pratiquer le jeune continu c' est-a-dire de ne pas manger ni boire pendant plusieurs jours d' affilée afin de ne pas affaiblir le corps et de ne plus pouvoir accomplir les autres prescriptions divines convenablement. Le jeune continu a été permis uniquement au Prophète (Saw).

 

231. Selon Abu Qatada al-Harithi ibn Rib'i, le Prophète (Saw) a dit : Parfois, je me lève pour accomplir la salat avec l'intention d'en prolonger la lecture, mais lorsque j'entends les pleurs d'un enfant, je l'écourte de peur de causer du désagrément à sa mère. Bukhary

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Les imams qui dirigent la prière et qui prononcent les sermons doivent prendre exemple sur le Prophète (Saw), en veillant à ne pas causer du désagrément aux fidèles par une lecture et un prêche trop longs.

 

232. Selon Jundub ibn 'Abdillah, le Prophète (Saw) a dit: Celui qui accomplit la salat du matin (subh) est sous la protection de Dieu. Faites en sorte que Dieu ne vous demande pas de comptes au sujet de ce pacte! Car s'Il demandait des comptes, Il vous saisirait pour vous jeter la tête la première dans le feu de l'Enfer. Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La faveur de la salat du matin puisqu'elle constitue une protection. Celui qui délaisse cette salat en ne l'accomplissant pas en son temps encourt le châtiment divin.

 

233. Selon Ibn 'Umar, le Prophète (Saw) a dit : Le musulman est le Frère du musulman, il ne se montre pas injuste envers lui et il ne le livre pas [a ses ennemis]. Celui qui vient en aide à son frère, Dieu l'aidera. Celui qui dissipe à un musulman une tristesse ou une difficulté, Dieu le soulagera d'une peine le jour de la Résurrection. Celui qui couvre les défauts d'un musulman, Dieu couvrira les siens le jour de la Résurrection. Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

La création tout entière est à la charge de Dieu, et lorsqu'Il soulage Son serviteur d'un tourment ou d'une peine, c' est par bontés de Sa part. De même, le musulman doit faire de son mieux pour venir en aide à ses frères et soulager leurs peines, espérant voir les siennes soulagées le jour du Jugement.

 

234. Selon Abû Hurayra, le Prophète (Saw) a dit: Le musulman est le Frère du musulman, il ne le trahit pas, il ne lui ment pas et ne se refuse pas à le secourir. Toute la personne du musulman à l'égard de son Frère est sacrée : tant son honneur que ses biens et sa vie. La crainte de Dieu se trouve ici. Le fait même qu'un musulman méprise son Frère est déjà un mal. Tirmidhy

 

Dans une version de l'imam Muslim, il est ajouté : « La crainte de Dieu se trouve ici » en désignant par trois fois sa poitrine.

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Le caractère sacré de la vie, des biens et de l'honneur du musulman. Mépriser un musulman est un péché ignoble car Dieu a rendu son honneur sacré. C'est grâce à de tels enseignements que les pieux prédécesseurs ont fait des premières générations une communaute qui brilla par sa supériorité culturelle, économique et scientifique.

 

235. Selon Abû Hurayra, le Prophète (Saw) a dit : Ne vous enviez pas les uns les autres, ne vous livrez pas à la surenchère, ne nourrissez pas de haine entre vous et ne vous ignorez pas. N'allez pas vendre à quelqu'un une marchandise que vous avez déjà vendue a un autre. Soyez des serviteurs de Dieu, en qualité de frères. Le musulman est le Frère du musulman, il ne doit pas le léser ni lui faire défaut [en cas de difficultés], ni lui mentir, ni le mépriser. La crainte de Dieu se trouve ici (en désignant par trois fois sa poitrine). Le fait même qu'un musulman méprise son Frère est déjà un mal. Toute la personne du musulman à l'égard de son Frère est sacrée : tant sa vie que ses biens et son honneur. Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Ce hadith a trait à l'éthique à adopter entre musulmans : ainsi le fait de jalouser est-il défendu en islam, car cela constitue une atteinte aux volontés de Dieu. De même, le musulman ne doit pas ignorer son frère, que ce soit au cours d' une conversation ou bien en cherchant à l'eviter, En outre, le musulman doit faire preuve d'une grande moralité dans ses transactions: il ne doit pas faire monter les enchères au cours d' une vente dans l'objectif de tromper un éventuel acheteur. Et il ne peut pas proposer à celui qui a fait un achat de retourner sa marchandise au vendeur afin de lui vendre la sienne à prix moindre. Cela ne ferait qu'accroitre la rancœur entre les musulmans.

 

236. Selon Anas, le Prophète (Saw) a dit : Le croyant n' atteindra pas la plénitude de la foi tant qu'il n'aimera pas pour son Frère ce qu'il aime pour lui-même. Bukhari et Muslim

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Ce hadith est fondamental dans la Sunna du Prophète. Il est une incitation à l'humilité et au bon caractère. Les croyants forment un seul et même corps, la solidarité et le souci d'autrui doivent être omniprésents. Et c'est en atteignant la plénitude de la foi que nous pourrons oeuvrer dans le bien avec un esprit pur, altruiste et généreux.

 

237. Selon Anas, le Prophète (Saw) a dit : « Secours ton frère, qu'il soit injuste ou opprimé. » Un homme demanda : « O Prophète de Dieu ! Je le secours s'il est opprimé, mais s'il se montre injuste, comment pourrais-je Il secourir?» Le Prophète répondit : « En l'empêchant d'être injuste, et en cela, tu l'auras secouru. » Bukhari

 

Ce qu'il faut retenir :

 

L'islam appelle à la justice en toutes circonstances, qu'il s'agisse de musulmans ou non.

 

238. Selon Abû Hurayra, le Prophète (Saw) a dit ; Les droits du musulman envers son Frère sont au nombre de cinq : lui rendre le salut, le visiter lorsqu'il est malade, suivre son cortège funèbre, se rendre à son invitation et lui dire: « Que Dieu te fasse miséricorde ! » lorsqu'il éternue. Bukhari et Muslim

 

Selon une version de Muslim, nous avons: « Les droits du musulman envers son Frère sont au nombre de six: Je saluer lorsque tu le rencontres, répondre à son invitation, le conseiller s'il te le demande, lui dire: "Que Dieu te fasse miséricorde !" lorsqu'il éternue, le visiter lorsqu'il est malade et suivre son cortège funèbre. »

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Ce hadith évoque les devoirs qui sont une obligation soit collective soit individuelle : ainsi, rendre le salut est un devoir qui incombe à chacun (fard ayn) si l'on est seul à le rendre, mais s'il s'agit d'un groupe, il suffit alors qu'une personne le rende pour que le reste soit dégagé de ce devoir. De même, suivre le cortège funèbre est un devoir collectif qui incombe à la communauté (fard kifaya) et pas à l'individu, sauf s'il n'y a que lui pour accomplir ce devoir. Il faut aussi entretenir les relations et se rendre mutuellement visite, sachant qu'il est particulièrement recommandé de rendre visite à son frère lorsque celui-ci est malade. Cela devient même un devoir s'il s'agir d'un proche. Enfin, il ne faut jamais refuser une invitation en toutes occasions; naissances, repas ou même une simple visite. Concernant le mariage, cela devient même une obligation si les conditions émises par les juristes musulmans concernant le mariage sont réunies.

 

239. Abû 'Umara al-Bara' ibn 'Azib rapporte : Le Prophète (Saw) nous a ordonné d'observer sept préceptes et nous a interdit sept choses. Il nous a ordonné de rendre visite aux malades, de suivre les cortèges funèbres, de dire à celui qui éternue : « Que Dieu te fasse miséricorde », de considérer véridiques les propos de celui qui jure, de porter secours à l'opprimé, de se rendre aux invitations qui nous sont adressées et de saluer (nos frères). Il nous a interdit de porter des bagues en or, de boire dans des récipients en argent, de nous asseoir sur des coussins en soie, de nous vêtir de qasi (mélange de soie et de coton), de soie, de brocart et de satin. Bukhari et Muslim

 

Une autre version stipule: « Renseigner celui qui a perdu un objet ou un animal fait partie de ce qui nous a été ordonné. »

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents